Fermer
Paul Dupin de Saint Cyr
Recommandation | 1er mars
6 mn
En 1936, James Bond, un ornithologue américain, a publié Birds of the West Indies, une taxinomie des oiseaux des Antilles. Et il a aussi donné son nom au héros des romans de Ian Fleming, à l’époque ornithologue amateur en Jamaïque. Un nom « plat et sans relief », parfait pour un personnage voué à l’anonymat.
L’artiste américaine Taryn Saimon s’est inspirée du titre et du format de la taxinomie de James Bond l’ornithologue, pour son œuvre « Birds of the West Indies », en le combinant avec le personnage de 007. Jouant le rôle de l’ornithologue, elle a identifié et classifié tous les oiseaux qui apparaissent dans les vingt-quatre films de la série. Ces oiseaux, personne ne les voit, mais ils opèrent comme un bruit de fond dans les décors.
Taryn Simon a exploré chaque scène des films pour en tirer une classification qui ressemble à celle du vrai James Bond. Elle a éliminé de son regard le glamour, le luxe, le pouvoir, la violence et le sexe pour se concentrer sur la marge, et elle force les spectateurs à en faire autant, à se focaliser sur l’insignifiant, sur ce que l’œil n’aperçoit pas et sur ce qui a été oublié.
Chaque oiseau est classé selon son heure d’apparition dans le film, l’endroit où il est apparu, et l’année pendant laquelle il a volé. La classification est organisée par pays, certains sont réels (Suisse, Afghanistan, Corée du Nord), d’autres sont imaginaires (San Monique, République d’Isthmus).
Perchés sur un bâtiment ou points noirs indéchiffrables dans le ciel, les 331 oiseaux évoluent librement en arrière-plan, sans que personne ne les remarque. Certains ressemblent à des grains de poussière sur un négatif, d’autres ont la qualité d’un instantané ou de natures mortes perfectionnées. Beaucoup semblent avoir été photographiés par des drones ou des caméras cachées. Ces variations témoignent de l’évolution technologique du cinéma, depuis le 35 mm jusqu’à la haute définition.
Les travaux de Taryn Simon, qui vit à New York, ont déjà été présentés dans expositions monographiques à la Fondation Louis Vuitton à Paris, au Ullens Center for Contemporary Art à Pékin (2013-2014), au MoMA à New York (2012), à la Tate Modern à Londres (2011), à la Neue National Galerie à Berlin (2011).
« Birds of the West Indies », exposition consacrée à l’artiste Taryn Simon, Galerie Almine Rech, du 21 février au 14 mars 2015.
« Vues arrière, nébuleuse stellaire et le bureau de la propagande extérieure », exposition consacrée à l’artiste Taryn Simon, Jeu de Paume, du 24 février au 17 mai 2015.
« Birds of the West Indies », exposition consacrée à l’artiste Taryn Simon, Galerie Almine Rech, du 21 février au 14 mars 2015. © 2014 Taryn Simon
« Birds of the West Indies », exposition consacrée à l’artiste Taryn Simon, Galerie Almine Rech, du 21 février au 14 mars 2015.
Turkey (detail); 00:26:16 Istanbul, Turkey. 1963, Birds of the West Indies, 2014
Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery © 2014 Taryn Simon
Turkey (detail); 00:26:16 Istanbul, Turkey. 1963, Birds of the West Indies, 2014 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery
Switzerland (detail); 01:17:04 Swiss Alps, Switzerland. 1969, Birds of the West Indies, 2014
Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery © 2014 Taryn Simon
Switzerland (detail); 01:17:04 Swiss Alps, Switzerland. 1969, Birds of the West Indies, 2014 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery
Azerbaijan (detail); 00:40:20 Baku, Azerbaijan. 1999, Birds of the West Indies, 2014
Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery © 2014 Taryn Simon
Azerbaijan (detail); 00:40:20 Baku, Azerbaijan. 1999, Birds of the West Indies, 2014 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery
Bahamas (detail); 00:19:45 Nassau, Bahamas. 2006, Birds of the West Indies, 2014
Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery © 2014 Taryn Simon
Bahamas (detail); 00:19:45 Nassau, Bahamas. 2006, Birds of the West Indies, 2014 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery
Italy (detail); 00:40:55 Venice, Italy. 1979, Birds of the West Indies, 2014
Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery © 2014 Taryn Simon
Italy (detail); 00:40:55 Venice, Italy. 1979, Birds of the West Indies, 2014 Courtesy of the artist and Almine Rech Gallery
Honey Ryder (Nikki Van der Zyk), 1962 - Boucle vidéo de 8 minutes. © 2014 Taryn Simon
Honey Ryder (Nikki Van der Zyk), 1962 - Boucle vidéo de 8 minutes.
Honey Rider a été incarnée par Ursula Andres dans le film Dr. No en 1962. La voix emblématique de ce personnage n'est pas celle de l’actrice —ses dialogues étaient doublées par la doublure Nikki van der Zyl.
De 1962 à 1979, van der Zyl a fourni des doublages vocaux à plus d'une douzaine de personnages principaux et secondaires dans neuf films de James Bond: Dr. No, Bons baisers de Russie, Goldfinger, Opération Tonnerre, On ne vit que deux fois, Au service secret de Sa Majesté, Vivre et laisser mourir , l'Homme au pistolet d'or, et Moonraker. Dans la vidéo, van der Zyl lit les répliques de Honey Ryder tirées du script de Dr No.
Crédits photo : 2014 Taryn Simon
Article paru dans le numéro #55 BITUME
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Quand James Bond chassait les oiseaux à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.