Fermer
Emmanuel Brousse
Focus | 23 sept.
6 mn

Le langage humain sera l'interface utilisateur de demain
Toujours plus smarts, les chatbots nouvelle génération débarquent sur les téléphones portables. Que peut-on en attendre ?

Chatbots © GETTY IMAGES
Elle reconnaît les photos, vous envoie la météo, vous trouve des restaurants et pour peu qu'on lui donne accès aux historiques de conversation, l'application Google Allo peut vous suggérer des réponses simples à insérer dans vos discussions. Bon... Le public et la critique sont encore un brin sceptiques quant à l'utilité des fonctionnalités proposées par Allo. La messagerie intelligente de la firme de Mountain View a été décrite comme « classique » , empiétant sur la vie privée – Edward Snowden a notamment invité à ne pas la télécharger – et surtout « un peu ennuyeuse »... Mais le lancement d'Allo n'en marque pas moins le début de la bataille des chatbots.
Les assistants personnels capables de comprendre des demandes simples et de parcourir le net pour donner une réponse satisfaisante, cela existe déjà. Apple a lancé Siri en 2011 et Cortana est intégré à l'architecture même de Windows 10. La différence entre ces deux programmes et Allo réside dans l'intégration de l'intelligence artificielle (AI) dans les échanges entre personnes. Là où les Siri et Cortana sont sollicités par l'utilisateur pour une recherche, les chatbots nouvelle génération sont intégrés à un échange sur un système de messagerie utilisé pour échanger avec des gens de chair et d'os.

Les chatbots ? Kezaco ?

À la différence des assistants personnels comme Siri ou Cortana, leur but n'est pas d'être capable d'assister l'utilisateur ou de discuter avec lui sur tout et n'importe quoi. Les chatbots qui s'apprêtent à débarquer en masse sont là pour remplacer l'interface d'applis bien spécifiques.
Concrètement, on pourra par exemple ajouter sur Skype le chatbot SNCF et lui parler comme à n'importe quel contact humain pour lui demander « Salut, je cherche le train le moins cher demain pour aller de Paris à Bruxelles en partant après 14 h » et être directement dirigé vers une page pour réserver son billet.
L'intérêt de tels bots serait de supprimer totalement l'interface propre des sites. Si épurée et réfléchie soit-elle, une interface nécessite une adaptation et aura toujours ses détracteurs qui n'apprécieront pas l'organisation du site ou de l'appli. Avec un « chatbot », l'interface est réduite à sa plus simple expression : une discussion sur une plateforme de messagerie. Satya Nadella, pdg de Microsoft, résume tout l'enjeu des chatbots en une phrase : « Le langage humain est la nouvelle interface utilisateur ».
Dans ce monde « post-apps », les services de messagerie centraliseraient toutes les fonctionnalités aujourd'hui dévolues aux applications. L'enjeu pour les géants du web est double : gagner la bataille des messageries et celle de l'intelligence artificielle.
Le marché actuel laisse de la place à de nombreuses applis de messagerie plus ou moins semblables (Messenger, Whatsapp, Skype, KiK, WeChat...) et la gagnante sera sans doute celle qui intégrera le mieux et le plus vite les services de chatbots. Pour porter le coup décisif dans la bataille des messageries, il faut avoir le programme qui permet de parler à ses amis aussi bien que de commander un sandwich.

Cortana, l'IA qui doit vous servir à tout

Et si Microsoft espère être celui-là, c'est aussi parce qu'être en « pole position » sur les chatbots permettra également de frapper un grand coup dans le domaine de l'intelligence artificielle qui y est étroitement lié. Le système Cortana, à mi-chemin entre l'IA et le moteur de recherche est déjà intégré au cœur de Windows 10 et sa capacité à réagir intelligemment devrait être sans cesse améliorée afin de pouvoir servir de base aux chatbots.
Pour la firme de Redmond, Cortana est vue à la fois comme un squelette et une plateforme pour chatbots. Squelette car Microsoft entend permettre aux développeurs de créer leurs propres chatbots (comme ils créent actuellement des apps) en se basant sur l'architecture de Cortana. Et plateforme car à terme, tous les chatbots ainsi créés devraient être reliés entre eux par ce même Cortana. Plutôt que de parler à chaque robot, l'IA de Microsoft sera directement reliée à ceux-ci et constituera la seule interface entre les différents robots et l'utilisateur. Pour résumer, vous parlerez alors à un robot pour lui demander un service et celui-ci s'adressera alors à d'autres robots dérivés de lui même pour vous répondre.
Crédits photo : GETTY IMAGES
Partager :
Article paru dans le numéro #106 SCALE UP
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Le langage humain sera l'interface utilisateur de demain à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.