Fermer
Leonardo Monetti Lenner
Recommandation | 3 avril
8 mn

Voir 100 films et mourir
100 chefs-d'oeuvre du 7e art pour ne plus être largué en ciné.

Cent films, une dizaine par décennie, de 1920 aux années 2000. Cent films qui ont fait l’histoire du cinéma, mais aussi quelques perles oubliées. Cent films de tous les pays et de tous les genres. Cent films pour tous les goûts (ou presque). Une sélection très personnelle, pardon aux exclus !
L'Homme à la caméra, Dziga Vertov © DR
L'Homme à la caméra, Dziga Vertov

Années 20

Sûrement les années les plus expérimentales de l’histoire du cinéma. Les avant-gardes mettent en discussion les codes narratifs et stylistiques qui s’étaient déjà imposés à partir des années 10. Et puis la plus célèbre des rivalités : Buster Keaton et Charlie Chaplin…

 Sherlock Junior (Sherlock, Jr.) USA, 1924, de B. Keaton
 La Ruée vers l'or (The Gold Rush) USA, 1925, de C. Chaplin
 Octobre (Октябрь) URSS, 1928, de S. Eisenstein
 Nosferatu, le vampire (Nosferatu, eine Symphonie des Grauens) Allemagne, 1922, de F.W. Murnau
 L’Aurore (Sunrise) USA, 1927, de F.W. Murnau
 La Passion de Jeanne d'Arc France-Danemark, 1928, de C. T. Dreyer
 L'Homme à la caméra (Человек с киноаппаратом) URSS, 1929, de D. Vertov
 Le Cuirassé Potemkine (Броненосец «Потёмкин») URSS, 1925, de S. Eisenstein
 Napoléon France, 1927, de Abel Gance
Les Temps modernes, Charlie Chaplin © DR
Les Temps modernes, Charlie Chaplin

Années 30

Les avant-gardes trouvent leur maturité, et donc leur fin. En même temps, avec l’arrivée du film parlant, Hollywood vit un âge d’or. Et Chaplin nous offre les deux derniers chef-d’œuvres du cinéma muet…

 Les Lumières de la ville (City Lights) USA, 1931, de C. Chaplin
 Les Temps modernes (Modern Times) USA, 1936, de C. Chaplin
 La Règle du jeu France, 1939, de J. Renoir
 Tabou (Tabu) USA, 1931, de F.W. Murnau et R. Flaherty
 M le maudit (M – Eine Stadt sucht einen Mörder) Allemagne, 1931, de Fritz Lang
 L’Atalante France, 1934, de Jean Vigo
 Le Magicien d'Oz (The Wizard of Oz) USA, 1939, de V. Fleming
 L'Impossible Monsieur Bébé (Bringing up Baby) USA, 1938, de H. Hawks
 La Terre (Земля) URSS, 1930, de A. Dovjenko
 La Chevauchée fantastique (Stagecoach) USA, 1939, de J. Ford
 Terre sans pain (Las Hurdes, tierra sin pan) Espagne, 1932, de L. Buñuel
Les Enfants du paradis, Marcel Carné © DR
Les Enfants du paradis, Marcel Carné

Années 40

Le choc de la guerre entraîne une révolution du rapport du septième art à la réalité. Mais déjà les premiers films d’Orson Welles et les derniers de Sergueï Eisenstein changent le cinéma pour toujours. Et encore : le couple Carné-Prévert et le plus ambitieux des Walt Disney…

 Fantasia (Fantasia) USA, 1940, de AA. VV.
 Ivan le Terrible (Иван Грозный) URSS, 1944-1946, de S. Eisenstein
 Citizen Kane (Citizen Kane) USA, 1941, de O. Welles
 La Splendeur des Amberson (The Magnificent Ambersons) USA, 1942, de O. Welles
 Le Voleur de bicyclette (Ladri di biciclette) Italie, 1948, de V. De Sica
 Les Enfants du paradis France, 1945, de M. Carné
 Païsa (Paisà) Italie, 1946, de R. Rossellini
 La terre tremble (La terra trema: Episodio del mare) Italie,1948, de L. Visconti
 La vie est belle (It's a Wonderful Life) USA, 1946, de F. Capra
 L'Ombre d'un doute (Shadow of a Doubt) USA, 1943, de A. Hitchcock
 Le Troisième Homme (The Third Man) UK, 1949, de C. Reed
Sueurs froides Vertigo, Alfred Hitchcock © DR
Sueurs froides (Vertigo), Alfred Hitchcock

Années 50

Le concept de « cinéma d’auteur » s’impose, avec les premiers chefs-d’œuvre d’«auteurs » qui domineront les décennies suivantes. Simultanément le cinéma japonais explose : Mizoguchi, Ozu et Kurosawa gagnent le cœur des cinéphiles européens. Et Hitchcock dessine un film en forme de spirale…

 Sueurs froides (Vertigo) USA, 1958, de A. Hitchcock
 Rashōmon (羅生門) Japon ,1950, de A. Kurosawa
 Pickpocket France, 1959, de R. Bresson
 Hiroshima mon amour France, 1959, de A. Resnais
 Umberto D. Italie, 1952, de V. De Sica
 Voyage à Tokyo (東京物語) Japon, 1953, de Yasujirō Ozu
 Les Contes de la lune vague après la pluie (雨月物語) Japon, 1953, de Kenji Mizoguchi
 Les Vitelloni (I vitelloni) Italie, 1953, de F. Fellini
 Certains l'aiment chaud (Some Like It Hot) USA, 1959, de B. Wilder
 Un été avec Monika (Sommaren med Monika) Suède, 1953, de I. Bergman
 Le Pigeon (I Soliti Ignoti) Italie, 1958, de Mario Monicelli
 La Vie criminelle d'Archibald de la Cruz (Ensayo de un crimen) Mexique, 1955, de L. Buñuel
Huit et demi, Federico Fellini © DR
Huit et demi, Federico Fellini

Années 60

L’apothéose du cinéma d’auteur. La sélection est presque impossible : dans une période très limitée les plus grands cinéastes réalisent leurs meilleurs films. Les Nouvelles Vagues fleurissent. Même Ingmar Bergman se ressent de ce climat d’expérimentation. Et Fellini met en scène ses rêves, ses souvenirs, ses fantasmes…

 Huit et demi (8½) Italie, 1963, de F. Fellini
 Persona (Persona) Suède, 1966, de I. Bergman
 Blow up (Blow-up) Italie- UK, 1967, de M. Antonioni
 2001, l'Odyssée de l'espace (2001: A Space Odyssey) USA, 1968, de S. Kubrick
 Jules et Jim France, 1962, de F. Truffaut
 Le Guépard (Il Gattopardo) Italie, 1963, de L. Visconti
 Psychose (Psycho) USA, 1960, de A. Hitchcock
 L'Évangile selon saint Matthieu (Il Vangelo secondo Matteo) Italie, 1964, de P.P. Pasolini
 Le Fanfaron (Il Sorpasso) Italie, 1962, de D. Risi
 Morgan (Morgan: A Suitable Case for Treatment) UK, 1966, de K. Reisz
 Vivre sa vie France, 1962, de J.L. Godard
 Salvatore Giuliano (Salvatore Giuliano) Italie, 1962, de F. Rosi
 La Fièvre dans le sang (Splendor in the Grass) USA, 1961, de E. Kazan
 Ma nuit chez Maud France, 1969, de E. Rohmer
 Lawrence d’Arabie (Lawrence of Arabia) UK, 1962, de D. Lean
Cris et Chuchotements, Ingmar Bergman © DR
Cris et Chuchotements, Ingmar Bergman

Années 70

Les cinéastes traitent frontalement des thèmes, explorés jusqu’alors de façon plus discrète comme la sexualité et la violence. Bertolucci nous emmène dans un appartement du 16e, tandis que Coppola nous traine au Vietnam, au cœur des ténèbres. Buñuel interrompt des dîners bourgeois, Kubrick réfléchit sur le rapport entre l’individu et la société. Et Bergman peint en rouge les parois d’une vielle maison…

 Cris et Chuchotements (Viskningar och rop) Suède, 1972, de I. Bergman
 Orange mécanique (A Clockwork Orange) UK, 1971, de S. Kubrick
 Le Charme discret de la bourgeoisie France, 1972, de L. Buñuel
 Apocalypse Now USA, 1979, de F.F. Coppola
 Le Dernier Tango à Paris (Ultimo tango a Parigi) Italie-France, 1972, de B. Bertolucci
 Le Voyage des comédiens (Ο Θίασος), Grèce, 1975 de T. Angelopoulos
 Les Deux anglaises et le Continent France, 1971, de F. Truffaut
 Le Souffle au cœur France, 1971, de L. Malle
 Le Casanova de Fellini (Il Casanova di Federico Fellini) Italie, 1976, de F. Fellini
 Solaris (Солярис) URSS, 1972, de A. Tarkovski
 Aguirre, la colère de Dieu (Aguirre, der Zorn Gottes) Allemagne, 1972, de W. Herzog
 Le Mariage de Maria Braun (Die Ehe der Maria Braun) Allemagne, 1979, de R. W. Fassbinder
 La Dernière Séance (The Last Picture Show) USA, 1971, de P. Bogdanovich
 La Planète sauvage France, 1973, de R. Laloux
 Cría cuervos (Cria Cuervos) Espagne, 1976, de Carlos Saura
 Pique-nique à Hanging Rock (Picnic at Hanging Rock) Australie, 1975, de P. Weir
Shining, Stanley Kubrick © DR
Shining, Stanley Kubrick

Années 80

Les grands cinéastes signent leurs derniers chefs-d’œuvre. Sergio Leone, nous fait plonger dans un labyrinthe temporel tandis que Kubrick, encore lui, construit un labyrinthe physique. Et Martin Scorsese réalise LE film des années quatre-vingts (encore un labyrinthe)…

 Shining (The Shining) USA-UK, 1980, de S. Kubrick
 Il était une fois en Amérique (Once Upon a Time in America) Italie-USA, 1984, de S. Leone
 After Hours (After hours) USA, 1985, de M. Scorsese
 Ran (乱) Japon, 1985, de A. Kurosawa
 Le Décalogue (Dekalog) Pologne, 1988, de K. Kieślowski
 Zelig (Zelig) USA, 1983, de W. Allen
 Gens de Dublin (The Dead) Irlande- UK- USA, 1987, de J. Huston
 Les Ailes du désir (Der Himmel über Berlin) Allemagne, 1987, de W. Wenders
La Double Vie de Véronique, Kieślowski © DR
La Double Vie de Véronique, Kieślowski

Années 90

La décennie finale du 20e siècle se caractérise par un essor du cinéma moyen-oriental et asiatique, qu’il s’agisse de reconstitution historique (qui concerne plutôt l’Extrême-Orient) ou de peinture de la réalité sociale. En même temps, Herzog et Haneke (le premier en forme de poème, le deuxième avec un apologue) s’interrogent sur la violence. Tarantino répond cyniquement. Dans tout autre registre, Krzysztof Kieślowski esquisse le parallélisme entre les vies de deux jeunes femmes…

 La Double Vie de Véronique (Podwójne życie Weroniki) Pologne- France, 1991, de K. Kieślowski
 Pulp Fiction (Pulp Fiction) USA, 1994, de Q. Tarantino
 Leçons de ténèbre (Lektionen in Finsternis) Allemagne, 1992, de W. Herzog
 Funny Games (Funny Games) Autriche, 1997, de M. Haneke
 Épouses et Concubines (大紅燈籠高高掛) Chine, 1991, de Zhang Yimou
 Close Up (نمای نزدیک) Iran, 1990, de Abbas Kiarostami
 Toy Story (Toy Story) USA, 1995, de J. Lasseter
 Wittgenstein (Wittgenstein) UK, 1993, de D. Jarman
 Non, ou la Vaine Gloire de commander (Non, ou a Vã Gloria de Mandar) Portugal, 1990, de M. de Oliveira
Elephant, Gus Van Sant © DR
Elephant, Gus Van Sant

Années 2000

Les dernières seize années ont démontré une extraordinaire vitalité du septième art : des vétérans de la mise en scène ont confirmé leur talent tandis que les nouvelles générations sont en train de nous stupéfier. Mais la prudence s’impose. Le recul n’est pas encore suffisant pour établir quels films entreront dans l’histoire. Voici des suggestions…

 L'Arche russe (Русский ковчег) Russie, 2002, de A. Sokourov
 Parle avec elle (Hable con ella) Espagne, 2002, de P. Almodóvar
 Elephant (Elephant) USA, 2003, de G. Van Sant
 Mulholland Drive (Mulholland Drive) USA, 2001, de D. Lynch
 Le Vent se lève (風立ちぬ) Japon, 2013, de H. Miyazaki
 Le Nouveau Monde (The New World) USA, 2005, de T. Malick
 In the mood for love (花樣年華) Hong Kong, 2000, de W. Kar-Wai
 Gran Torino (Gran Torino) USA, 2008, de C. Eastwood
 Valse avec Bachir (ואלס עם באשיר‬) Israël- France- Allemagne, 2008, de Ari Folman
Leonardo Monetti Lenner
Cinéaste
Leonardo Lenner est né à Lugano (Suisse) en 1991. Il passe son enfance entre Rome et Naples. Il a étudié la philosophie aux universités de Rome 3 et de Warwick. Diplômé en 2014 avec une thèse sur le rapport entre la méthode dialectique et le cinéma de Sergueï Eisenstein. Son court-métrage, L’Ultimo Presente (Le Dernier Présent), a été sélectionné dans plusieurs festivals internationaux.
Crédits photo : DR
Partager :
Article paru dans le numéro #105 VROMBISSANT
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Voir 100 films et mourir à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.