Fermer
Élodie Fondacci
Recommandation | 1er mars
4 mn
Christophe Demory frappa à la porte au cas très improbable où la ministre aurait été dans son bureau. Il se savait seul. Il était plus de 2 heures du matin. Ses pieds s'enfoncèrent dans la moquette épaisse quand il traversa le bureau pour aller déposer sa note bien en évidence sur le bureau d'Isabelle Colson. Il pouvait déjà imaginer la colère de la ministre quand elle lirait demain les propositions du Trésor. Son refus catégorique... Et pourtant il faudrait bien trouver une solution. La crise bancaire était proche... Le Crédit parisien risquait bel et bien de sombrer et d'entraîner avec lui le pays tout entier. Il fallait mettre au point un plan de sauvetage en urgence mais la ministre de l'Économie semblait bien décidée à ne pas laisser l'Etat payer l'addition. Et lui ? Et bien, il allait devoir gérer le bras de fer entre la ministre idéologue et l'administration qui trouvait suicidaire d'appliquer ses directives, sans se faire broyer au passage.
Les épaules voûtées, il sortit de Bercy en soupirant. C'est là, dans la lumière verdâtre de l'aube qui nimbait le grand paquebot de verre, qu'il aperçut le cadavre...
Quelques années après la chute de Lehman Brothers, une nouvelle crise bancaire est sur le point d'éclater. Le Crédit parisien - la plus grande banque française - menace de faire faillite et réclame les deniers de l'Etat, en invoquant l'intérêt de la France. Mais cette fois ci, les choses sont différentes. A la tête de Bercy, Isabelle Colson, ministre socialiste, symbole de la gauche revenue aux affaires, qui a bien l'intention de ne pas céder aux banques, voire de les faire plier. Soutenue par une opinion publique hyper remontée contre le monde de la finance, au sommet de la popularité, elle refuse de valider un plan aussi favorable que celui qui avait réglé la crise des supprimes en 2008.
C'est sur ce plan justement qu'avaient été chargées d'enquêter Stéphanie Sacco dont on vient de retrouver le corps, et Nathalie Renaudier, deux jeunes énarques trop naïves et trop idéalistes... Qu'avaient donc découvert les deux jeunes femmes ?
Journaliste, Thomas Bronnec connaît parfaitement les arcanes du ministère des finances, sur lequel il a enquêté plusieurs années. Les initiés est en quelque sorte la version romanesque de son essai Bercy au cœur du pouvoir publié il y a peu chez Denoël. Dans ce polar de haut vol où toute ressemblance avec la réalité n'est pas forcément fortuite, il interroge l'indépendance de l'Inspection générale des finances, les collusions entre le ministère et les banques, et pose une question qui intéressera sans aucun doute les « non initiés » : qui décide réellement de la politique économique ?
Les initiés, Thomas Bronnec, Ed. Gallimard, coll. Série noire, 256 p., 15,50 €.
Les initiés, Thomas Bronnec, Ed. Gallimard, coll. Série noire, 256 p. © Éditions Gallimard
Crédits photo : Éditions Gallimard, Catherine Hélie - Éditions Gallimard
Article paru dans le numéro #55 BITUME
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Les initiés à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.