Fermer
Sophie Colin
Entretien | 14 oct.
4 mn

De l’infiniment précis
Un jour de décalage tous les 3887 ans : c'est la précision hallucinante du nouveau Duomètre Sphérotourbillon Moon, décrit par Stéphane Belmont, le directeur marketing et création de Jaeger-LeCoultre.

Duometre Spherotourbillon Jaeger-Lecoultre © Jaeger-Lecoultre
Le temps qui passe et ses connotations nostalgiques sont sources d’inspiration inépuisable chez les poètes et les écrivains. Pour les horlogers, tournés résolument vers l’avenir, ils sont synonymes de précision. Stéphane Belmont, directeur marketing et de la création chez Jaeger-LeCoultre, revient sur cette raison d’être de l’horlogerie à travers le nouveau Duomètre Sphérotourbillon Moon. Prouesse technologique qui conçoit des phases de lune ne présentant, une fois ajustées, qu’un jour de décalage tous les 3887 ans !

Pluris – En quoi le Duomètre Sphérotourbillon Moon parvient-il à cette précision ?

Stéphane Belmont – On a fait passer le tourbillon de la montre de poche à la montre de poignet grâce aux tourbillons multi-axes. Le tourbillon est un organe réglant la montre dans une cage qui tourne sur elle-même afin de compenser les effets néfastes de la force de gravité. Nous avons créé en 2004 le Gyrotourbillon en plaçant la cage sur deux axes perpendiculaires pour que la précision reste la même quelle que soit la position de la montre portée. Grâce à ce mécanisme, le balancier garde une amplitude d’oscillation constante dans toutes les positions. Le Sphérotourbillon est un tourbillon multi-axes plus compact. Dans le Duomètre Sphérotourbillon Moon, la lune reste ultra-précise sur 3887 ans et la montre peut être réglée à la seconde près. La précision est à la fois infinie et instantanée.
Stephane Belmont Jaeger-Lecoultre © Jaeger-Lecoultre

Comment travaillez-vous en interne, entre horlogers et scientifiques ?

C’est un travail d’équipe. Des ingénieurs et des techniciens traitent le savoir des horlogers. Grâce à la puissance de simulation des ordinateurs, on essaie de voir comment de nouveaux mécanismes vont se comporter et comment on va imaginer quelque chose de nouveau qui prendrait des dizaines d’années avec une méthode traditionnelle d’horlogerie. Pour la précision des phases de lune, on part du phénomène astronomique et des calculs des astrophysiciens pour reproduire ça sous forme de mécanique avec des rouages, des petites dents… On sort du calcul mathématique pour le transformer en rouage mécanique. Et on est toujours confronté à la dualité entre artisanat et industrie.

Comment appréhendez-vous la notion d’espace-temps chez Jaeger-LeCoultre ?

C’est pouvoir créer des choses qui restent dans le temps, et les apprécier encore 10, 20, 30, 100 ans après leur création. Après, nous essayons de le retranscrire au niveau de la précision de la montre et de la fiabilité de la mécanique horlogère. L’horlogerie haut de gamme est un acte de création artistique, tant au niveau du design de la montre que de la décoration de la mécanique horlogère. L’espace-temps, c’est donc avoir une mécanique qui va durer aussi longtemps que le côté artistique dans lequel elle est logée.
Duometre Spherotourbillon Jaeger-Lecoultre © Jaeger-Lecoultre
Crédits photo : Jaeger-Lecoultre
Partager :
Bonnes adresses
CH-1347 Le Sentier - Suisse

+33 1 58 18 14 80
Fermer
De l’infiniment précis à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.