Fermer
Charlotte Ferchaud
News | 20 déc.
5 mn

Entre extase et désolation
Dans le hall du Centre Pompidou, des containers s'empilent jusqu'au plafond. Magnifique rétrospective Anselm Kiefer, explorateur des tréfonds de l’âme allemande.

Le Centre Pompidou célèbre Anselm Kiefer, explorateur des abîmes de l’âme allemande, dans une magnifique rétrospective. © DR
Osiris und Iris
Le Centre Pompidou célèbre Anselm Kiefer, explorateur des abîmes de l’âme allemande, dans une magnifique rétrospective. © DR
Margarethe
Le Centre Pompidou célèbre Anselm Kiefer, explorateur des abîmes de l’âme allemande, dans une magnifique rétrospective. © DR
Palette am Seil
Le Centre Pompidou célèbre Anselm Kiefer, explorateur des abîmes de l’âme allemande, dans une magnifique rétrospective. © DR
Für Paul Celan, Aschenblume
Le Centre Pompidou célèbre Anselm Kiefer, explorateur des abîmes de l’âme allemande, dans une magnifique rétrospective. © DR
Vitrine divers
Dans le hall du Centre Pompidou, s'empilent des conteneurs. Au cœur de cette installation, baptisée d'après un vers de Goethe, « En montant, en montant vers les hauteurs, enfonce-toi vers l'abîme », des bandes de plomb sont suspendues, telles des bobines de film, au-dessus d'une flaque, et l'artiste a collé dessus des photos de sa collection personnelle. Le ton est donné : il s’agit d’une plongée dans la tête et la mémoire d'Anselm Kiefer.
Le travail de Kiefer est un retour sur le passé, condition sine qua non pour rendre possible le présent : comment être un artiste allemand né en 1945, après les bombardements et après Auschwitz ? L'Allemagne rasée est amnésique. « Percés, rapiécés, triturés, abîmés, les grands tableaux d'architecture nazie peints par Anselm Kiefer en 1983 sont les ruines qu'il a construites pour faire advenir la mémoire », explique Jean-Michel Bouhours, commissaire de l'exposition. Kiefer endosse une responsabilité dont il considère ne pas devoir taire l'héritage, se réappropriant la mythologie germanique, les figures et les paysages romantiques allemands. Son œuvre est un labyrinthe dont on découvre au fil des salles la complexité mentale et plastique.

Dédale, Minotaure et Icare à la fois

D'un bout à l'autre, les motifs se font écho et n'ont de cesse de refaire surface. Dédale, Minotaure et Icare à la fois, Anselm Kiefer est un mélancolique saturnien. Le peintre est-il le seul par qui advient la rédemption ? Dans les vitrines qu'il a produites spécialement pour l'exposition, l'artiste a installé des objets puisés dans son Arsenal, à la fois entrepôt et réserve de son œuvre. Autant de passages secrets dans le labyrinthe, vivarium où les objets composites ainsi associés produisent des « éclairs dans le champ de la symbolique », précise le commissaire. Nous sommes là dans les fourneaux de Kiefer l'alchimiste, celui qui a fait l'acquisition des 600 tonnes de plomb du toit de la cathédrale de Cologne et l'utilise massivement dans ses compositions.
En effet, la peinture ne va pas de soi pour Anselm Kiefer, et il n'hésite pas à faire intervenir des éléments hétérogènes : sable, cendre, paille sont mélangés à la matière épaisse ou collés à la surface de la toile. Dans Pour Paul Celan : Fleurs de cendre, en 2006, il accroche au paysage des livres calcinés : la voix du poète résonne dans le silence d'un champ inculte et hostile, où la culture, et en particulier la culture juive allemande, s’est consumée.
Avec une dernière salle hommage à Madame de Staël, Kiefer semble finalement faire retour à l'Allemagne via la France. Lui qui vit depuis plus de 20 ans entre le Gard et Paris, clôt ainsi un voyage aussi introspectif que rétrospectif.
 Anselm Kiefer, au Centre Pompidou, du 16 décembre 2015 au 18 avril 2016.
 Catalogue de l'exposition disponible ici.

Pour en savoir plus sur l'inspiration d’Anselm Kiefer

 Les Hangar Bicocca, à la Fondation Pirelli, à Milan
 Kiefer, l'Alchimie du livre, à la Bibliothèque François Mitterrand
 La galerie Thaddaeus Ropac, à Pantin

Travaux d'Anselm Kiefer présentés au Hangar Bicocca, Fondation Pirelli, à Milan

Anselm Kiefer présenté au  Hangar Bicocca, Fondation Pirelli, à Milan © Pluris
Anselm Kiefer présenté au  Hangar Bicocca, Fondation Pirelli, à Milan © Pluris
Anselm Kiefer présenté au  Hangar Bicocca, Fondation Pirelli, à Milan © Pluris
Anselm Kiefer présenté au  Hangar Bicocca, Fondation Pirelli, à Milan © Pluris
Anselm Kiefer présenté au  Hangar Bicocca, Fondation Pirelli, à Milan © Pluris
Anselm Kiefer présenté au  Hangar Bicocca, Fondation Pirelli, à Milan © Pluris
Crédits photo : Pluris, DR
Partager :
Bonnes adresses
Place Georges-Pompidou
75004 Paris - France

+33 1 44 78 12 33
69 Avenue du Général Leclerc
93500 Pantin - France

+33 1 55 89 01 10
Article paru dans le numéro #92 HOTTE
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Entre extase et désolation à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.