Fermer
Emmanuel Brousse
À savoir | 7 février

Made in China pour le meilleur
Après avoir été l'usine du monde, la Chine veut en devenir le laboratoire. Et elle a déjà quelques sacrées réalisations à son actif.

Développement du premier lanceur spatial chinois  © DR
Parmi les produits les plus marquants du CES de Las Vegas, le mois dernier, on trouvait le premier drone capable de transporter des passagers, proposé par le fabricant chinois Ehang. Un exemple parmi tant d’autres qui illustre les ambitions nouvelles de l'Empire du Milieu. Après des décennies dans l'ombre de l'industrie occidentale et japonaise, les fabricants chinois entendent bien développer eux-mêmes des produits à la pointe de la technologie.
Cette nouvelle doctrine lancée au plus haut niveau du gouvernement vise à combler les décennies de retard en matière de R&D grâce à la démesure de l'industrie chinoise et à des subventions colossales. La recherche fondamentale est mise de côté au profit du développement expérimental. Car le but n'est pas d'aller jouer sur le terrain de Harvard ou d’Oxford : il faut du concret pour soigner l'image du pays et se débarrasser de la dépendance technologique vis à vis de l'Occident. Celle-ci représente encore 60 % de la production et Pékin entend à moyen terme diviser ce chiffre par deux.
Les sommes astronomiques injectées par l'Etat ont d'ores et déjà permis d’augmenter de 20 % par an le budget alloué à la recherche par les entreprises entre 2003 et 2013. La Chine entend se faire une place parmi les géants de l'innovation en débloquant des fonds considérables pour certains projets très médiatiques dans quelques secteurs clés (énergies vertes, biotechnologies, technologies de l'information...).
Le supercalculateur Tianhe-2 est le plus puissant du monde, avec une capacité de calcul près de deux fois supérieure à son dauphin américain.  © DR
Supercalculateur Tianhe-2

Des records en pagaille

Comme l'Union Soviétique avant elle, la Chine met en avant quelques réussites spectaculaires pour camoufler le retard technologique de son industrie. Le supercalculateur Tianhe-2 est le plus puissant du monde, avec une capacité de calcul près de deux fois supérieure à son dauphin américain. De son côté, le sous-marin Jiaolong est le premier submersible à atteindre les 7000 mètres de profondeur. Plus symbolique encore, la sonde Chang'e 3 et son robot roulant Yutu ont été les seuls engins à se poser sur la lune depuis 1976 et en ont ramené des photos avec une définition exceptionnelle.
En plus de ces projets qui visent surtout à impressionner au-delà des frontières chinoises, les efforts financiers de l'Etat ont permis à certaines firmes de l'Empire du Milieu de s'inviter parmi les poids lourds du high-tech. Le constructeur informatique Lenovo est désormais premier constructeur mondial devant Hewlett-Packard et propose des ordinateurs qui ont perdu peu à peu leur image low-cost. Idem pour Huawei qui a su se faire rapidement une place sur le marché pourtant très disputé des smartphones.
Pour l'avionneur Comac, fondée en 2008, il reste encore du chemin avant de venir piétiner les plates-bandes d'Airbus et Boeing. Mais il propose déjà un modèle de moyen-courrier, le C919, et a déjà enregistré 517 commandes et suscité l'intérêt de Ryanair.

De l'usine au labo

Après avoir été « l’usine du monde », la Chine veut désormais être « le laboratoire du monde » en rattrapant l'Europe, le Japon et les Etats-Unis, puis en les doublant sur les technologies de demain. Le laboratoire de séquençage d'ADN de Pékin est désormais le plus important de la planète et travaille avec les géants de l'industrie pharmaceutique sur les thérapies géniques tandis que le fabricant de drones de loisir DJI est le leader mondial du marché. Deux exemples qui illustrent à merveille le deuxième volet de la stratégie chinoise : dominer les marchés porteurs de demain après être revenu à marche forcée sur les colosses technologiques occidentaux.
Sous marin Chinois  Jiaolong © DR
Sous marin Chinois Jiaolong
Crédits photo : DR
Partager :
Article paru dans le numéro #97 SINGE DE FEU
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Made in China pour le meilleur à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.