Fermer
Béatrice de Perrus
Recommandation | 20 déc.
8 mn

Des bulles à offrir
Olympia, Corto Maltese, I.N.R.I., Julio Popper, Le rapport de Brodeck : notre choix de bandes dessinées.

Olympia, de Bastien Vivès, Ruppert et Mulot, collection Autre regard, Dupuis, 136 p., 20,50 €. © DR

Olympia, de Bastien Vivès, Ruppert et Mulot, collection Autre regard, Dupuis, 136 p., 20,50 €.

Olympia

Alex, Sam et Carole sont les braqueuses les plus sexy que la Terre ait connues. Entre Cat's Eye et Drôles de dames des temps modernes, elles peuvent accomplir les plus grands coups et ne reculent devant aucun obstacle.

Après La Grande Odalisque, Bastien Vivès, Ruppert & Mulot redonnent vie à leurs héroïnes favorites.
La suite d'un univers créé à six mains avec un plaisir évident par leurs auteurs, au sein duquel le fantasme

devient joyeuse série B, les dialogues truculents rythment l'action et où l'aventure se transforme en un récit dynamique et terriblement drôle.
Olympia, de Bastien Vivès, Ruppert et Mulot, collection Autre regard, Dupuis, 136 p., 20,50 €.
I.N.R.I - Intégrale 2015, de Didier Convard, Pierre Wachs et Denis Falque, Éditions Glénat, 2015, 224 p., 29 €. © DR

I.N.R.I - Intégrale 2015, de Didier Convard, Pierre Wachs et Denis Falque, Éditions Glénat, 2015, 224 p., 29 €.

I.N.R.I. Intégrale 2015

Avec le best-seller Le Triangle secret, Didier Convard a révolutionné la bande dessinée moderne en initiant un courant ésotérique plébiscité par le public, bien avant le succès du Da Vinci Code. Une intrigue palpitante aux nombreuses ramifications que l’auteur a brillamment développées à travers les spin-off successifs I.N.R.I. et Les Gardiens du sang.

Retrouvez les deuxième et troisième saisons de cette saga majeure de la bande dessinée en format Intégrale.

I.N.R.I - Intégrale 2015, de Didier Convard, Pierre Wachs et Denis Falque, Éditions Glénat, 2015, 224 p., 29 €.
Corto Maltese, Tome 13 - Sous le soleil de minuit, de Juan Díaz Canales et Rubén Pellejero d'après Hugo Pratt, Casterman, 2015, 88 p., 16 €. © DR

Corto Maltese, Tome 13 - Sous le soleil de minuit, de Juan Díaz Canales et Rubén Pellejero d'après Hugo Pratt, Casterman, 2015, 88 p., 16 €.

Corto Maltese - Sous le soleil de Minuit

Une reprise fidèle et moderne d’un grand mythe contemporain. Rubén Pellejero s’empare des codes graphiques d’Hugo Pratt tout en réussissant à les investir de sa propre sensibilité, à travers le soin apporté aux décors, les personnages secondaires et la mise en couleurs. Les dialogues percutants de ce grand récit d’aventures réjouiront les aficionados autant qu’ils séduiront les nouveaux lecteurs.

Corto Maltese, Tome 13 - Sous le soleil de minuit, de Juan Díaz Canales et Rubén Pellejero d'après Hugo Pratt, Casterman, 2015, 88 p., 16 €.
Le dernier roi de Terre de Feu, de Matz et Léonard Chemineau, Éditions Rue de Sèvres, 2015, 104 p., 18 €.

Le dernier roi de Terre de Feu, de Matz et Léonard Chemineau, Éditions Rue de Sèvres, 2015, 104 p., 18 €.

Le dernier roi de Terre de Feu

« Julio Popper, s’il avait été espagnol et était né quelques siècles plus tôt, aurait fait un formidable conquistador. Il ne fait aucun doute qu’il était de la trempe de ceux qui font la conquête de pays entiers, qui bâtissent des empires. Il pensait vite et juste, il mettait en pratique. Il voyait grand, il fourmillait d’idées, rien ne l’arrêtait. Il se plaisait à ridiculiser ses ennemis. Il n’avait peur de rien ni personne, il aimait en découdre. »

Né en 1857 en Roumanie, Julio Popper a parcouru la Terre. Son histoire nous emmène en Argentine, où il fait fortune avec l’or de Patagonie, fonde un état dans l’état et une monnaie. Il mourra dans des circonstances encore inexpliquées à Buenos Aires. Un destin hors norme et flamboyant.
Le dernier roi de Terre de Feu, de Matz et Léonard Chemineau, Éditions Rue de Sèvres, 2015, 104 p., 18 €.
Le Rapport de Brodeck, de Manu Larcenet, d'après l'univers de Philippe Claudel, Éditions Dargaud, 2015, 160 p., 22,5 €. © DR

Le Rapport de Brodeck, de Manu Larcenet, d'après l'univers de Philippe Claudel, Éditions Dargaud, 2015, 160 p., 22,5 €.

Le Rapport de Brodeck

Manu Larcenet s'attaque pour la première fois à une adaptation, celle du chef-d'oeuvre de Philippe Claudel, Le Rapport de Brodeck. Mais lorsque l'auteur de Blast et du Combat ordinaire s'empare du texte, c'est pour le faire sien et lui donner une nouvelle vie, éclatante, sombre et tragique.

Des pages d'une beauté stupéfiante, magnifiant la nature sauvage et la confrontant à la petitesse des

hommes ; une plongée dans les abîmes servie par un noir et blanc sublime et violent. Un très grand livre.
Le Rapport de Brodeck, de Manu Larcenet, d'après l'univers de Philippe Claudel, Éditions Dargaud, 2015, 160 p., 22,50 €.

Love in Vain, Robert Johnson - 1911-1938, de Jean-Michel Dupont et Mezzo, Éditions Glénat, 2014, 72 p., 19,5 €. © DR

Love in Vain

Figure mythique du blues, Robert Johnson est mort à 27 ans, sans doute empoisonné par un rival amoureux. Guitariste prodige, il aurait hérité de ses dons en vendant son âme au diable. De ce personnage énigmatique dont on ne connaît le visage qu’à travers deux photos retrouvées longtemps après sa mort, les auteurs dessinent un portrait fascinant qui explore son âme tourmentée et son existence sulfureuse.
Un hommage digne du culte phénoménal dont Robert Johnson est l’objet auprès des amateurs de blues et de rock. Non seulement pour son œuvre magistrale, mais aussi parce que son style a influencé plusieurs générations de musiciens, notamment les Rolling Stones, Eric Clapton, Bob Dylan, Led Zeppelin ou plus récemment les White Stripes.
En filigrane de ce portrait de Robert Johnson, Love in Vain est également une chronique aussi poignante que truculente de la vie quotidienne des Noirs dans le Mississippi ségrégationniste des années 1930.
Love in Vain, Robert Johnson - 1911-1938, de Jean-Michel Dupont et Mezzo, Éditions Glénat, 2014, 72 p., 19,5 €.
Il était une fois dans l'Est tome 1, de Julie Birmant et Clément Oubrerie, Dargaud, 2015, 142 p, 22 € © DR

Il était une fois dans l'Est tome 1, de Julie Birmant et Clément Oubrerie, Dargaud, 2015, 142 p, 22 €

Il était une fois dans l'Est

Voyou aimant à se fracasser les poings dans les fenêtres, poète adulé telle une rock star, Serge Essenine est un cowboy blond de Moscou. Avec son ami Mariengof, à la chevelure lustrée comme un piano de concert, ils sont les chefs de la bande des imaginistes.
Dans les cendres fumantes de la guerre civile, alors que la Tchéka ne s'en prend pas encore aux artistes, ils se battent tranquillement à coup de poèmes et de bouteilles de vodka.

Mais un beau jour de 1921, surgit du fin fond de l'Ouest, pétrie de luxe, de Grèce et de scandales, une danseuse plus si jeune,une Américaine au moins aussi célèbre que Lénine, Isadora Duncan...
Il était une fois dans l'Est tome 1, de Julie Birmant et Clément Oubrerie, Dargaud, 2015, 142 p., 22 €
Crédits photo : DR
Partager :
Article paru dans le numéro #92 HOTTE
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Des bulles à offrir à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.