Fermer
Tiphaine Illouz
News | 8 nov.
4 mn

Au café des valeurs nouvelles
Le coopératif est-il l'avenir de l'entreprise ? La Louve, un supermarché d'un nouveau genre, et le Troisième café tentent l'expérience.

À plusieurs, c’est plus facile de trouver des solutions locales aux problèmes qui nous dépassent. Au-delà de la stricte recherche du profit.

Un autre supermarché est possible

« La collaboration, l'entraide, et la bonne bouffe! », répond Isabelle Philippe, coopératrice et membre du groupe de communication La louve, lorsqu’on lui demande quelles valeurs animent « les coopérateurs ». Les coopérateurs, ce sont les futurs utilisateurs et propriétaires du premier supermarché collaboratif et non-lucratif de France, La Louve, qui ouvrira ses portes au cœur du 18e arrondissement dans quelques mois. « Nous sommes actuellement 1700 coopérateurs et nous avons besoin d’être 1900 à 2000 pour ouvrir. » Pour devenir coopérateur, rien de plus simple : investir 100 € et l’engagement de donner trois heures de travail bénévole par mois. En contrepartie, les coopérateurs deviennent les clients uniques de ce supermarché où les prix seront inférieurs de 20 à 30 % à ceux d’un supermarché classique tout en rétribuant plus justement les producteurs, et avec la promesse de produits de meilleure qualité : locaux, issus de petites productions et le plus souvent biologiques.

 Quelle forme juridique ? La Louve est une coopérative de consommation (une SCC loi 1947) organisée sous forme de société par actions simplifiées (SAS) « pour que le capital de démarrage ne vienne pas de quelques gros investisseurs, mais de l’ensemble des coopérateurs ».

 Quelle inspiration ? La Park Slope Food Coop à Brooklyn, New York, fondée il y a 40 ans et qui compte 16 000 personnes.

Café © DR

Un café associatif au cœur d’un quartier gentrifié

Face à la vague de gentrification qui déferle sur le Haut-Marais, Anne Esambert, avec le soutien de la Mairie et plusieurs porteurs de projet, a souhaité ouvrir un « café associatif, solidaire et participatif » avec quelques valeurs : création de lien social, partage et insertion par l’économie. Ouvert le 9 octobre 2014, le Troisième café propose un thé gratuit tous les jours entre 16h et 19h, le café à 1 €, et un déjeuner chaque jour : plat végétarien à 5 €, ou 6 € avec viande, entrée et dessert à 2 €. « Nous avons passé un partenariat avec notre voisin le magasin Bio C’est bon, pour récupérer chaque jour ses fruits et légumes invendus, et sommes en discussion avec une autre enseigne pour ne devoir acheter que les légumes de première nécessité. » À la manière des cafés suspendus napolitains, chacun peut payer à l’avance un repas qui bénéficiera à quelqu’un d’autre. Un an après l‘ouverture, le chiffre d’affaires dégagé par les 40 couverts du déjeuner suffit à couvrir tous les frais de l’association, et a permis de créer quatre emplois.

 Quelle Forme juridique ? Une association à but non-lucratif.

 Comment adhérer ? En réglant 5 €/an pour proposer des ateliers gratuits.
Crédits photo : DR
Partager :
Article paru dans le numéro #86 GRAINE
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Au café des valeurs nouvelles à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.