Fermer
Olivier de Cointet
Entretien | 6 déc.
5 mn

« L’esprit des champagnes Roederer s’est affiné »
Le champagne d'aujourd'hui n'a rien à voir avec celui d'il y a 20 ans. Frédéric Rouzaud, pdg des Champagnes Roederer, revient sur deux décennies de progrès.

Frédéric Rouzaud, Directeur Général de la Maison Louis Roederer champagne © DR
Champagne Louis Roederer © DR
Vignoble Champagne Louis Roederer © DR
Vignoble Champagne Louis Roederer © DR
Vignoble Champagne Louis Roederer © DR
La maison Roederer est l’une des dernières maisons de champagne indépendantes et familiales. Avec 240 ha de vignobles parmi les meilleurs de la région, elle a su faire évoluer et bonifier ses crus. Frédéric Rouzaud, son pdg, revient sur les progrès accomplis par la marque depuis deux décennies.

Pluris – Quelle est votre vision du champagne ?

Frédéric Rouzaud – Le champagne a bâti sa réputation sur la célébration et la fête, mais il ne peut exister sans les éléments qui constituent son identité, à savoir une région, un climat et un terroir bien spécifiques, qui lui donneront son goût si particulier. Ce sont eux qui font du champagne le leader incontesté des grands vins mousseux.

Le champagne est-il encore un produit de luxe ?

Bien sûr. Ce qui est luxueux, c’est ce qui est rare, beau, bon, et donc par définition, précieux. Le champagne est le fruit d’une expérience et d’un savoir-faire uniques. Il faut en prendre soin, savoir le cultiver pour produire un liquide d’une sophistication exceptionnelle, qu’on ne retrouve nulle part ailleurs. Tout dépend du terroir et du climat. De plus, les Champenois cultivent leurs vignobles depuis 250 ans. La méthode champenoise ne peut pas s’improviser du jour au lendemain, et surtout pas dans n’importe quelle région : les vignerons de Californie ont tenté d’en faire. Sans surprise, les résultats étaient radicalement différents, moins complexe et moins équilibré. Alors oui, le champagne est un produit de luxe, il est comme une pierre précieuse qu’il faut tailler sans arrêt pour la faire briller. Il n’y a pas de recette miracle, c’est un travail permanent.
Frédéric Rouzaud, Directeur Général de la Maison Louis Roederer © DR
Frédéric Rouzaud, Directeur Général de la Maison Louis Roederer

Comment le style de la maison Roederer a-t-il évolué au fil du temps ?

Les produits que nous sortions il y a 20 ans ne ressemblent en rien à ce que nous faisons aujourd’hui. Nous avons gagné en pureté, en précision, en maturité et en harmonie. L’esprit des champagnes Roederer s’est affiné, même si l’on reste fidèle à nos principes : tout est une question d’équilibre. Le style de la maison n'est pas de faire des vins surpuissants et fortement boisés, au contraire. La dimension « buvabilité » entre en jeu : qu’il s’y connaisse ou non en vin, il faut que le consommateur ait envie de boire un deuxième verre.

À quoi ressemblera le champagne de demain ?

Nous partons de valeurs sûres, qui ont fait notre réputation. Je parle notamment des vins millésimés, appelés aussi vins de terroir. Chaque domaine est identifié avec une cuvée qui lui est propre. À partir de là, notre mission consiste à inventer le champagne de demain, c’est-à-dire à pousser la sophistication de la viticulture à son maximum, avec tous les outils que nous avons à notre disposition, à savoir la biodynamie, qui est une autre façon de travailler le sol. Il y a des traditions à respecter, bien sûr, mais il faut aussi savoir évoluer. On s’enrichit tellement de connaissances scientifiques, d’expériences, que le milieu évolue sans arrêt.

Quel est le risque majeur avec la biodynamie ?

Le risque ne vient pas de la biodynamie, mais davantage des éléments naturels, puisqu’on ne peut pas prévoir la météo sur le long terme. Il suffit qu’il gèle ou qu’il grêle pour que la vendange soit détruite, comme ce fut le cas en 2013 à Bordeaux. Ce sont réellement les conditions météorologiques qui vont déterminer le compte d’exploitation.
Vignes raisin Champagne Louis Roederer © DR
Crédits photo : DR
Partager :
Bonnes adresses
21, boulevard Lundy
51722 Reims - France

+33 3 26 40 42 11
Article paru dans le numéro #90 ABYSSE
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
« L’esprit des champagnes Roederer s’est affiné » à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.