Fermer
Sophie Colin
Reportage | 21 oct.

L'art et la matière
Le Corbusier et Girard-Perregaux, deux enfants de la Chaux-de-Fonds, deux destinées étroitement mêlées.

L'architecte Le Corbusier - Fondation Le Corbusier © FLC Prolitteris
L'architecte Le Corbusier - Fondation Le Corbusier
Les destins de Girard-Perregaux et de Le Corbusier, de son vrai nom Charles-Édouard Jeanneret, tous deux trouvant leurs racines à la Chaux-de-Fonds, en Suisse, sont étroitement liés. L’œuvre architecturale de l’un a inspiré les créations horlogères de l’autre. 1945 marque un moment clé dans la vie de chacun : tandis qu’est lancée une montre à l’esprit Art Déco qui deviendra l’un des modèles emblématiques de la maison horlogère, se développe le concept du Modulor, fondement de la démarche originale de l’architecte qui publie au même moment « Les Trois Établissements humains ».
La correspondance entre leurs univers réciproques prend véritablement forme en 2012 à l’occasion des 125 ans de la naissance de Le Corbusier. Girard-Perregaux édite alors une série limitée de trois montres, en cinq exemplaires chacune, imaginées à partir de celle de 1945 et rebaptisées « Vintage 1945 Le Corbusier ». Cette Trilogie Le Corbusier évoque l’univers de celui-ci à travers trois villes et trois périodes essentielles de sa vie : sa jeunesse à La Chaux-de-Fonds alors qu’il apprenait le métier de graveur-ciseleur ; son travail d’artiste à Paris inscrit dans le courant moderniste autour de la forme, de l’espace, de la lumière et de l’ordre ; enfin, sa conception de l’architecture avec comme réalisation magistrale la Cité radieuse à Marseille.
La Cité radieuse, immeuble Le Corbusier, Marseille  © Sophie Colin
La Cité radieuse, immeuble Le Corbusier, Marseille  © Sophie Colin
Aujourd’hui, comment mieux célébrer les 70 ans de la montre de 1945 et les 50 ans de la disparition du célèbre architecte qu’en imaginant un nouveau modèle dans la même veine que les précédentes ? Le projet ne manque pas d’ampleur puisque la Vintage 1945 Le Corbusier version 2015 est une série limitée de 50 pièces.
Pour Girard-Perregaux, ces quatre garde-temps exceptionnels sont l’occasion de mettre en avant un savoir-faire prestigieux et historique ainsi qu’une sensibilité profondément artistique. À partir d’un travail subtil de la matière et du design, les maîtres horlogers ont conçu des cadrans qui racontent l’histoire de Le Corbusier. « Il s’agit d’une approche plastique de tout l’univers de Le Corbusier », résume Stefano Macaluso, le directeur du développement produit de Girard-Perregaux.
Vintage 1945 Le Corbusier de Girard-Perregaux La Chaux-de-Fonds - Trilogie Le Corbusier © Girard Perregaux
Le cadran en béton de la Vintage 1945 reprend avec précision le Modulor, figure de l’Homme dont se sert Le Corbusier comme unité de mesure pour concevoir idéalement l’aménagement de l’espace. Et le design de la Vintage 1945 Le Corbusier, dans son boîtier rectangulaire galbé, est calqué sur l’idée de proportions justes et de volumes parfaits.
Vintage 1945 Le Corbusier de Girard-Perregaux Marseille et Paris - Trilogie Le Corbusier © Girard Perregaux
Si l’utilisation de la nacre ou de l’acier - dans deux des trois premiers modèles - constituait une opération délicate tout au long du processus de fabrication, le recours au béton dans les suivants est un véritable défi lancé à la créativité et à l’innovation. Matériau de prédilection de Le Corbusier qui l’utilisa pour la Cité radieuse, brut et vivant, il devient noble au contact de l’horlogerie, si fine et sophistiquée, et tout l’art consiste à le miniaturiser. « Le béton est une agrégation de sable et de ciment. Nous l’avons travaillé à l’échelle microscopique, avec des sables aussi fins que de la poussière. C’est un hommage au maître du béton armé qu’était Le Corbusier », explique Stefano Macaluso.
Vintage 1945 Le Corbusier de Girard-Perregaux version 2015  - Trilogie Le Corbusier © Girard Perregaux
Trois jours sont nécessaires pour que le béton soit coulé puis séché et que les finitions soient achevées.
« Le béton donne du relief à la montre, il crée des effets de matière et implique du savoir faire car le défaut ne pardonne pas sur des petites surfaces »
confirme Antoine de Macédo, horloger spécialisé dans les montres de collection, associé au projet et chargé de la vente de la nouvelle montre.
Au-delà de leurs destins croisés, l’horloger et l’architecte suisses partagent une exigence certaine dans leur travail, cette recherche tendue vers la perfection, là où l’art côtoie l’intelligence.
Vintage 1945 Le Corbusier de Girard-Perregaux Version 2015 - Trilogie Le Corbusier © Girard Perregaux
Cadran en béton de la Vintage 1945 Le Corbusier de Girard-Perregaux  © Pluris
Cadran en béton de la Vintage 1945 Le Corbusier de Girard-Perregaux  © Pluris
Cadran en béton de la Vintage 1945 Le Corbusier de Girard-Perregaux © Pluris
Cadran en béton de la Vintage 1945 Le Corbusier de Girard-Perregaux © Pluris
Cadran en béton de la Vintage 1945 Le Corbusier de Girard-Perregaux © Pluris
Cadran en béton de la Vintage 1945 Le Corbusier de Girard-Perregaux  © Pluris
Cadran en béton de la Vintage 1945 Le Corbusier de Girard-Perregaux  © Pluris
Cadran en béton de la Vintage 1945 Le Corbusier de Girard-Perregaux  © Pluris
Cadran en béton de la Vintage 1945 Le Corbusier de Girard-Perregaux  © Pluris
Cadran en béton de la Vintage 1945 Le Corbusier de Girard-Perregaux  © Pluris
Crédits photo : Sophie Colin, Pluris, Girard-Perregaux, Girard Perregaux, FLC Prolitteris, FLC - ProLitteris
Partager :
Fermer
L'art et la matière à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.