Fermer
Tiphaine Illouz
Recommandation | 26 sept.
3 mn

Vestiaire d'amateurs
Chez De bonne facture, un vêtement n'est pas beau tant qu'il n'est pas impeccablement confectionné.

Déborah Neuberg, créatrice de la marque pour homme De bonne facture © DR
Atelier de filature pour De bonne facture © DR
Chez De bonne facture, une marque pour les hommes qui apprécient les détails et les histoires de confection, les pièces sont signées par des ateliers spécialisés. « Quand j’ai créé De bonne facture, j'ai d'abord recherché des ateliers français aux savoir-faire sauvegardés et uniques », explique Déborah Neuberg, la fondatrice. Parmi eux, Fileuse d'Arvor et ses tricots de maille, la bonneterie Chanteclair pour les polos, Brochot l'un des derniers artisans spécialistes du bouton de corne, ou Tricot Diogene, fabricant de cravates tricotées dans le Jura depuis 1905.
Chaque saison, le vestiaire se compose de pièces intemporelles comme le trench, l’imper Mackintosh ou des chemises l’été, les cardigans et les pulls marins l’hiver.
« Intemporelles et pas classiques, car sur chaque pièce certains détails sont détournés comme des boutons en corne sur un polo casual, ou un tissu rayé d’apparence bien connue, à la rayure brouillée en lin et soie, comme si elle était faite à la main »,
poursuit Déborah.

La sixième édition estivale propose un vestiaire aux essentiels épurés, pulls en laine d'été lavée, polos en coton piqué et chemise en mousseline de coton. Chaque pièce comporte des finitions parfaites, y compris pour la femme à qui sont destinées des collections capsules faites de maille, jersey, veste et pantalon.
Privilégiant le Made by plutôt que le Made in, Déborah est particulièrement inspirée par les tissus japonais : denim, mélange de coton et chanvre, laine lavée, ou coton nid d'abeille. « Les matières japonaises sont non seulement de très haute qualité, mais aussi naturelles, authentiques et imparfaites, marquées par la main de l’homme. » Dernièrement, De bonne facture a collaboré avec les artisans de la ville de Yuki au Japon pour confectionner des cravates en soie kimono grâce au Yuki-tsumugi, une technique de tissage de la soie au Nord de Tokyo. Récemment installée au coeur du 11èmeme arrondissement, la marque souhaite rassembler autour d’elle tout un art de vie avec des évènements autour de la dégustation de café, ou des meilleurs whiskey japonais.
Cravate - De bonne facture © DR
Cravate - De bonne facture © DR
Cravate - De bonne facture © DR
Cravate - De bonne facture © DR
Cravate - De bonne facture © DR
Crédits photo : DR
Partager :
Plus d'informations
10, rue de Crussol
75011 Paris - France

+33 1 84 17 52 59
Article paru dans le numéro #80 VINTAGE
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Vestiaire d'amateurs à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.