Fermer
Emmanuel Brousse
Portrait | 6 mars
3 mn

Cliquez pour sauver le monde
Ou presque. En Égypte, la startup Bassita veut mettre la puissance des réseaux sociaux au service de projets utiles.

En Égypte, la startup Bassita veut mettre la puissance des réseaux sociaux au service de projets utiles. © Bassita
Des milliers de clics peuvent-ils changer le monde ? Pour Alban de Ménonville, co-fondateur de Bassita avec Salem Massalha, la réponse est oui ! En profitant de la puissance des réseaux sociaux, cette startup créée en Egypte veut soulever des montagnes.
« Notre concept est né en 2011 sur la place Tahrir. Ce jour-là, nous avons compris qu'avec une foule de gens et une connexion à Facebook, on pouvait réaliser l'impossible », explique-t-il. Le temps de faire mûrir le projet, trois années se sont écoulées, et en 2014 les fondateurs de Bassita se sont jetés dans le grand bain.
Le concept est tout simple, et pourtant inédit : lancer des campagnes de financement pour de bonnes causes en levant des fonds grâce au nombre de vues d'une vidéo de promotion sponsorisée par des partenaires privés. Les entreprises reçoivent alors une « contrepartie » par rapport à un don classique en bénéficiant d'une campagne de publicité orchestrée par Bassita. Elles ne sortiront leur chéquier que si l'objectif défini au préalable a été atteint.
La première campagne de test avait pour but de fournir 1000 paires de lunettes à des brodeuses de petits villages de l’oasis du Fayoum, dont la vue se détériorait. 10 000 visionnages plus tard, le contrat était rempli et les lunettes livrées. Sept campagnes ont suivi, pendant lesquelles Bassita a affuté son modèle et vise désormais plus haut. Plutôt que de se contenter d'un nombre de vues, la startup a développé un système de points. Une vue donne un point, un « like » deux points, un retweet trois, etc.
En Égypte, la startup Bassita veut mettre la puissance des réseaux sociaux au service de projets utiles. © Bassita
Ce barème permet de garantir aux entreprises partenaires que les « scores » annoncés représentent une viralité réelle. Et pour maximiser la visibilité de ses vidéos, Bassita mise aussi sur la participation de célébrités locales qui apparaissent dans les clips de promotion. Avec ce modèle, il n'a fallu que 48 h à la startup pour lever plus de 200 000 € en faveur d'un programme d'accès à l'eau potable, lancé par l'Unicef.
 Plus d'information bassita.org
Crédits photo : Bassita
Partager :
Article paru dans le numéro #101 INTUITIFS
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Cliquez pour sauver le monde à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.