Fermer
Domenico Biscardi
Recommandation | 26 avril
4 mn

Des chaussettes bien sèches
À l'italienne, à l'anglaise ou à la française, choisissez la meilleure façon d'habiller votre pied.

Mon Tiroir à Chaussettes, Palatino, fil d'Ecosse vanise © Mon Tiroir à Chaussettes
En matière de chaussettes, plusieurs écoles de pensées s’affrontent : l’italienne qui chérit les mi-bas et la couleur, et table sur la maîtrise de la technique, le choix des matières premières ; l’anglaise, qui détonne avec des motifs excentriques et des couleurs vives ; et la française, qui, eh bien, s’en fout !
Vrais ou faux, ces lieux communs vont bon train dans le domaine feutré de la chaussette et du mi-bas, mais une chose est sûre : dans l’Hexagone, ces accessoires, pressés entre le talon et la chaussure, ont la vie difficile. Loin de l’oscillation aérienne de la cravate, du nid douillet de la pochette et du couloir balisé de la ceinture, la chaussette souffre d’une réputation aussi douteuse que le mauvais café.
Mais un air de renouveau souffle désormais sur le meilleur ami du mollet d’Adam. Chaussettes et mi-bas font depuis une paire d'années l’objet de sites dédiés avec un engouement grandissant. C’est le cas de Mon tiroir à chaussettes, fondé en 2014 par Emmanuel Heurteau, qui prêche le mélange des genres selon l’humeur et les occasions. Il propose des chaussettes d’excellence à un public de plus en plus large : l’offre britannique y est décente, grâce à la marque Pantherella aux motifs des années 50s très recherchés, et les signatures italiennes y sont de premier choix, avec Bresciani et Palatino, l’une lombarde et spécialiste des techniques les plus innovantes, et l’autre romaine et au style plus classique et intemporel.
Au printemps 2015, pour le premier anniversaire du site, le catalogue liste des offres de chaussettes et mi-bas, en fil d’Écosse, laine, laine et soie et cachemire et soie, des motifs à côtes, à pois, chevrons, caviar et vanisés. La fourchette de prix va de 9,50 à 45 euros.
 © Mon Tiroir à Chaussettes
Au bout d’un an, Mon tiroir à chaussettes affiche des résultats très encourageants : 500 clients, deux grandes saisons d’achat, le printemps, ses mariages et autres cérémonies, et la fin de l’année, grâce aux marchés des passionnés et des cadeaux. Pour la deuxième année, il prévoit de se développer à l’étranger, vers l’Asie et les Etats-Unis, avec une offre renforcée en marques italiennes, plébiscitées par ses clients.
Au fait, le célèbre fil d’Écosse est-il vraiment écossais ? Pas tour à fait : il est produit à partir du meilleur coton d’Égypte, mais travaillé selon la méthode inventée par l’Écossais John Mercer en 1844, et qui donne au coton cet aspect lustré. Ensuite, le remaillage à la main permet d’obtenir des coutures à peine perceptibles au toucher pour un confort hors pair.
Crédits photo : Mon Tiroir à Chaussettes
Partager :
Article paru dans le numéro #63 VOLTIGE
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Des chaussettes bien sèches à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.