Fermer
Emmanuel Brousse
Recommandation | 31 janvier

Déprogrammer l'obsolescence
Signe particulier des nouveaux smartphones qui arrivent sur le marché : ils sont modulables. Va-t-on les garder plus longtemps ?

Signe particulier des nouveaux smartphones qui arrivent sur le marché : ils sont modulables. Va-t-on les garder plus longtemps ? © Gunter Von Kloster Kampen
Un smartphone, c’est fragile et ça ne dure pas bien longtemps. Un choc, un verre d’eau, ou une batterie en panne, et il finit à la poubelle. Cette fragilité coûte cher aux utilisateurs et envoie au rebut des appareils gorgés de matériaux polluants. Mais les consommateurs se lassent de l'obsolescence programmée, et l’impact des appareils électroniques sur l’environnement devient plus menaçant. Du coup, les fabricants commencent à imaginer de nouveaux produits plus durables et plus verts.
Pour faire durer les smartphones plus longtemps, la recette magique semble être la modularité. Plusieurs gros constructeurs comme LG ou Motorola (racheté par le Chinois Lenovo) font l'effort d'intégrer des composants remplaçables dans leurs smartphones afin de rendre les réparations plus aisées.

Modulable donc durable

Mais d'autres sont prêts à aller bien plus loin. Une équipe finlandaise commercialise déjà le Puzzlephone qui, comme son nom l'indique, est composé d’éléments détachables et remplaçables – trois, en l’occurrence. Elle promet un smartphone capable de durer 10 ans. En cas d'écran fissuré ou de batterie défectueuse, un seul module devra être changé.
Le Puzzlephone est composé d’éléments détachables et remplaçables. © DR
Ce système offre également la possibilité de disposer d'un téléphone « évolutif » dont les éléments pourront être améliorés séparément en fonction des besoins lorsque des modules plus performants seront commercialisés. Le Néerlandais Fairphone, qui s’en est inspiré pour son premier modèle sorti il y a 3 ans, propose en ce début d’année 2016 une deuxième version plus aboutie dont tous les composants sont aisément démontables et remplaçables par n'importe qui en quelques coups de tournevis.
En plus d'être modulable et durable, le Fairphone 2 se veut aussi éthique. Les matériaux utilisés pour la fabrication sont issus d’industries proposant des salaires décents aux mineurs et employés des chaînes de montage. Il a été récompensé par le prix Momentum for change, accordé par l'ONU, en décembre 2015 au moment de la COP21, et Fairphone devient le premier fabricant de smartphones certifié Fairtrade, le standard de commerce équitable de Max Havelaar, grâce à sa contribution au développement d’une filière d’approvisionnement équitable en or pour l’électronique grand public.
Le Puzzlephone est composé d’éléments détachables et remplaçables. © DR

Google en embuscade

Si Puzzlephone et Fairphone restent des « petits » dans la jungle des smartphones, les grands fabricants s'intéressent aussi au concept de modularité. Google planche depuis quelques temps sur le Projet Ara. Derrière ce nom de code, se cache une ambition démesurée. Le géant de Mountain View espère en effet fournir « un téléphone personnalisé pour sept milliards de personnes ». Pour cela, il mise sur un système de « blocs » modulables comme des Lego que chacun pourra combiner sur un « squelette » pour se fabriquer son propre smartphone en fonction de son budget (le « squelette » ne devrait coûter que 50 dollars) et de ses besoins. Les férus de photos pourront intégrer un bloc de zoom optique tandis que d'autres pourront greffer un clavier physique.
Prometteur, le projet rencontre quelques écueils. Le prototype présenté par Google permettait de combiner les différents modules grâce à des aimants et devait être commercialisé à Porto Rico fin 2015. Mais ce système semble avoir été abandonné pour des raisons de solidité et un lancement aux Etats-Unis courant 2016 est désormais évoqué sans que l'on sache quel dispositif Google choisira pour « accrocher » ses modules.

Réparer ou recycler

En attendant que les smartphones modulables inondent le marché, plusieurs solutions existent pour faire un petit geste pour la planète au moment de choisir son appareil. Le site ifixit.com permet par exemple de se renseigner sur la « réparabilité » de son mobile. Chaque modèle se voit attribuer une note en fonction de la facilité de remplacement des différents composants, de l'accès à la batterie, de la possibilité de changer l'écran etc.
Autre possibilité : opter pour un appareil de seconde main. Recommerce.com s'est spécialisé dans le reconditionnement de smartphones récents afin d'éviter que des appareils en bon état ne partent à la poubelle. La société propose ainsi, en partenariat avec Bouygues, d'opter pour un appareil d'occasion remis à neuf, fourni avec boîte, accessoires et garantie. Un moyen pour le consommateur de choisir son smartphone de façon plus éco-responsable tout en allégeant considérablement la facture.

 Pour en savoir plus

 Après un premier modèle en 2013, le Néerlandais Fairphone vient de sortir un deuxième téléphone dont plusieurs pièces peuvent être changées à la demande.
 Le téléphone Puzzlephone contient trois éléments remplaçables.
 Lancé par Google, le Projet Ara vise à concevoir des smartphones entièrement modulables.
 Le guide en ligne ifixit.com classe les smartphones en fonction de leur capacité à être réparables.
 Recommerce reconditionne les smartphones récents et les revend, en partenariat avec Bouygues Telecom.
Crédits photo : Gunter Von Kloster Kampen, DR
Partager :
Article paru dans le numéro #96 ALTERNATIVES
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Déprogrammer l'obsolescence à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.