Fermer
Olivier de Cointet
News | 22 janvier

L'exclusivité à tout prix
Innovation, stratégie, avenir du luxe: Daniel Riedo, nous éclaire sur les ambitions de Jaeger-LeCoultre à l'occasion du SIHH 2016.

Daniel Riedo, CEO  Jaeger-LeCoultre © DR
À la tête de Jaeger-LeCoultre depuis 3 ans, Daniel Riedo œuvre à la modernisation de la manufacture, en intégrant notamment des nouvelles technologies de production et de communication. Envisageant l'avenir avec sérénité, il est convaincu que l'esprit de tradition de la maison suisse continuera de séduire, y compris la nouvelle génération.

Pluris – D'où proviennent les idées de vos nouvelles collections?

Daniel Riedo – Nous avons trois sources d'inspiration : les clients, l'héritage et la manufacture. Nous puisons aussi bien en interne qu'en externe, au gré des rencontres et des discussions. Des connaisseurs nous interpellent parfois en nous disant : « Vous avez fait tel modèle en telle année, pourquoi ne pas vous en inspirer et le revisiter ? » Et en effet nous n’avions pas vu cette opportunité. Pour le reste, ce sont nos artisans et ingénieurs qui prennent le relais. Les sources d'inspiration ne sont pas un problème, le vrai problème est de prioriser et canaliser ces idées.

Comment se manifeste l'innovation dans votre manière de produire?

La technologie rend possible beaucoup d'avancées. L’année dernière, nous avons été les premiers à intégrer une nouvelle génération de lasers qui permettent de réaliser des coupes avec une précision de l'ordre du micron. Nous avons également introduit le microscope électronique à balayage qui permet de descendre au dixième de micron pour percevoir les défauts dans la matière, les structures ou les mouvements. On utilise aussi des caméras à très haute vitesse qui prennent 15 000 images à la seconde. Ces technologies, comme l'infographie 3D, permettent de mieux prototyper et anticiper les éventuels problèmes que l'on aura. Mais malgré tout ça, on ne peut pas tout contrôler car cela reste un métier manuel.

Quelles stratégies mettez-vous en place sur le plan de la communication et de la distribution?

Les modes de communication ont fortement changé. Les réseaux sociaux sont d'une puissance phénoménale par rapport aux autres moyens de communication. Par exemple, en Chine, notre ambassadrice Chow Wei est suivie par 16 millions de followers. Une campagne de publicité traditionnelle prend beaucoup de temps tandis que là, l'impact est instantané. Nous nous adaptons à ce changement de paradigme en mobilisant des équipes dédiées en interne. Quant à la distribution, je ne crois pas au modèle unique. Les boutiques en propre sont très importantes car elles permettent d'adresser un message de marque au client. Au Japon, par exemple, où l'on va ouvrir des boutiques en propre, il existe une clientèle de connaisseurs qui souhaite connaître nos racines, notre histoire. Cela nous permet de contrôler notre image et d'éviter d'être dépendant des détaillants, qui nous offraient une représentation trop faible. Mais il existe aussi une clientèle qui ne souhaite pas être dédiée à une marque, d'où la nécessité d'être également présent dans des multimarques. Enfin, le e-commerce est indispensable aujourd'hui. Equilibrer les trois canaux est donc plutôt sain.

La nouvelle génération n'a pas forcément les mêmes critères de définition du luxe : elle remet en cause la notion de possession et l'importance de l'héritage au profit de la modernité. Qu'en pensez-vous?

Le luxe en location n'existe pas encore, ou peu du moins. Et je ne suis pas sûr que ce soit l'esprit de possession qui soit important mais plutôt l'image que l'on souhaite renvoyer, la volonté de rêver et de se démarquer. On m'affirme souvent que les jeunes d'aujourd'hui portent des objets connectés et se détacheront de la mécanique et de l'aspect artisanal. J'aime à répondre que les jeunes d'aujourd'hui seront les vieux de demain et que lorsque tout le monde portera à peu près la même montre, beaucoup souhaiteront avoir autre chose. Le luxe, c'est l'exclusivité. D'ailleurs, tous nos réseaux nous demandent des éditions spéciales, limitées ou boutiques. Bref quelque chose qui n'est pas accessible à tout le monde, pas tant pour le prix que pour la différenciation.
Crédits photo : DR
Partager :
Fermer
L'exclusivité à tout prix à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.