Fermer
Noémie Reyero
À savoir | 31 janvier

La Fashion Week entre punk et musée
Matériaux écolos, robes aériennes, hommage punk et défilés au musée : tour d'horizon des tendances de l'année.

Chanel défilé haute-couture printemps été 2016, Fashion Week Paris © DR
Après Vivienne Westwood et sa ligne Red Label à Londres, c'est au tour de Karl Lagerfeld de mêler écologie et haute couture. Sous la verrière du Grand Palais grimée en jardin zen, a défilé une collection bucolique, mais chic. Chanel revisite avec sobriété les matériaux les plus audacieux. Chaussures à semelles compensées en liège, boutons de bois ou broderies en pailles... Le styliste déclare : « J'ai eu envie de donner une autre dimension à l'écologie et d'en proposer une version haute couture, très élégante et luxueuse. »
Les robes aux lignes d'une grande pureté sont sublimées par des couleurs très sobres, tout en nuances de blanc. C'est un coup de maître, pour une collection clin d’œil aux débuts de Chanel, « reine du beige » des années 20. Les regards sont rehaussés d'un trait de liner ultra graphique, façon Egypte ancienne.
Balmain défilé haute-couture printemps été 2016, Fashion Week Paris © DR
Chez Valentino ce sont des déesses grecques qui défilent coiffées d'or et pieds nus dans des robes d'inspiration antique. De son côté, Dior investit les jardins du musée Rodin en créant une véritable galerie de miroirs éphémère. Si la maison surprenait déjà l'an dernier par ce lieu inhabituel pour un défilé, elle présente cette semaine sa première collection depuis le départ du directeur artistique Raf Simons.
Show grandiose au défilé Kenzo de la Fashion Week Homme : les mannequins défilent autour d’une chorale, comme une sorte de bande son humaine. Et les coupes très ajustées aux courbes féminines ont scintillé au défilé d’Elie Saab, pendant la semaine de la Haute Couture Femme.

Haute couture alternative

Mais cette nouvelle édition de la Fashion Week aura surtout été marquée par le rapprochement de la haute couture et des cultures alternatives. Jean Paul Gaultier invite ses convives à revivre les grandes années du « Palace », temple de l'underground des années 80 dont les décors ont été recréés presque à l'identique. Une collection d'inspiration « punk », qui fait des pieds de nez à une haute couture trop policée.
« Paris est toujours une fête ! Il faut s'amuser et toujours prendre du bon temps, et ne pas s'arrêter de vivre, bien au contraire! », Jean Paul Gaultier.

Jean Paul Gaultier défilé haute-couture printemps été 2016, Fashion Week Paris © DR
Résilles et cuir viennent parfaire le smoky très rock imaginé par Sam Bryant ainsi que les coiffures déjantées d'Odile Gilbert. À l'image d'une Eva Ionesco, les mannequins de Jean Paul Gaultier sont exubérantes, provocatrices, libérées. « Paris est toujours une fête ! Il faut s'amuser et toujours prendre du bon temps, et ne pas s'arrêter de vivre, bien au contraire! », entonne le créateur.
La nostalgie des années glam s'affirme dans les visages couverts d'étoiles – l'hommage à David Bowie de Margiela, ou les yeux bubble-gum résolument « pop culture » de Pat MacGrath pour Givenchy. Ce regard en arrière devrait d'ailleurs être l'un des grands thèmes de la semaine du prêt-à-porter. Il y a comme une nostalgie dans les tendances émergentes : celle des nineties avec bombers, longues robes nuisettes qui évoquent Kate Moss ; celle des seventies avec robes bohèmes, voilages, dentelle, en légèreté et transparence comme chez Chanel. Sont-ce là les deux principales tendances du prêt-à-porter ? À suivre d’ici l’été.
Fashion Week Paris janvier 2016 © DR
Crédits photo : DR
Partager :
Article paru dans le numéro #96 ALTERNATIVES
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
La Fashion Week entre punk et musée à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.