Fermer
Béatrice d'Erceville
Reportage | 11 avril
4 mn
Un îlot de luxe planté au cœur d’une terre trois fois sainte, théâtre de tensions millénaires. En découvrant le bâtiment à l’architecture moderne, on a envie de se pincer. L’hôtel Mövenpick de Ramallah affiche crânement le cachet douillet du groupe suisse en plein centre de Ramallah. Un 5 étoiles quasi incongru dans la capitale d’une Cisjordanie en quête d’existence, siège de l’Autorité palestinienne, dont les rues s’agrippent sur un enchevêtrement de collines.
Et pourtant, tous les codes du standing y sont. Passé les portes, on pénètre dans l’élégant classicisme qui fait la signature de la chaîne helvétique, avec marbre et boiseries, mobilier design, couettes moelleuses dans les 171 chambres. Deux restaurants dont celui d’un chef italien réputé, une piscine chauffée, un night club, un business center au top, un espace fitness… On en viendrait à imaginer la montagne enneigées se profiler par les fenêtres. Mais ici, c’est sur les faubourgs de Jérusalem que porte la vue au loin depuis le dernier étage, et ce sont des narguilés que l’on fume sur la terrasse qui prolonge le lobby à l’extérieur. Au petit déjeuner, on hésite entre le délicieux labneh, ce lait fermenté typique de la cuisine palestinienne, et les viennoiseries aériennes dignes d’une pâtisserie parisienne.
Ouvert en novembre 2010, cet ovni hôtelier demeure le seul 5 étoiles de la région. Il porte comme une valeur symbolique, porte-drapeau du dynamisme d’une ville qui essaye d’exister autrement qu’au travers de la vision tumultueuse qu’en donne l’actualité. Certes, l’hôtel ne compte que 20 % à 30 % de clients-touristes, le reste étant composé de visiteurs corporate de tous genres. Mais il est le point de départ pour découvrir une Ramallah insoupçonnée, riche d’une vie artistique et nocturne trépidante.
Mövenpick Ramallah © DR
On y côtoie une jeunesse débordant de vitalité en jeans tendance avant de filer boire un verre dans un des cafés en vogue comme le Beit Anisa ou le Janine, pour finir la soirée sous la pinède du Snow Bar, haut lieu de la fête en été. Les esprits les plus ouverts en profitent pour partir à la découverte du patrimoine culturel de la Palestine, de Naplouse à Jérusalem Est, Jéricho ou Bethléem. Une manière de tenter de mieux comprendre les lignes de fracture qui traversent ce morceau de Terre Sainte, mosaïque houleuse de religions, cultures et identités.
Crédits photo : DR
Bonnes adresses
Snowbar, Ein Musbah
Ramallah Palestine
Article paru dans le numéro #61 SCRAMBLED EGGS
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Sous la couette à Ramallah à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.