Fermer
Olivier de Cointet
Entretien | 27 nov. , mis à jour le 10 janvier
6 mn

Horlogerie haut de gamme pour tous
Frédérique Constant propose des montres de qualité à des prix très attractifs. Décryptage de ce succès par Aletta Stas-Bax, sa cofondatrice.

Horogical smartwatch, Frederic Constant, Aletta Stas-Bax © DR
Horogical smartwatch, Frederic Constant, Aletta Stas-Bax © DR
Pour Aletta Bax et Peter Stas, l'horlogerie était au départ un simple hobby. Mais la passion était tellement forte qu'elle a conduit ce couple à la ville à fonder Frédérique Constant, une manufacture horlogère de luxe. Toujours indépendante des grands groupes, la marque a su s'imposer dans le paysage en répondant à une demande : celle de montres classiques et de qualité, à des prix raisonnables.
Cette formule, qui concilie tradition et économie, fonctionne à merveille : la petite entreprise fabrique plus de 100 000 pièces par an dans sa manufacture de Genève. Elle est maintenant présente dans plus de 2000 points de vente dans une centaine de pays. À Paris, un corner vient d'ailleurs d'ouvrir dans la bijouterie de luxe Arije, rue Pierre Charron, dans le 8e arrondissement.
Aletta Stas © DR

Tradition et innovation

Grâce à un gros effort sur le contrôle des coûts, Frédérique Constant est présent à tous les stades de la fabrication, du design initial jusqu'à l'assemblage final, toujours à la main. Depuis 2004, la manufacture produit également ses propres calibres. Elle est également à l'origine du « Heart Beat », cette petite ouverture aménagée au niveau de la roue du balancier, qui permet de faire ressortir la nature mécanique de la montre.
Même si Frédérique Constant revendique son classicisme, cela ne l'a pas empêché d'être la première horlogerie suisse à se lancer dans les bijoux connectés, avec la sortie cette année de l'Horogical smartwatch. Si elle fonctionne grâce à la technologie MotionX développée dans la Silicon Valley, cette montre connectée a conservé tout l'esthétisme des mécaniques, avec le traditionnel cadran à aiguilles. Grâce à des premiers prix en dessous de 1000 €, la marque espère bien conquérir le cœur des amoureux de l'horlogerie et de la technologie et en écouler environ 40 000 cette année.

Pluris – Quelle est la philosophie Frédérique Constant ?

Aletta Stas-Bax – Avant de nous lancer, nous avions remarqué qu'il n'y avait pas, dans le domaine de l'horlogerie, de pièces à prix accessible, alors qu'il y a beaucoup de gens qui aiment les montres mais qui n'ont pas encore les moyens d'en acheter. Nous avons voulu créer des pièces abordables et traditionnelles, avec une jolie esthétique, des détails et des finitions haut de gamme. C'est comme ça qu'on a commencé et c'est toujours notre stratégie maintenant : du classique, avec un élément contemporain et un prix très attractif. À côté de cela, nous avons acheté Alpina, pour pouvoir proposer des modèles un peu plus sport, et nous avons créé les Ateliers de Monaco pour le très haut de gamme.

Comment conciliez-vous ces deux impératifs, le prix et la qualité ?

Cela demande de l'organisation, mais c'est possible. Nous avons toujours en tête notre objectif de prix abordable, mais nous accordons beaucoup d'attention aux finitions, car c'est cela qui fait l'esthétique de la montre et donne la perception du haut de gamme. Pour les concilier, nous prenons moins de marge. Ensuite, nous sommes très efficaces dans l'organisation. Il faut penser malin pour éviter certains coûts sans ce que cela ne touche au design. Par exemple, pour un bracelet en métal qui nécessite beaucoup d'outils, nous pouvons réduire le besoin à un ou deux sans que cela ne change le look. Et chez nous, les gens sont polyvalents, tout en faisant les choses bien.

Quelles sont vos perspectives pour l'avenir?

Poursuivre cette stratégie, tout en innovant. Pour toutes les parties du processus, nos horlogers ou les magasins qui nous vendent, c'est toujours intéressant de raconter une nouvelle histoire, d'innover, cela donne un dynamisme qui fait avancer et c'est stimulant pour tout le monde. Nous avons mis beaucoup dans notre « smartwatch ». Nous voulons attirer un public jeune, qui aime les choses modernes mais qui aussi l'idée que cette montre connectée reste une vraie montre. Nous voulons aussi continuer à progresser du côté des consommatrices, même si elles sont de plus en plus représentées parmi nos acheteurs. Tout en renforçant la marque, pour la faire connaître encore plus. Pour le reste, je ne sais pas où le futur va nous amener. Il y a des développements que nous ne pouvons pas imaginer tout de suite. Si vous m'aviez dit il y a 5 ans que nous allions faire une « smartwatch », je ne vous aurais pas cru !
Crédits photo : DR
Partager :
Fermer
Horlogerie haut de gamme pour tous à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.