Fermer
Plur.is
News | 28 juin
4 mn

Images intranquilles
« Super Models », la dernière série de Valérie Belin, exposée pour la première fois au Centre Pompidou.

Ananke
D’où provient ce sentiment d’inquiétante étrangeté que produisent les photographies de Valérie Belin ? De la carnation vivante de ses mannequins de vitrine, de la fixité du visage de ces femmes rencontrées dans la rue ? De l’aspect organique de ces carcasses de voitures, du caractère sculptural de ces boeufs écorchés ? Est-ce un sosie ou une statue de cire ?
Le Centre Pompidou consacre, pour la première fois, une exposition à l’œuvre de Valérie Belin du 24 juin au 14 septembre. Constituée d’une trentaine d’œuvres, l’exposition est organisée autour de la toute dernière série de Valérie Belin, « Super Models ». Cette nouvelle proposition renoue avec la thématique du mannequin qui est au cœur du travail de l’artiste, en lien avec des œuvres antérieures provenant de collections publiques ou privées.
Par le traitement de la lumière, des contrastes, les proportions des tirages et autres paramètres savamment orchestrés, Valérie Belin joue de l’incertitude. Devant ses images, il est souvent difficile de dire si ce que l’on regarde est doué de vie ou inanimé, réel ou virtuel, naturel ou artificiel. Des détails subtils qui interrompent la continuité quotidienne, ramenant au concept d’inquiétante étrangeté de Sigmund Freud qui la définissait justement comme « Le fait de douter qu’une créature apparemment vivante soit animée, et à l’inverse l’idée qu’une créature sans vie pourrait bien être animée, en se référant à l’impression produite par les mannequins de cire, les poupées ou les automates réalisés avec art. » (Sigmund Freud, L’Inquiétante étrangeté, 1919).
C’est cela précisément qui confère aux œuvres de Valérie Belin une singulière puissance et le choix des œuvres ici réunies, Michael Jackson, Black Women I, Lido, Meats, Engines... illustre cet aspect spécifique de son travail.
  A l’occasion de l’exposition Valérie Belin au Centre Pompidou, 28 tirages, numérotés et signés, de chacune des deux œuvres présentées dans cet article sont mises en vente au prix unitaire de 800 euros. Le tirage pigmentaire est effectué sur un papier en pur coton de 300 g, au format 31 cm de largeur et 41 cm de hauteur. Pour plus de renseignement, contacter les Éditions du Centre Pompidou : Francesca Baldi (francesca.baldi@centrepompidou.fr)
Ishtar (série Super Models), 2015 © Valérie Belin ADAGP
Crédits photo : Valérie Belin ADAGP
Partager :
Article paru dans le numéro #72 ORFÈVRES
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Images intranquilles à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.