Fermer
Olivier de Cointet
News | 20 janvier
4 mn

Le temps du voyage
Un tour du monde en 12 lieux marquants, par le photographe Steve McCurry, associé à Vacheron Constantin pour le lancement de la nouvelle collection Overseas.

Steve McCurry, Photographe © Pluris
 © Steve McCurry
« L’horlogerie et la photographie sont deux choses totalement différentes : dans l’horlogerie, on essaie de contrôler, de gérer le temps, tandis que la photographie l’arrête. » Juan-Carlos Torres, Pdg de Vacheron Constantin, s’amuse à souligner ce contraste avant de préciser que « ce qui est commun, et c’est le plus important, c’est que nous sommes tous deux témoins du présent pour le futur et l’éternité. » Sa complicité avec Steve McCurry est empreinte de respect, et d’une même gourmandise pour initier un projet d’envergure.
Explorateur chevronné ayant parcouru le globe et notamment de nombreuses zones de conflits internationaux ou civils comme la guerre Irak-Iran, le Cambodge, la Guerre du Golfe ou encore l’ex-Yougoslavie, Steve McCurry incarne l’esprit du voyage revendiqué par Vacheron Constantin. La plus ancienne manufacture horlogère du monde, fondée en 1755 à Genève, était déjà présente sur quatre continents au 18e siècle et a bâti son expansion en parcourant la planète. Ainsi, leur collaboration prendra la forme d’un tour du monde en 12 lieux insolites, rares et parfois inaccessibles où le photoreporter immortalisera, pour chacun d’entre eux, cinq photographies. Si les autres destinations n’ont pas encore été dévoilées, la première étape de ce voyage d’un an débutera à Genève, à la manufacture de Vacheron Constantin.
Au fil de ses voyages, Steve McCurry a façonné sa philosophie du métier de photographe. Il s’agit selon lui d’observer la vie et d’attendre. « Alors les gens oublient l’appareil et leur âme pénètre l’image » nous confie-t-il. Le photoreporter américain fait du temps un précieux allié, lui qui recherche « l'inattendu, le moment du hasard maîtrisé, qui permet de découvrir par accident des choses intéressantes que l’on ne cherchait pas. »
 © Steve McCurry
 © Steve McCurry
 © Steve McCurry
 © Steve McCurry
 © Steve McCurry
 © Steve McCurry

Sur Steve McCurry : L’éternel comme horizon commun

En 1985, sa photographie de la jeune fille Afghane aux yeux verts fait le tour du monde. Ce cliché, devenu une pièce majeure de l’histoire de la discipline, fait accéder Steve McCurry dans le cercle restreint des grands maîtres de l’image. Au-delà du regard hypnotisant de cette enfant de 13 ans que la guerre a rendu orpheline, c’est le courage dont le photoreporter a fait preuve qui a suscité l’émoi et lui a valu le Prix Robert Capa Gold Medal, récompense de référence dans le photoreportage. En effet, déguisé avec une tenue indigène, il était parvenu à franchir la frontière entre le Pakistan et l'Afghanistan pour pénétrer dans les zones contrôlées par les moudjahidins, juste avant l’invasion soviétique. Il s’est enfui en cousant les bandes de film dans ses vêtements. Ses images étaient parmi les premières à jeter la lumière sur le conflit.
Crédits photo : Steve McCurry, Pluris, DR
Partager :
Fermer
Le temps du voyage à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.