Fermer
Philippe Maynial
À savoir | 7 février
3 mn

Un si lourd secret
Les innocentes raconte un épisode dramatique vécu par ma tante, à la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Les innocentes, un film d'Anne Fontaine, Philippe Maynial © DR
Philippe Maynial, film Les innocentes. © Pluris

Philippe Maynial, film Les innocentes.

Longtemps, ma mère a conservé la photo de sa sœur Madeleine Pauliac dans sa chambre, mais je ne la voyais pas. À sa mort, j’ai hérité de cette photo ainsi que d’un dossier où avaient été conservés toutes les lettres et rapports d’activités de cette sœur cadette. Je me suis plongé dans ces lectures et, au fil des mots, j’ai découvert sa vie et une partie enfouie de l’Histoire.

En 1945, devenue médecin-lieutenant des Forces Françaises de l’Intérieur, elle part à Moscou pour diriger la mission française de rapatriement. Varsovie est alors totalement détruite après deux mois d’insurrection intense contre l’occupant allemand, et compte ses morts : 20 000 combattants, 180 000 civils.
Le manque d’eau, les ruines, les missions de recherches des malades, les blessés, le ramassage des malades, les camps de prisonniers ou d’extermination inconnus, elle y raconte tout. Avant qu’un voile ne soit jeté sur tout cela après la guerre au nom de la réconciliation franco-allemande et de la lutte contre le communisme. Une armée chasse l’autre…
« Longtemps, ma mère a conservé la photo de sa sœur Madeleine Pauliac dans sa chambre, mais je ne la voyais pas. »
L’armée allemande cède la place à l’armée russe et à son lot d’exactions. Ma tante raconte alors comment des religieuses ont été violées au sein de leur couvent, et sont sur le point d’accoucher sans pouvoir ni crier au secours à l’extérieur, au risque que la communauté soit dissoute ; ni bénéficier d’une aide de la part de leur hiérarchie religieuse qui refuse de savoir ce qu’il s’est passé.
Ce récit auquel je me suis attelé il y a cinq ans, expose « les choix impossibles » de ces religieuses et le rôle de cette jeune médecin qui va les aider à libérer leur conscience. J’en ai fixé le cadre et l’Histoire puis Anne Fontaine s’est chargée de l’adaptation et de la réalisation développant sa propre dramaturgie. Madeleine Pauliac est décédée accidentellement en mission en février 1946. 70 ans après, ce film magnifique lui redonne vie.
Les innocentes, un film d'Anne Fontaine, d'après une histoire vraie. Sortie en salle le 10 février.

Les innocentes, un film d'Anne Fontaine, Philippe Maynial © DR
Les innocentes, un film d'Anne Fontaine, Philippe Maynial © DR
Crédits photo : Pluris, DR
Partager :
Article paru dans le numéro #97 SINGE DE FEU
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Un si lourd secret à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.