Fermer
Sophie Colin
Portrait | 24 oct.
5 mn

Nostalgie mélaminée
Bien connaître le mobilier de la Reconstruction pour mieux l'acheter : les conseils de Jean-Baptiste Bouvier, antiquaire expert de l'après-guerre.

Meubles de la période dite de la Reconstruction © DR
Jean-Baptiste Bouvier, antiquaire © DR

Jean-Baptiste Bouvier, antiquaire

« Moi, je me fous du design. Ce qui me plaît c'est qu'il soit historique, héroïque. Tous ces meubles font prendre conscience du temps, ils parlent de finitude, c'est cette très belle idée qui m'a poussé à devenir antiquaire. » Jean-Baptiste Bouvier ne manque pas de verve quand il s'agit de raconter l'histoire des meubles de la Reconstruction, période de prédilection de cet antiquaire installé sur le Marché Paul Bert, aux Puces de Saint-Ouen. Pour les lecteurs de Pluris, Jean-Baptiste Bouvier délivre ses conseils avisés.

Pluris – Le mobilier de la Reconstruction bénéficie d'un véritable engouement. Le vintage y serait-il pour quelque chose ?

Jean-Baptiste Bouvier – Je n'aime pas ce mot, il est fourre-tout. Cet engouement est une question générationnelle. La moyenne d'âge de mes clients est de 40-50 ans, comme moi. Notre génération porte un regard particulier sur cette période, car nous avons construit notre vie avec le sida, le chômage, l'effritement de certaines choses essentielles, comme le sentiment de protection. Les années 50 représentent une France un peu idéale, pleine d'enthousiasme et de joie de vivre, même si elle ne l'était certainement pas. On a envie de l'aimer car, dans l'idée qu'on s'en fait, elle nous est douce.

Quelles sont les caractéristiques de ce mobilier ?

Dans cette très belle histoire des meubles de 1945 à 1955, certains créateurs sont des politiques, et d'autres des poètes. Voyez Marcel Gascoin, dont je suis le spécialiste, René Gabriel, Mathieu Matégot, Pierre Paulin, ou encore Pierre Guariche. Mais ils ont tous un point commun : une volonté de rationaliser le mobilier et l'espace. Sans oublier l'idée de fonction qui va déterminer la forme. Comme on est dans une période de transition, le mobilier va beaucoup changer, on va passer d'une époque où le côté pratique prévaut à une autre où le trait se libère, où l'esthétique devient plus enjouée ou innovante. Avant de passer au design tel qu'on le connaît aujourd'hui, quand des éditeurs se mettront à produire en grande série.

Quels conseils donneriez-vous à un novice ?

La première chose qu'il doit retenir, c'est se méfier d'Internet, qui peut être espace d'information autant que de désinformation. Il faut plutôt se tourner vers les livres de référence tels que Les décorateurs des années 50, de Patrick Favardin aux Editions Norma, ou aller dans les librairies spécialisées, comme celles du Musée des Arts décoratifs ou de Beaubourg. La vraie littérature de l'époque, elle, est introuvable. C'est le rôle du marchand de se constituer un fonds documentaire qui fait toute la valeur de son expertise. Si j'avais un conseil à donner dans le choix des marchands, c'est d'aller tout de suite chez ceux qui apportent cette garantie.

Existe-t-il des certificats d'authenticité ?

Seuls les experts rattachés au Syndicat national des antiquaires sont aptes à délivrer des certificats, mais l'émission d'une facture engage le marchand pendant dix ans sur la véracité des informations qu'elle contient. Il faut exiger qu'elle soit la plus détaillée possible avec le nom du créateur, les matériaux, la date approximative de fabrication, pas de création.

Et pour choisir un meuble, que recommanderiez-vous ?

Il faut se renseigner sur l'état et les éventuelles restaurations. Un meuble restauré n'est pas forcément mal, car sa restauration peut relever de l'entretien. Même si elle est parfois importante, c'est parfois du sauvetage. Il faut surtout se méfier de la customisation. Les modifications sont une forme d'altération de l'objet qui ont un impact sur le prix et la valeur intrinsèque de l'objet.
Crédits photo : DR
Partager :
Bonnes adresses
Marché Paul Bert / Allée 6 / Stands 91 et 232
96, rue des Rosiers
93400 St-Ouen - France
Article paru dans le numéro #84 BÂTIR
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Nostalgie mélaminée à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.