Fermer
Philippine Robert
News | 22 nov. , mis à jour le 13 déc.
13 mn

Des jeunes pousses mieux arrosées
Incubateurs, accélérateurs et fonds d'investissement restructurent leur soutien aux startups pour plus de performance.

Village by CA Incubateur de start-ups © DR
The Family Incubateur de start-ups © DR
Incubateurs, accélérateurs ou fonds d'investissement : les structures de soutien et de financement des startups se multiplient en France. Cet écosystème qui favorise la naissance et le renforcement de ces jeunes pousses est un atout non négligeable. Selon une étude de la Coface publiée en février dernier, elles sont plus solides que les autres entreprises. Tout n'est pas rose pour autant : l'aversion au risque et l'accès limité au financement continuent de peser sur leur développement, souligne cette même étude. Pour faire face à ces points noirs, des modèles innovants se lancent. Tour d'horizon de quatre structures qui réinventent le soutien aux startups.
L'accélérateur - Incubateur de start-ups © DR

L'Accélérateur change de nom pour souligner son évolution

Fondé en 2012, L'Accélérateur a beaucoup muté depuis sa création. Pour marquer ce changement, la structure vient de se rebaptiser « L'Accélérateur Capital Partners ». « En se contentant des fonctions de base d'un accélérateur, qui prend une participation seulement au départ, nous nous sommes dit que nous étions en train de regarder les trains passer. Nous avions de très belles startups et l'envie de continuer l'aventure avec elles », raconte Michel de Guilhermier, son cofondateur et président de L'Accélérateur Capital Partners, qui, au fil du temps, a réinvesti de plus en plus dans les startups qu'elle accompagnait.
La structure propose donc maintenant quatre activités différentes : l'accélérateur, qui donne une impulsion aux jeunes startups ; le fonds d'amorçage, qui leur permet d'investir jusqu'à 1 million d'euros dans chaque jeune pousse ; une holding de participations sur le très long terme, pour développer et accompagner les entreprises ; ainsi qu'un pool de coaching pour le développement personnel. Tout cela sans rien facturer : L'Accélérateur Capital Parteners se rémunère seulement en tant qu'investisseur. Sur la soixantaine de startups accompagnées, les échecs ne se comptent même pas sur les doigts d'une main.
The Family Incubateur de start-ups © DR

The Family veut bousculer le monde de l'entrepreneuriat

« Nous ne sommes ni un incubateur, ni un accélérateur de startups », sourit Alice Zagury, cofondatrice et patronne de The Family. Briser les codes et les moules, c'est bien l'objectif de cette structure d'accompagnement de jeunes pousses, qui se présente comme « une société privée d'investissement qui a pour mission de créer un écosystème entrepreneurial innovant en Europe ». The Family se rémunère en prenant entre 3 et 7 % de participation dans les startups accompagnés et en proposant des formations, en ligne ou physiques. Ce qui leur permet d'agir « en tant qu'associé des startups, avec trois piliers : l'éducation, les privilèges et le capital », décrit Alice Zagury. L'éducation est assurée par l'équipe de The Family au quotidien, mais aussi par des vidéos Youtube et la plateforme Koudetat.co.
Niveau privilèges, « nous négocions des deals avec les prestataires, nous designons les outils dont les startups ont besoin, et nous formons les prestataires de services à la culture startup », poursuit la cofondatrice. Pour l'accès au financement, The Family a réuni des « Godfathers », qui peuvent investir en moins de 15 jours, comme Frédéric Mazzella, le président de BlaBlaCar, ou Index Ventures. Grâce à cela, The Family espère bien répondre à une question : « Comment permettre aux gens de dépasser toutes les barrières à l'ambition et à la prise de risques pour valoriser et mettre à profit notre créativité, si reconnue par ailleurs ? » Pour le moment, 270 startups sont dans le giron de la structure, qui compte déjà quelques belles réussites comme Algolia, qui développe des technologies de recherche pour les professionnels, ou Afrostream, un service de vidéo à la demande spécialisé dans les films et séries africains.

Kima Ventures, de l'investissement au réseau

Kima Ventures, c'est d'abord un fond d'investissement. Fondé en 2010 par le boss de Free Xavier Niel et l'entrepreneur Jérémie Berrebi, son objectif est d'investir entre 100 000 et 200 000 euros dans une centaine de startups par an, ce qui en fait un des fonds de business angels les plus actifs du monde. Le pari est simple : investir dans le plus d'entreprises possibles, pour avoir le plus de chance de décrocher le jackpot, en ne choisissant que des « projets ambitieux », souligne Jean de La Rochebrochard, un des associés du fonds. Mais Kima Ventures, c'est aussi « un réseau d'entreprises innovantes dans le monde entier », comme le présente son site internet. « Nous ne sommes que quatre, alors c'est difficile de trouver du temps pour accompagner les startups, avoue Jean de la Rochebrochard. Mais nous savons de quoi elles ont besoin : un accès rapide et facilité à des ressources et du réseau. »
Pour répondre à ces deux problèmes, Kima Ventures a centralisé les ressources et donne aux startups un accès illimité à ce trésor. Du côté du réseau, c'est le côté décentralisé qui prime : « Chaque entrepreneur a un domaine dans lequel il est bon. Nous nous chargeons de mettre en relations ceux qui ont besoin d'aide et ceux qui peuvent leur donner ce coup de main », décrit l'associé. Ce fonds d'investissement a déjà accouché de belles réussites : Leetchi, un site de cagnotte en ligne, vient d'être racheté par le Crédit Mutuel Arkéa, et Transferwise, spécialiste des transferts internationaux d'argent, est entré dans le club des «licornes», ces startups non cotées en Bourse qui sont valorisées plus de 1 milliard de dollars.
Village by CA Incubateur de start-ups © DR

Le Village by CA, à la fois centre d'open innovation et pépinière pour les startups

L'ancien siège de l'UMP s'est trouvé une nouvelle fonction. Depuis l'année dernière, les murs du 55 rue de la Boétie accueille le Village by CA, « le premier espace de coopération dédié aux entreprises innovantes », créé par le Crédit Agricole, de grands groupes (comme Sanofi, Engie, Microsoft ou HP) et des entreprises de taille intermédiaire. « Le but est d'accélérer le développement des startups en les mettant en relation avec des PME ou des grands groupes. Nous leur proposons plusieurs possibilités d’installation, mettons à leur disposition un ensemble de services, et leur permettons d’entrer en relation avec d’autres acteurs de l’innovation », explique Fabrice Marsella, le « Maire du Village ».
Les 80 startups, spécialisées dans différents domaines, des nouvelles technologies à la santé, en passant par l'agriculture, le logement ou les transports, qui peuplent pour le moment cet écosystème peuvent ainsi compter sur le parrainage de grands groupes, qui participent également à la sélection, ou sur les coups de pouce des « startups grandes sœurs ». Elles bénéficient d'un tarif privilégié, subventionné par le Crédit Agricole et les partenaires, pour s'installer pendant 23 ımois dans les locaux, qui fourmillent d'évènements « où elles peuvent descendre en chaussons », glisse Fabrice Marsella.
Le modèle essaime : un autre Village by CA vient d'ouvrir ses portes à Lille. D'autres sont en projet, notamment à Bordeaux ou Brest. Sans oublier une présence à l'international. Les « villageois » peuvent aussi profiter de bureaux et d'appuis du réseau du Village dans plusieurs grandes villes à l'étrange, comme à New York.
Paris Pionnière - Incubateur de start-ups © DR

Paris Pionnières donne un coup de pouce aux femmes dirigeantes

Quand Paris Pionnières a été lancé en 2005, les femmes dirigeantes de startups à Paris n'étaient qu'une poignée, à peine 5 %. Dix ans plus tard, la situation s'est arrangée : elles sont désormais 21 %. « Mais ce n'est pas encore suffisant », plaide Caroline Ramade, déléguée générale adjointe de cet incubateur, gérée par une association qui compte comme partenaires la Mairie de Paris et la Région Ile-de-France. Depuis sa naissance, 200 entreprises sont nées de cette initiative, et certaines ont connu de très belles réussites comme Videdressing.com. Pour monter en puissance, Paris Pionnières opère cette année un virage stratégique pour se repositionner en tant que « plateforme d'innovation » : « Nous voulons désormais être présents dès le stade de l'idée », explique Caroline Ramade.
Trois programmes sont désormais proposés : le POSSIBLE, un boot camp de trois jours pour « révéler l'entrepreneure qui est en vous » ; le WoDI, qui permet en quelques mois de valider son concept et de passer devant un comité de sélection ; et l'INCUBATION, en une ou plusieurs années pour partir à la conquête du marché.
L'accompagnement des startups est en grande partie financé par la subvention d'amorçage de la Ville de Paris et de la Banque publique d'investissement. Derniers ingrédients du Woman Power, la plateforme d'innovation souhaite également renforcer son action auprès des étudiantes, qui ne sont pas encore « sociologiquement contraintes », et se rapprocher d'autres incubateurs pour créer des passerelles afin de ne pas se transformer en incubateur « réservé aux femmes dirigeantes ».

Bon à savoir si vous cherchez des fonds


 1-Renseignez-vous sur le parcours des entreprises accompagnées par l'incubateur ou l'accélérateur. Inutile de perdre du temps à candidater si vous ne correspondez pas au profil recherché.

 2-Allez sur place pour rencontrer l'équipe et les membres, pour parler avec eux de ce que vous attendez de cette expérience. L'accompagnement proposé doit correspondre à ce dont vous avez besoin pour vous développer.

 3-Renseignez-vous sur la façon dont la structure se rémunère pour choisir celle qui vous convient le mieux, facturation ou prise de participation, sans oublier de vous demander si ce coût ne sera pas difficile à assumer pour le moment.
Crédits photo : DR
Partager :
Article paru dans le numéro #88 POUSSES
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Des jeunes pousses mieux arrosées à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.