Fermer
Jacques Seidmann
News | 7 nov.
4 mn

René Girard, théoricien du mimétisme
Le Darwin des sciences sociales, comme l'appelait Michel Serres, était très écouté dans la Silicon Valley.

Éloge de René Girard, théoricien du mimétisme © DR
Avez-vous lu René Girard ? Si oui, bravo, car ses lecteurs ne sont pas si nombreux.
Michel Serres l’appelait le Darwin des sciences sociales, Kundera l’admirait, Peter Thiel, fondateur de PayPal et investisseur précoce dans Facebook, également. En France ce libre-penseur reste injustement méconnu. Avec sa disparition, c'est l'occasion de (re)découvrir son œuvre, bien susceptible de bouleverser votre quotidien.
René Girard offre en effet une lecture totalement nouvelle des conflits, de leur origine, de leur mécanique et de leurs effets. Pourquoi la compétition et la rivalité sont-elles au cœur des relations interpersonnelles ou professionnelles ? Pourquoi la quête de la différence engendre-t-elle finalement un tel conformisme ? Pourquoi la violence qui fait régulièrement irruption dans notre actualité n’est-elle qu’une résurgence d’un archaïsme de la civilisation des hommes ? Le monde contemporain, ses paradoxes et sa complexité seraient, pour cet exégète des religions et des mythes, beaucoup plus lisibles si nous adoptions sa grille explicative. Dire que René Girard dérange est un euphémisme car il pense en autodidacte magistral, affichant son détachement vis-à-vis de tous les courants de pensée du 20e siècle, qu’il juge trop théoriques ; sa lecture de Freud, Marx, et Levi-Strauss, qu’il déboulonne, vaut le détour, mais ne lui a pas valu que des amis.
Autodidacte magistral
La théorie girardienne s’est élaborée pendant un demi-siècle autour d’une découverte fortuite, en analysant les textes de la littérature occidentale. Quels points communs entre Cervantes, Stendhal, Flaubert, Proust et Dostoïevski ? Le fait que leurs personnages désirent toujours ce que désire un modèle, celui-ci finissant par devenir leur rival, et qu’il s’ensuit des cycles de vengeance et de violence. Simple en apparence, l’analyse des effets de ce « désir mimétique » aboutit à une véritable révolution copernicienne de nos représentations.
Acceptez d’être dérangé dans vos certitudes, et soyez attentifs aux nombreux articles et dossiers qui vont lui être consacrés à l’occasion de sa disparition dans les prochaines semaines.

Pour approfondir votre connaissance de René Girard

 La théorie mimétique en ligne.

 La géométrie du désir (2011) : le plus accessible. La coquette, le voyeur, le Don Juan, le masochiste, autant de figures du désir mimétique de la littérature qui nous renvoient à leur incarnation moderne.

 La violence et le sacré (1972) : l'ouvrage fondamental qui vous emmène au cœur de l’analyse des mythes et des religions.
Crédits photo : DR
Partager :
Article paru dans le numéro #86 GRAINE
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
René Girard, théoricien du mimétisme à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.