Fermer
Pascal de Rauglaudre
Reportage | 8 mars
3 mn

Le festival des gourmands
Déjà dix ans pour le festival Omnivore qui, chaque printemps, dégourdit les papilles.

Salon Omnivore 015 © DR
Salon Omnivore 015 © DR
Salon Omnivore 015 © DR
Il en fallait du courage, pour sacrifier cette magnifique journée de printemps et aller s’enfermer avec quelques centaines de festivaliers à la Mutualité, dans le 5e arrondissement de Paris. Mais c’était pour la bonne cause, celle de l’édition 2015 du festival Omnivore.
Tôt le matin, sur la grande scène Salé, où se sont déjà produits Alain Passard et Michel Bras, Mathieu Rostaing-Tayard, du Café Sillon, à Lyon, vient exécuter une de ses spécialités, les beignets d’escargots de la vallée du Mont-Blanc aux herbes. S’ensuit un plat de langoustines, caché dans des oignons roses et assaisonné à l’huile d’encre de seiche.
Fidèle à sa personnalité bouillonnante de créativité, Thierry Marx, qui officie au restaurant du Mandarin Oriental, à Paris, prépare sous les yeux de l’assistance un œuf de cent ans au blanc transparent, suivi d’une canette attendrie à l’eau de Badoit. Il en profite pour annoncer en exclusivité l’ouverture d’une boulangerie sandwicherie dans le courant de l’année 2015.
Quand sonne l’heure du dessert, les festivaliers filent écouter Cédric Grolet, chef pâtissier du Meurice, détailler les couches de sa sucette au chocolat. Mousse au chocolat fumé au foin, caramel-vanille, craquant de chocolat noir, glaçage chocolat, gavottes. « C’est tout simple », s’exclame-t-il devant l’assistance narquoise, qui se précipite sur les bonbons servis à la fin de sa prestation.
Cyril Lignac et Benoît Couvrand sont attendus avec impatience par la foule qui a déjà rempli la salle Sucré. Les deux compères réalisent avec une facilité déconcertante une tarte citron, croustillant de noisettes, avec une compotée de citron. Cyril Lignac s’amuse à faire le commis et fouette lui-même la crème de citron pour monter un sabayon.
Et tant d’autres choses fabuleuses encore : les cafés acidulés du Café Lomi, les vins ensoleillés du domaine Leccia, en Corse, les condiments goûteux du Japon chez Ummia, les cocktails ébouriffants au calvados, le Galabé long en bouche de Payet et Rivière, le raw chocolate de Pacari et le brie à la truffe du Baron Edmond de Rothschild. Il reste encore tant de choses à déguster, on y retourne demain !
Crédits photo : DR
Article paru dans le numéro #56 GOURMANDISES
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Le festival des gourmands à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.