Fermer
Christophe Salet
Recommandation | 3 avril
4 mn

Aux frontières de l'alchimie
Les éléments, l'artiste Romain Langlois ne cesse de les affronter. De cette lutte, il a tiré une œuvre intime et sensible.

 © Romain Langlois / Artistics
Romain Langlois est un autodidacte exigeant. Pendant dix ans, il s’est exercé à sculpter des visages et des corps humains en puisant sa science des volumes et des mouvements dans des livres de médecine et des planches anatomiques. Un apprentissage mené « avec boulimie », sans aucune complaisance, mais avec la volonté de maîtriser chaque technique, chaque savoir-faire.

De ces années de confrontation avec le matériau, il a tiré une connaissance intime de chacun d’eux : le bronze blanc, le bismuth, le cristal, l’argent, la pierre… « Les travailler donne une richesse de compréhension énorme. Il y a une sensibilité qu’on a par les mains, ça échappe à la conscience. »
Peu à peu, Romain Langlois a délaissé les représentations du corps humain pour se tourner vers les déchets, les matériaux mis au rebut, « ce que l’homme produit, ce qui l’entoure, mais qu’il ne voit plus. » L’artiste entend les replacer dans le champ de notre regard, nous amener à nous interroger sur leur valeur, leur nature même. Quitte à transformer la matière pour créer un questionnement… C’est ainsi qu’une veille poutre ou qu’un morceau de tronc d’arbre se transforme en bronze, avec à chaque fois un détail intrigant qui capte notre attention : un polissage qui donne à la pièce des reflets dorés, une déformation improbable…
Les sculptures de Romain Langlois sont comme des énigmes qui nous questionnent sur ce que l’on croit connaître, sur ce que l’on choisit de voir ou d’ignorer, sur notre relation avec notre environnement.
Il y a deux ans, ses recherches aux frontières de l’alchimie l’ont conduit à entamer une collaboration avec Eric Papon, l’un des seuls spécialistes de la calcification au monde. Ce procédé extrêmement rare, qui s’apparente à une fossilisation, permet d'obtenir en quelques mois par cristallisation progressive du carbonate de calcium, ce que la nature aurait produit en plusieurs centaines de milliers d’années. L’intervention quotidienne de l’artisan assure la maîtrise du processus et donne naissance à des œuvres d’une finesse de détail exceptionnelle.
Deux sculptures issues de cette collaboration, ‘Aven’ et ‘Cellule anthropocène’, étaient exposées du 29 mars au 3 avril dernier au Musée des Arts décoratifs, sur le parcours de l’exposition « L’empreinte du geste » organisée dans le cadre des Journées Européennes des Métiers d’Art 2016.
Romain a présenté deux œuvres aux Arts Décoratifs de Paris du 29 mars au 3 avril, dans le cadre de l'exposition « L'Empreinte du Geste » organisée à l'occasion des Journées Européennes des Métiers d'Art.
 © Romain Langlois / Artistics
 © Romain Langlois / Artistics
 © Romain Langlois / Artistics
Romain Langlois est représenté par la galerie en ligne Artistics.
Crédits photo : Romain Langlois / Artistics
Partager :
Article paru dans le numéro #105 VROMBISSANT
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Aux frontières de l'alchimie à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.