Fermer
Paul Dupin de Saint Cyr
Recommandation | 13 février
4 mn

L'ouvrier du regard
Au Musée du Jeu de Paume, les photos de François Kollar racontent une civilisation disparue, celle de la France qui bosse.

Rivetage des tôles d'un pont de navire - François Kollar © Donation François Kollar

François Kollar, un ouvrier du regard

C’est à un étrange voyage dans le temps que nous invitent les photographies de François Kollar, figure majeure du reportage industriel du 20e siècle. En 1931, les éditions Horizons de France lui commandent une enquête documentaire sur le monde du travail, diffusée dans une publication demeurée célèbre, La France travaille. Ce monumental inventaire photographique de l’activité économique du pays est actuellement exposé au Musée du Jeu de Paume, à l’occasion de la première rétrospective de l’ensemble de son œuvre.
Avec une grande sensibilité vis-à-vis des formes et des espaces industriels, François Kollar photographie les ouvriers, « moteurs de l’excellence », une valeur forte à laquelle les Français s’identifiaient. De l’agriculture à la sidérurgie en passant par les métiers de la mer et à l’exploitation de l’industrie, c’est un univers tombé dans l’oubli qui ressuscite sous les yeux des visiteurs, celui d’une France industrieuse, qui avait une foi absolue dans le progrès technique.
Emboutissage de couverts à l’usine Christofle, rivetage de tôles d’un pont de navire aux chantiers navals de Saint-Nazaire, assemblage de volants alternateurs d’une usine d’Alsthom, nettoyage des lampes des mines de Lens, fabrication de corps de chauffe de l’usine Brandt : sur les clichés de François Kollar, l’homme paraît écrasé face à la machine. On craint pour les ouvriers, on guette le moment où les mains seront happées, où les corps seront avalés puis déchiquetés par les machines.
La carrière de François Kollar ne s’est pas limitée à l’industrie. Il a aussi été photographe publicité et de mode, où il a pu donner libre cours à sa virtuosité technique et à son goût de l’expérimentation. Une large partie de l’exposition est consacrée à ses photos de modèles, Elsa Schiaparelli, Marie Bell, Coco Chanel, et à ses travaux pour Le Figaro illustré, Harper’s Bazaar, Plaisir de France.

François Kollar, un ouvrier du regard, au Musée du Jeu de Paume, jusqu’au 22 mai 2016.
Sans titre [Fabrication des moulins à légumes, Usine Moulinex, Alençon, Orne] - François Kollar © Donation François Kollar, Médiathèque de l‘architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
Sans titre [Fabrication des moulins à légumes, Usine Moulinex, Alençon, Orne]
Sans titre [Emboutissage des couverts, usine Christofle, France] - François Kollar  © Donation François Kollar, Médiathèque de l‘architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
Sans titre [Emboutissage des couverts, usine Christofle, France]
Renault. D‘une main l‘ouvrier fait tomber le sable. Billancourt (Hauts-de-Seine) - François Kollar © François Kollar / Bibliothèque Forney / Roger-Viollet
Renault. D‘une main l‘ouvrier fait tomber le sable. Billancourt (Hauts-de-Seine)
Type de laiterie dans une ferme Normande - François Kollar © Donation François Kollar, Médiathèque de l‘architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
Type de laiterie dans une ferme Normande
Fabrication de corps de chauffe de chauffe-eau, Usine Brandt - François Kollar © Donation François Kollar
Fabrication de corps de chauffe de chauffe-eau, Usine Brandt
Crédits photo : François Kollar / Bibliothèque Forney / Roger-Viollet, Donation François Kollar, Médiathèque de l‘architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont, Donation François Kollar
Partager :
Bonnes adresses
Jeu de Paume
1 Place de la Concorde
75008 Paris - France

+33 1 47 03 12 50
Article paru dans le numéro #98 EXIT
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
L'ouvrier du regard à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.