Fermer
Sophie Colin
Reportage | 14 mars
4 mn

L'architecture du corps et de l’espace
Loris Cecchini et Chaumet entrent en « Résonances » jusqu’au 31 mars, place Vendôme.

Loris Cecchini et Chaumet pour « Résonances » © DR
Loris Cecchini et Chaumet pour « Résonances » © DR
Loris Cecchini et Chaumet pour « Résonances » © DR
Des ondulations blanches tout en creux et en pleins, en ombres et en lumières, s’élargissent, jusqu’à imiter les ondes en mouvement à la surface de l’eau. À travers ce trouble visuel, poétique et délicat, Loris Cecchini pose la question des « paradoxes entre la réalité et le virtuel », comme il le dit lui-même.
Il vient de dessiner pour la Maison Chaumet un nouveau modèle de l’emblématique montre Class One. Tout son univers se retrouve très habilement miniaturisé dans cette série limitée. « Je n’avais jamais réalisé d’objet design utile auparavant », précise-t-il. Dans cette version artistique de la première montre de plongée joaillière pour femme, créée en 1998, il a imaginé des ornements ajourés blancs sur le cadran et le bracelet. La « fluidité du temps » répond à celle de l’eau avec la grâce qui caractérise ses œuvres. Au cœur de sa démarche : la forme et la nature. « L’aspect chromatique de la montre blanche joue avec l’idée de neutralité de la couleur pour donner plus d’importance à la forme. Les matériaux ont été longuement étudiés avec les ingénieurs et l’équipe. L’acier, la nacre et les diamants sont, comme l’eau, des références à la nature, très présente dans mon travail », explique-t-il.
Loris Cecchini parle de la montre comme d’« une architecture pour le corps » et il renvoie à « l’architecture de l’espace » qu’il met en scène à travers des installations de modules. Deux compositions articulées et aériennes décorent, telles des sculptures, la boutique de la place Vendôme. On y retrouve les thèmes chers à ce poète scientifique. Il aime déconstruire pour reconstruire ; partir de la nature, de données organiques et biologiques pour aller vers la technologie et les mathématiques. Les modules illustrent magnifiquement cette idée et procurent à l’artiste polymorphe la possibilité d’explorer différentes disciplines à travers la réalisation d’un même projet. La Class One est une de ces expériences qui viennent nourrir son ouverture d’esprit, son besoin de jouer sur les médiums à partir d’une seule idée.
Et le titre « Résonances », donné à cette exposition, en est un bel écho.
Après la place Vendôme, les projets de Loris Cecchini ont pour cadre l’Italie et les États-Unis : une exposition de groupe à Milan, une œuvre à la Biennale de Venise dans le Pavillon Azerbaïdjan, et une résidence d’artistes à New York de juin à novembre.
Toute l’œuvre de Loris Cecchini sur son site internet.
Résonances, exposition à la boutique Chaumet, place Vendôme, jusqu’au 31 mars.
Crédits photo : DR
Bonnes adresses
12 place Vendôme
75001 Paris - France
Article paru dans le numéro #57 POÉSIE MÉCANIQUE
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
L'architecture du corps et de l’espace à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.