Fermer
Orianne Vialo
Portrait | 22 nov.
4 mn

Jeux de perspectives
L'artiste Michael Zelehoski donne une nouvelle dimension aux objets abandonnés : il les aplatit. Le résultat peut se voir à la Backslash Gallery à Paris.

Orange Slash 2015 © DR
Orange Slash 2015
Hydra-crop 2015 © DR
Hydra-crop 2015
Avec la collaboration de
Il travaille avec des matériaux très ordinaires, qui proviennent d’objets de consommation courante : chaises, palettes, échelles, barricades de police, morceaux de bois... tous récupérés dans les rues de New York. Lunettes de protection sur les yeux, Michael Zelehoski commence d’abord par disséquer méticuleusement chacun de ces objets, car le découpage et le collage des innombrables pièces constituent une étape cruciale de sa démarche artistique.
Il procède ensuite à l’« aplatissement » de ces morceaux en les insérant un à un dans des pièces de bois prédécoupées. Cet assemblage compose ainsi un plan à deux dimensions. En contrôlant la mise en contexte de ces pièces, Zelehoski remet en avant des objets généralement relégués au second plan dans notre vie quotidienne.
Tectonic Planes Michael Zelehoski, 2015
Tectonic Planes 2015
Les palettes, par exemple, transportent la plupart des objets avec lesquelles nous vivons, mais elles sont rarement perçues comme autre chose qu’un moyen de transport pratique. « J’utilise l'art comme un moyen de nous ramener en contact avec le monde réel, explique Zelehoski. Mon travail réside dans le rejet de la représentation traditionnelle que nous avons des choses, alors que la plupart des artistes veulent simplement créer des images. » Si, pour beaucoup de plasticiens, la palette est un simple moyen pour composer une œuvre, Zelehoski en fait une fin en soi.

Allégorie de la caverne

L’artiste, originaire du Massachusetts, puise son inspiration initiale dans la célèbre Allégorie de la caverne de Platon. « L'art est l’ombre d'une ombre. C'est pourquoi beaucoup de ces philosophes n'ont pas vraiment de place pour l'art car ils l'ont vu comme une distraction, plaide-t-il.
Lorsque vous regardez un objet, même s’il est en pleine mutation et que votre relation avec lui est en constante évolution, votre esprit crée de l’ordre dans ce chaos. »
La Tour est sans aucun doute la pièce qui lui a demandé le plus de travail tout au long de sa carrière. Durant deux mois, il a passé son temps à souder les pièces entre elles avant de les plaquer de part et d’autre d’un coin dans la galerie newyorkaise Mike Weiss afin de jouer avec les perspectives tout en conservant une œuvre en 2D. Il s’agissait de l’œuvre maîtresse qui liait littéralement l’ensemble de son exposition New Order : un câble ancré à l'entrée de la galerie serpentait entre les murs pour se connecter à l’imposante structure culminante. Grâce à cette œuvre, Zelehoski est passé maître dans l’art de la création d’illusions et de nouvelles perspectives pour saisir cette troisième dimension. Pour la première fois en France, il présente son travail à la Backslash Gallery dans l’exposition Objet Permanence.
Jacked Pallet Michael Zelehoski, 2015 © DR
Jacked Pallet 2015
 Object Permanence, de Michael Zelehoski, à la Backslash Gallery. Du 15 octobre au 28 novembre 2015.
Crédits photo : DR
Partager :
Bonnes adresses
29 rue Notre-Dame de Nazareth
75003 Paris - France

+33 9 81 39 60 01
Article paru dans le numéro #88 POUSSES
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Jeux de perspectives à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.