Fermer
Sophie Colin
Portrait | 22 nov.
6 mn

Cap sur l'Afrique à Pompidou
Alicia Knock, sa toute jeune conservatrice, veut ouvrir le musée à la scène artistique bouillonnante du continent noir.

Alicia Knock, conservatrice au Centre Pompidou © DR

Alicia Knock, conservatrice au Centre Pompidou

« Le Centre Pompidou doit être un lieu de rassemblement et d’émulation, stimulé par des énergies nouvelles », s’enthousiasme Alicia Knock. Et elle sait de quoi elle parle : elle est la plus jeune conservatrice du musée. Après l'ESSEC et des études littéraires et d’histoire de l’art, elle a rejoint en juillet dernier le département Création contemporaine et prospective dirigé par Christine Macel. « C’est une grande chance pour moi d’être jeune dans une telle institution. Non seulement pour aborder la création la plus émergente mais aussi pour dynamiser la place des jeunes amis du Centre Pompidou. »

Ceux-ci, mécènes de moins 40 ans réunis dans le club Perspective, sont chargés d’acquérir chaque année des œuvres pour le Musée. Avec un budget correspondant à une cotisation individuelle annuelle de 250 €, ils les choisissent à partir d’une sélection présentée par les conservateurs de chaque département du Centre Pompidou (collections modernes et contemporaines, photographies, arts graphiques, etc.), après consultation du Comité des conservateurs et validation par le directeur du musée.
« Le Centre Pompidou doit être un lieu de rassemblement et d’émulation, stimulé par des énergies nouvelles » Alicia Knock
Et justement Alicia Knock a été désignée conservatrice référente pour 2015. L’occasion pour elle d’incarner cette énergie nouvelle tant dans la manière dont elle conçoit sa mission que dans ses propositions artistiques. « Je souhaitais que les membres de Perspective aient un rapport plus spontané aux œuvres et aux artistes pré-sélectionnés, qu’ils les voient et les rencontrent », au lieu de découvrir leur travail uniquement sur dossier. « Car la confrontation physique à l’œuvre est capitale », soutient-elle.
Exposition Kapwani Kiwanga Continental Shift, courtesy Galerie Jérôme Poggi © Nicolas Brasseur
Vue de l'exposition Kapwani Kiwanga Continental Shift à la Galerie Jérôme Poggi
Subduction study #1 2015, Kapwani Kiwanga, courtesy Galerie Jérôme Poggi © Nicolas Brasseur
Subduction study #1 2015, Kapwani Kiwanga
Flowers for Africa : Nigeria, 2014, Kapwani Kiwanga, courtesy Galerie Jérôme Poggi © Nicolas Brasseur
Flowers for Africa : Nigeria, 2014, Kapwani Kiwanga
Flowers for Africa : Mozambic, 2014, Kapwani Kiwanga, courtesy Galerie Jérôme Poggi © Nicolas Brasseur
Flowers for Africa : Mozambic, 2014, Kapwani Kiwanga
Die Entstehung der Kontinente und Ozeanes (Gibraltar), 2015, Kapwani Kiwanga, courtesy Galerie Jérôme Poggi © Nicolas Brasseur
Die Entstehung der Kontinente und Ozeanes (Gibraltar), 2015, Kapwani Kiwanga
Koki Doré 2014, Kapwani Kiwanga, courtesy Galerie Jérôme Poggi © Nicolas Brasseur
Koki Doré 2014, Kapwani Kiwanga

Faire entrer l’Afrique à Pompidou

Artistiquement, son intérêt porte sur des territoires spécifiques souvent méconnus. « J’aimerais emmener les membres de Perspective à la rencontre d’artistes d’origine africaine, comme Otobong Nkanga chez Kadist, ou Kapwani Kiwanga à la Galerie Jérôme Poggi, et d’autres venant d’Amérique latine, Voluspa Jarpa chez Mor Charpentier, et Marcos Avila-Forero à la Galerie Dohyang Lee. »
Elle souligne l’importance de se confronter à l’art d’Afrique de l’Ouest, et d’en dépasser notre vision obsolète. « Nous avons une langue et une histoire complexe en partage que nous avons le devoir de questionner. Il est nécessaire de se positionner face à cet héritage toujours en devenir, et les enjeux posés par ces jeunes artistes excèdent largement la géographie comme le carcan idéologique postcolonial/postmoderne. Ils traitent de problèmes contemporains de la création. » Et de poursuivre : « Il est aussi capital de s’y intéresser vite car le marché se structure et les foires pullulent, et le musée en tant qu’institution doit faire le travail de prospection et d’acquisition de manière autonome et indépendante du marché de l’art. »
C’est le 10 décembre que l’on connaîtra les acquisitions africaines du club Perspective pour 2015.
Pour en savoir plus sur la Société des Amis du MNAM et Perspective : Adhésions
 Otobong Nkanga à la Kadist Art Foundation, jusqu’au 20 décembre 2015.
 Kapwani Kiwanga à la Galerie Jérôme Poggi, jusqu'au 28 novembre 2015.
 Voluspa Jarpa chez Mor Charpentier
 Marcos Avila-Forero à la Galerie Dohyang Lee, jusqu’au 28 novembre 2015.
Flowers for Africa : Nigeria, 2014, Kapwani Kiwanga, courtesy Galerie Jérôme Poggi © Nicolas Brasseur
Flowers for Africa : Nigeria, 2014, Kapwani Kiwanga
Crédits photo : Nicolas Brasseur, DR
Partager :
Les galeries
2 Rue Beaubourg
75004 Paris - France

+33 9 84 38 87 74
21 Rue des Trois Frères
75018 Paris - France

+33 1 42 51 83 49
75 Rue Quincampoix
75003 Paris - France

+33 1 42 77 05 97
Article paru dans le numéro #88 POUSSES
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Cap sur l'Afrique à Pompidou à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.