Fermer
Sophie Colin
News | 19 déc.
4 mn

L’expérience sensorielle venue du froid
Cet hiver, Olafur Eliasson désoriente les sens dans une installation inédite à la Fondation Louis Vuitton.

Olafur Eliasson, Bridge from the future, 2014 © Iwan Baan
Olafur Eliasson, Contact 2014 © Iwan Baan
Olafur Eliasson, Double Infinity 2014 © Iwan Baan
Olafur Eliasson, Map for unthought thoughts 2014 © Iwan Baan
Olafur Eliasson, Map for unthought thoughts 2014 © Iwan Baan
C’est un bouleversement des sens complètement inédit que la Fondation Louis Vuitton propose aux visiteurs de sa toute nouvelle exposition. L’artiste danois Olafur Eliasson y programme un conditionnement dans l’espace, en appliquant un protocole très élaboré. Il conduit les visiteurs à travers des couloirs, des tunnels et deux vastes salles plongées dans le noir, suivant un schéma circulaire. Des œuvres lumineuses ponctuent ce parcours. Tout est fait pour que le spectateur perde ses repères, et ait une perception inédite, intuitive et interrogative de ce qui l’entoure. Il devient alors totalement dépendant des effets visuels auxquels il est confronté.
L’exposition se compose de deux grandes installations. Dans la première, Map for unthought thoughts, le spectateur évolue dans un espace semi-circulaire qui semble infini sous l’effet d’une source lumineuse centrale et de murs miroirs réfléchissant sa silhouette et ses mouvements. Une sensation de flottement s’empare du corps jusqu’à avoir l’impression que le sol s’incline. On se sent désorienté, dépossédé de toute emprise sur l’environnement. La forme ovoïde des lieux procure cependant la sensation très douce d’être enveloppé. Dans la seconde, Contact, le visiteur est plongé dans une vaste salle obscure ronde dont l’horizon est tracé par une ligne jaune, comme une sorte d’univers parcouru par une éclipse. Dans les sas noirs entre les deux pôles, sont installées des sphères en verre dans lesquelles, par un savant jeu d’optique, la vue sur l’extérieur de l’exposition se mêle au reflet de l’intérieur.
Olafur Eliasson © DR
En provoquant ces réactions sensorielles, Eliasson explore les frontières entre conscient et inconscient, réel et virtuel, ombre et lumière. Ses questionnements artistiques sont de véritables recherches scientifiques, à la fois rigoureuses et ludiques, auxquelles le spectateur adhère sans résistance, aimanté et admiratif. Son travail relève du grand art, il consiste en une œuvre très esthétique, d’une grande intelligence et d’une ingéniosité technologique époustouflante.
À la fin du parcours, lorsque la lumière paraît au bout du tunnel, on repart en sens inverse se reperdre dans l’installation pour y revivre ces douces sensations. Et quand, contraint de regagner la sortie, on se retrouve de l’autre côté de ce monde magique, l’installation Inside the horizon composée de 43 colonnes jaunes démultipliant la vue en une séquence stroboscopique intégrée à l’édifice spectaculaire de Frank Gehry, on a la certitude qu’on reviendra s’y perdre une troisième fois.
Olafur Eliasson, Contact, du 17 décembre 2014 au 16 février 2015.
Crédits photo : Iwan Baan, DR
Bonnes adresses
8 avenue du Mahatma Gandhi
75116 Paris - France
Article paru dans le numéro #47 TRÊVE
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
L’expérience sensorielle venue du froid à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.