Fermer

Un ami en ville
Keyvan Nilforoushan, directeur de onefinestay France, reçoit ses invités dans les plus beaux appartements de Paris.

Onefinestay © DR
Appartement proposé par onefinestay © DR
Appartement proposé par onefinestay © DR
Appartement proposé par onefinestay © DR
Appartement proposé par onefinestay © DR
Appartement proposé par onefinestay © DR
Appartement proposé par onefinestay © DR
Pascal de Rauglaudre
9 mn
Depuis 2009, onefinestay occupe un créneau laissé vacant dans l’offre de logements pour des séjours courts : celui des appartements privés très haut de gamme. Après Londres, New York et Los Angeles, la startup anglaise a conquis Paris avec un succès qui dépasse toutes les espérances de ses créateurs. Pour Pluris, Keyvan Nilforoushan, son directeur, décrypte cette success story.

Pluris – En quoi consiste l’offre onefinestay ?

Keyvan Nilforoushan – Nous proposons à nos « invités », comme nous les appelons, une sélection de 400 appartements haut de gamme dans lesquels tout a été rénové récemment avec des standards d’excellence, de l’appartement avec une chambre à coucher jusqu’à l’hôtel particulier. Au moment de faire leur choix, ils ont la possibilité de s’adresser à quelqu’un qui connaît tous les appartements et saura les conseiller. Le jour de leur arrivée, nous les accueillons en bas de l’immeuble pour les aider à monter les valises, faire le tour du logement, leur expliquer comment tout fonctionne, etc.

Quels autres services fournissez-vous ?

Dans l’appartement, les invités trouvent un panier d’accueil avec des produits typiques français ou parisiens, et du linge frais, draps, couette, oreillers, serviettes, de qualité hôtelière garantie par nos soins. La salle de bains est équipée de produits L’Occitane et nettoyée par nos services. Nous leur confions un iPhone avec lequel ils peuvent nous appeler à tout moment du jour et de la nuit : au bout de la ligne, un interlocuteur qui connaît intimement la ville les renseignera. Ce sont nos standards. L’idée est de leur donner l’impression d’avoir un ami en ville qui va s’occuper de tout pour eux.

Si vous deviez vous comparer, vous voyez-vous plutôt comme Airbnb ou Ebay ?

D’après moi, si Airbnb est Ebay, nous serions plutôt Amazon. Airbnb, par son positionnement, considère le propriétaire comme un fournisseur, en l’encourageant à baisser ses prix tout en rehaussant ses normes. Onefinestay n’est pas une place de marché, mais une marque avec un produit standard : le propriétaire ne voit jamais le locataire, il ne s’occupe pas de la gestion de l’appartement, il est un client au même titre que l’invité. La relation est donc différente.

Les propriétaires se laissent-ils facilement convaincre de louer leur logement ?

Nous nous posions cette question avant de commencer, et beaucoup d’amis m’avaient mis en garde, en disant que laisser son appartement à des inconnus était trop anglo-saxon pour fonctionner dans notre capitale. Dans les faits, Paris est le marché où onefinestay enregistre la plus forte croissance, et tous nos objectifs sont dépassés. La moitié des appartements arrive par le bouche-à-oreille, qui est encore le meilleur vecteur de publicité. Mais nous n’essayons pas de convaincre les propriétaires : nous leur expliquons le principe en détail. Après, c’est à eux de décider s’ils s’y retrouvent ou pas.

Quelles garanties leur offrez-vous ?

Nous avons trois niveaux d’engagements. Le premier, nous faisons en sorte que l’invité soit traité comme un invité et pas comme un client. De la sorte, il sera davantage incité à respecter l’appartement. Le deuxième, nous prenons une caution sur la carte bancaire de l’invité : faire confiance est une chose, le faire en toute sécurité, c’est mieux. Si un événement se produit, nous pouvons toujours discuter avec lui. Le troisième engagement, c’est une assurance spécifique qui couvre à peu près tout ce qui peut se produire dans le cadre de notre activité. À chaque fois que nous préparons un appartement, nous prenons plusieurs centaines de photos, pour documenter l’état de l’appartement et le restituer exactement dans le même état. Nous prévenons les propriétaires de mettre à l’abri leurs objets à forte valeur sentimentale. Le reste peut être assuré.
Keyvan Nilforoushan, directeur de onefinestay © Pluris
Keyvan Nilforoushan, directeur de onefinestay

Quel est le profil de votre clientèle ?

La plupart de nos invités sont de grands voyageurs pour leurs affaires. Ils logent à l’hôtel quand ils sont déplacement professionnel, mais en vacances, ils aspirent à un appartement privé. Un profil que l’on rencontre très souvent, c’est celui des anciens expatriés de passage à Paris : ils n’ont pas envie d’aller à l’hôtel, ils veulent un endroit intime pour recevoir leurs amis à dîner, et notre offre leur est parfaitement adaptée. Nous avons aussi des gens qui cherchent un séjour de longue durée dans la capitale, ou tout simplement des touristes qui ont besoin qu’on organise chaque instant de leur voyage.

À combien estimez-vous votre potentiel de développement en termes de logements à louer ?

Nous avons un peu de mal à le chiffrer, parce que je ne vois pas encore de limites. Pour l’instant nous sommes le marché du groupe onefinestay qui croît le plus vite, et toujours au-delà de nos espérances. Il n’y a aucune raison que nous ne disposions pas de plusieurs milliers d’appartements haut de gamme dans notre offre un jour !

Et quels nouveaux services pourriez-vous développer ?

C’est une bonne question. On nous demande des visites de Paris, mais nous n’allons pas proposer un simple tour de la ville dans un bus doubledeck ! Nous travaillons plutôt avec Localers, une agence qui offre des visites alternatives avec des thématiques fortes. On a aussi des demandes pour organiser des dîners avec des chefs à domicile, et nous y réfléchissons, en prospectant les chefs parlant bien anglais. Nous veillons d’ailleurs à maintenir une solide base de gens qui maîtrisent l’anglais, notamment pour les situations d’urgences médicales.

N’est-ce pas une forme de concurrence avec les palaces parisiens ? Comment vous considèrent-ils ?

Ils ne nous voient pas comme des concurrents déloyaux parce que nous ramenons dans l’économie légale des activités qui se font au noir. Notre personnel de ménage est déclaré, et nous payons les mêmes charges sociales. Donc la concurrence sauvage et clandestine qui pourrait gêner les hôteliers ne nous concerne pas. L’usage de nos services aussi est différent : nos solutions sont plus adaptées aux séjours longs et aux familles qui préfèrent un appartement à un hôtel.
Crédits photo : Pluris, DR
Partager :
Bonnes adresses
Cour de la Maison Brûlée
89 rue du Faubourg-Saint-Antoine
75011 Paris - France
Article paru dans le numéro #68 SERVICES
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Un ami en ville à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.