Fermer
Domenico Biscardi
À savoir | 15 mars
5 mn

« La mode du futur verra émerger un troisième genre »
Mario Boselli, grand manitou des défilés milanais, se fait futurologue de l'élégance.

Défilé de la Camera Nazionale della Moda Italiana © Camera Nazionale della Moda Italiana
Défilé de la Camera Nazionale della Moda Italiana © Chicca Lualdi
Défilé de la Camera Nazionale della Moda Italiana © Camera Nazionale della Moda Italiana
Défilé de la Camera Nazionale della Moda Italiana © DR
Défilé de la Camera Nazionale della Moda Italiana © Ravizza
Les fashion weeks du prêt-à-porter féminin s’achèvent dans le tandem Milan-Paris. Un bon prétexte pour rencontrer Mario Boselli, le grand patron des défilés milanais. Depuis quinze ans, il régit le calendrier des semaines de la mode transalpine en tant que président de la Camera Nazionale della Moda Italiana, l’organisme qui assure la coordination et la promotion de la mode italienne, et dont il deviendra cette année le président d'honneur en charge des relations avec les institutions étrangères du secteur. Pour Pluris, Mario Boselli livre son analyse des points communs et des différences entre les deux pays symboles de l'élégance : l’Italie et la France.

Pluris – La Camera est née en 1958 à Rome, à l’époque capitale de la haute couture. Pourquoi le centre de la mode italienne s’est-il déplacé à Milan ?

Mario Boselli – Rome est une ville fondamentale dans l’histoire du Made in Italy. Elle a donné naissance à la mode du pays et reste encore aujourd’hui le centre du travail artisanal dans la haute couture italienne. Milan a développé plutôt le prêt-à-porter de luxe en concentrant les activités liées à la mode et au design, dans les années 70s. Elle a su capter les meilleurs stylistes et designers du pays grâce à une densité extraordinaire d’écoles, d’entreprises et d’investisseurs.

L’Italie et la France sont souvent comparées pour leur rôle de premier plan dans l’industrie de la mode. Quelles sont les spécificités de l’une et de l’autre ?

La France est le véritable pays du luxe, dont la haute couture est l’expression la plus remarquable. C’est un héritage de l’opulence de la monarchie de Versailles, de la clairvoyance de Colbert et de Louis XIV, et de la grandeur napoléonienne. Paris incarne à l’international l’image même de l’élégance grâce à ce capital historique. L’Italie s’est spécialisée dans la manufacture haut-de-gamme, elle est le véritable pays du beau et du bien fait et elle est aujourd’hui le plus grand fournisseur et exportateurs de produits finis, notamment en France.

Quels sont les défis communs que les deux pays doivent affronter ?

Le plus délicat est celui de la transmission de leur patrimoine aux nouvelles générations. La France compte un patrimoine de grands stylistes plus ancien de 120 ans, l’Italie en a à peu près la moitié. Paris a donc dû affronter le défi en premier et a déjà assuré certains des passages entre générations avec des résultats très encourageants si l’on regarde des marques comme Dior par exemple. Les grands groupes français ont aussi opté pour une polarisation du système de gestion en s’appuyant sur les banques et les managers. En Italie le problème touche des noms historiques qui ont bâti la renommée internationale de ce pays. Il suffit de penser à Valentino, aujourd’hui la propriété d’un fond d’investissement qatari, ou à la succession d’Armani, qui sera sans doute un événement majeur du secteur dans les années à venir. En revanche, du point de vue du modèle managériale, l’Italie devra sans doute se doter d’un parcours différent de la France, et cela dans le respect de son histoire entrepreneuriale.

À votre avis, comment la mode se transformera-t-elle dans les prochaines années ?

Après les dernier défilés je pense que la mode du futur verra l'émergence d'un troisième genre à côté des collections homme et femme, un genre qui fusionnera masculin et féminin, tel que nous le voyons déjà sur les podiums.
9_20750_1426293239.jpg
Crédits photo : Ravizza, Nick Zonna, Next Generation, DR, Chicca Lualdi, Camera Nazionale della Moda Italiana
Article paru dans le numéro #57 POÉSIE MÉCANIQUE
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
« La mode du futur verra émerger un troisième genre » à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.