Fermer
Olivier de Cointet
News | 19 janvier
4 mn
Depuis 2006, Piaget développe des partenariats avec les métiers d’art. Cette année encore, la marque s’est associée à Dick Steenman pour réaliser huit pièces uniques, dont cette montre autour de la rose, icône de Piaget depuis 1982. Dans un entretien réalisé au SIHH, le graveur maître d’art nous livre les dessous de leur collaboration.
Dick Steenman montre gravure rose Piaget © DR
Dick Steenman montre gravure rose Piaget © DR
Dick Steenman montre gravure rose Piaget © DR
Dick Steenman montre gravure rose Piaget © DR
Dick Steenman montre gravure rose Piaget © DR

Pluris – Qu’est-ce qui fait la spécificité de votre collaboration avec Piaget et de cette création en particulier ?

Dick Steenman – Ça fait très longtemps qu’on travaille ensemble sur les métiers d’art, avec des pièces uniques principalement. Là, il y avait un sacré challenge car on n’avait pas d’épaisseur, c’est la montre la plus mince que l’on peut trouver sur le marché avec des métiers d’art, de cette ampleur là en tout cas. On voulait donner l’impression que l’on plonge dans la rose, dans les pétales, en créant une vraie profondeur dans la matière, sans pour autant la traverser. Toute la matière est en or rose mais ça sort différemment à l’œil car on travaille avec du satiné, du poli. L’idée était d’avoir un maximum de volume avec un minimum d’épaisseur car la montre ne fait qu’1 à 2 mm d’épaisseur. C’est presque un trompe l’œil, on travaille avec les jeux d’ombre et de lumière.

Vous passez environ 30h sur chaque pièce. À quoi pensez-vous quand vous réalisez un tel travail ?

Ça me met dans un état méditatif. Je suis ailleurs, j’adore ça. Je prends l’habitude de travailler tard ou le week-end car c’est dans ces moments que je travaille le mieux, je ne suis pas dérangé. Je rentre dans cet univers, presque comme un sculpteur. Quand je faisais de la sculpture sur marbre, c’était pour me soigner et je retrouve ça dans ce genre de travail : c’est infiniment plus petit que le marbre mais quand on est avec les binoculaires, on oublie où on est. La rose devient une énorme fleur que j’attaque à coups de pioche, je suis dans la matière et j’oublie le reste. C’est le bonheur, c’est un moment de paix absolue.
 © Pluris

Cette volonté de mettre en avant les personnes qui sont derrière ces métiers d’art marque-t-elle un tournant pour Piaget ?

Oui, c’est très appréciable parce que nous travaillons ensemble depuis 22 ans, que je travaille à l’ombre de la marque – je le dis de manière positive ! C’est donc aussi une histoire de confiance, qui prouve que nous ne sommes pas dans du court terme.

La rose vous a-t-elle particulièrement inspiré ?

Ça n’a pas beaucoup d’importance pour moi. Toutes les formes naturelles communiquent de la même manière, elles sont toutes liées par la formule du nombre d’or. Ce qui m’intéresse, c’est d’être en lien avec ce qui est logique dans la nature.
 © DR
Crédits photo : Pluris, DR
Partager :
Bonnes adresses
16 place Vendôme
75001 Paris - France
Fermer
Gravé dans la rose à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.