Fermer
Garance Fillain
News | 23 mai
4 mn
La figure humaine : c’est le prisme choisi par le Centre Pompidou pour explorer l’œuvre du Corbusier, à travers quelque 300 œuvres. Son œuvre, très vaste, court de l’architecture au design, mais touche aussi aux lettres et aux arts plastiques, à la sculpture et à la peinture. L’exposition offre l’occasion de mieux comprendre certaines facettes de cette réflexion complexe, où l’analyse géométrique, sensorielle et spirituelle du corps apparaît comme le cœur de son œuvre.
Forme à résonance acoustique
Le Corbusier et Pierre Jeanneret, Maison Citrohan, 1920 - 1922 © Pluris

Le Corbusier et Pierre Jeanneret, Maison Citrohan, 1920 - 1922

Côté architecture, on découvre au-delà des « unités d’habitations », au fondement de ses propositions d’habitations collectives, de nombreuses propositions d’espaces privés. Dans les années 1920, elles furent un point de développement tout particulier pour Le Corbusier. On découvre ainsi par des dessins et maquettes une série de villas qui respectent le vocabulaire propre des

fameux « Cinq points de l’architecture nouvelle », énoncé en 1927 : les pilotis, le toit-jardin, le plan libre, la fenêtre en longueur, la façade libre.
Le Corbusier, Peinture murale pour la maison de Jean Badovici à Vézelay, 1935-1936 © Pluris

Le Corbusier, Peinture murale pour la maison de Jean Badovici à Vézelay, 1935-1936

L’œuvre artistique de Le Corbusier est très riche, comme en témoigne les tableaux, sculptures ou dessins présentés au fil de l’exposition. Par exemple cette peinture murale de toute beauté, réalisée pour la maison de Jean Badovici à Vézelay en 1935-1936. Complétant une œuvre commandée à Fernand Léger pour la cour, Le Corbusier investit un mur de la maison et réalise un ensemble

reprenant au-delà de sujets féminins, le coquillage, véritable « forme à résonance acoustique », selon lui.

Sur son travail d’équipement de la maison, quelques pièces majeures ont été rassemblées, illustrant de manière pédagogique un travail axé sur la recherche de solutions sobres et standard.
Le Corbusier, Pierre Jeanneret, Charlotte Perriand - Fauteuil Grand Comfort, 1928 © Pluris

Le Corbusier, Pierre Jeanneret, Charlotte Perriand - Fauteuil Grand Comfort, 1928

En rupture avec l’ornementation « Art déco » en vogue dans les années 1920, on retrouve des tables pratiques par leur réglages et assemblages multiples aux fauteuils à la fois souples, enveloppants et ajustables afin de répondre aux différentes manières de s’asseoir et de se mouvoir.

Ville humaniste à Chandigarh, en passant par la Chapelle de Ronchamp ou le Modulor (système de mesure), le parcours du Centre Pompidou permet de se confronter à une œuvre prolifique.
La Bouteille de vin orange, Le Crobusier © Pluris
 Le Corbusier Mesures de l’homme, au Centre Pompidou, du 29 avril au 3 août 2015.
Le Corbusier et Pierre Jeanneret, Maison Citrohan, 1920 - 1922 © Pluris
Le Corbusier, Peinture murale pour la maison de Jean Badovici à Vézelay, 1935-1936 © Pluris
Le Corbusier, Pierre Jeanneret, Charlotte Perriand - Fauteuil Grand Comfort, 1928 © Pluris
Le Corbusier, Peinture murale pour la maison de Jean Badovici à Vézelay, 1935-1936 © Pluris
Crédits photo : Pluris
Partager :
Bonnes adresses
Place Georges-Pompidou
75004 Paris - France

+33 1 44 78 12 33
Article paru dans le numéro #67 ANGLES ET COURBES
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Lignes aiguës et angles droits à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.