Fermer
Répéter jusqu'à
la perfection

Les jeunes danseurs du Béjart Ballet Lausanne émeuvent par la beauté de leurs gestes, parfois par leurs imperfections, et toujours par leur désir d’aller au bout d’eux-mêmes.

Ballet Béjart Lausanne © Pluris
Un long couloir sombre où résonne une cacophonie mêlant musiques et éclats de voix. « Michel », le régisseur du Béjart Ballet Lausanne, nous accompagne dans les dédales du bâtiment qui héberge la compagnie depuis plus de 23 ans maintenant. Une histoire de passion partagée avec la ville de Lausanne quand il a fallu trouver un lieu pour recevoir à la fois les répétitions du ballet et l’école des futurs danseurs qui essaimeront dans les compagnies du monde entier.
Une porte s’ouvre silencieusement pour nous inviter à assister à la répétition d’un mouvement de « Piaf », une œuvre montée par Maurice Béjart en 1988.
La salle immense est baignée d’un éclairage très blanc, les paroles de la chanson « Tu me fais tourner la tête » résonnent, s’arrêtent, reprennent. Les corps enchainent les mouvements, les répètent jusqu’à la perfection sous le regard exigeant du maître de ballet.
L’homme est attentif au moindre détail, d’une voix forte il dirige les danseurs, se lève parfois pour accompagner tel ou tel, faire comprendre par le geste l’intensité de chaque posture pour, le grand soir, transporter une salle entière dans la poésie de Maurice Béjart.
Derrière les consignes lancées aux uns et autres, on sent la force des regards échangés, une communion presque télépathique entre les corps et les esprits dans une quête de vérité et de justesse d’expression.
Les danseurs ne font plus qu’un, le souffle est court, les muscles sont tendus, la sueur perle, on sent la mécanique physique à l’œuvre, façonnée jour après jour comme une machine de haute précision.
Nouveau tableau, nouveaux danseurs, il est l’heure de laisser la troupe du ballet poursuivre sa répétition pour découvrir les jeunes de l’Ecole-Atelier Rudra.
Ils sont une trentaine à travailler sous l’œil bienveillant mais exigeant de Michel Gascard, ancien danseur étoile à qui Maurice Béjart a confié la tâche délicate de transmettre sa philosophie et une conception de la danse ouverte sur le monde et les cultures.
Concentrés et impliqués, ces gamins qui ont déjà l’air de grands témoignent d'une véritable soif d’apprendre. On vibre à travers leurs sourires, leurs efforts et une envie d’avancer, de vivre intensément cette vie singulière partagée entres apprentissages, répétitions et arts martiaux.
Ils nous émeuvent par la beauté de leur geste, leurs imperfections parfois, mais toujours ce désir d’aller au bout de soi.
L’atelier se termine, derniers conseils avant de poursuivre une journée démarrée tôt et loin d’être finie. L’exigence du métier est bien là, elle n’a d’égale que les désirs des futurs danseurs.
www.jaquet-droz.com


Crédits photo : Pluris
Fermer
Répéter jusqu'à la perfection à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.