Fermer
Théo Siffrein-Blanc
News | 7 février
4 mn
L’engouement pour Rétromobile ne se dément pas. Année après année, l’événement attire de plus en plus d’exposants et de spectateurs et de fait, cette année, le hall 1 du Parc des Expositions de Versailles ne suffit plus à contenir les 140 000 personnes attendues. Le hall 2 a donc été mis à la disposition d’Artcurial qui tenait le marteau.
Après avoir procédé en 2015 à une vente de 46 millions d’euros, soit la plus belle jamais réalisée en France, Artcurial exposait en 2016 pas moins de 160 voitures de collection. Clou de la vente, une Ferrari 335 S Spider Scaglietti de 1957 provenant de la collection du célèbre industriel du cuir Pierre Bardinon, a battu un record absolu pour une voiture aux enchères à 28 millions d’euros.
L’autre constructeur mis à l’honneur cette année par Artcurial était Citroën, dont 48 modèles issus de la collection d’André Trigano ont été présentés, allant de la Traction à la C6 en passant par les 2CV. À travers ces modèles, c’est toute l’épopée de la firme aux chevrons qui est retracée.

Défiscaliser avec les voitures de collection

Qu’il s’agisse de modèles uniques de marques de prestige, comme cette Testarossa Spider de 1986 fabriquée spécialement pour Gianni Agnelli, le propriétaire du groupe Fiat, adjugée à 1,21 millions d'euros, ou de modèles populaires tels une DS avoisinant les 50 000 €, le prix de ces voitures de collections ne cesse d’augmenter.
Il y a une bonne raison à cette hausse : ces belles d’hier permettent de défiscaliser. Pourvu qu’il s’agisse d’un modèle de plus de 30 ans, « relativement rare », qui « n’est plus fabriqué » et ayant conservé « son châssis, son moteur et son système de freinage d’origine », ces voitures entrent dans la classe fiscale des œuvre d’arts classiques et sont donc totalement déductibles de l’ISF.
Lamborghini 350 GT artcurial   © Pluris
Ferrari 335 Sport Scaglietti © Pluris
1939 Graham Paige Type 97 © Pluris
1936 Maserati 3500 GTI Sebring © Pluris
Jaguar XK 120 1954 © Pluris
Ferrari 335 Sport Scaglietti © Pluris
1936 Maserati 3500 GTI Sebring © Pluris
Lamborghini 350 GT artcurial © Pluris

Rhomboïdes et joyaux de la République de Compiègne

Pour ceux qui viennent uniquement pour le plaisir des yeux, Retromobile 2016 accueille pour la première fois une collection de véhicules rhomboïdes, ces spécimens à quatre roues disposées en losange, comme le concept Pinin Farina PFX ou encore l’Automodule de 1968. Une occasion rare de voir ces modèles qui, futuristes pour leur époque, croyaient révolutionner l’automobile mais n’ont finalement jamais été commercialisés.
Enfin, neuf véhicules d’exception de la collection du palais de Compiègne, qui abrite le Musée national de la Voiture et du Tourisme, offrent un voyage dans le temps, jusqu’aux premières heures de l’automobile : diligences à cheval ou à vapeur, premières automobiles, vélocipèdes et palanquins racontent le passage de l'hippomobile à l'automobile.
Crédits photo : Pluris
Partager :
Article paru dans le numéro #97 SINGE DE FEU
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Des bolides sous le marteau à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.