Fermer
Emmanuel Brousse
Focus | 9 avril
6 mn

Scénario 2 : La plus grosse raclée de l'Histoire
La campagne électorale américaine bat des records de confusion. Scénario 2 : La plus grosse raclée de l'Histoire

SCÉNARIO 2 : LA PLUS GROSSE RACLÉE DE L'HISTOIRE - HILLARY CLINTON ©  Gunter Von Kloster Kampen
Bernie Sanders a beau l'avoir emporté dans le Wisconsin, il devient rapidement clair que sa dynamique ne suffira pas à rattraper son retard face à Hillary Clinton. Quand celle-ci remporte l'État de New York, les éditoriaux du Wall Street Journal et du Washington Post annoncent que les carottes sont cuites pour « Bernie ». Ils commencent à tirer les conclusions de l'engouement de la jeunesse pour le sénateur du Vermont comme s'il s'agissait déjà de l'histoire ancienne, alors que tous les États n'ont pas encore voté. Dans la tête des Américains, il est désormais clair qu'Hillary Clinton sera comme prévu la candidate pour novembre.
Côté Républicain, Ted Cruz et Donald Trump gagnent chacun à leur tour dans les différents États en jeu. Donald Trump est toujours en avance, mais enchaîne comme à l'accoutumée les outrances et les déclarations tapageuses. Plus on se rapproche de la convention de Cleveland, plus il semble clair qu'il sera en tête sans pour autant rassembler assez de délégués pour éviter un second tour.
La convention de Cleveland démarre le 18 juillet après deux semaines pendant lesquelles tout l'appareil du Parti Républicain se mobilise pour faire barrage à Trump. Une pétition rassemblant nombre de personnalités du parti et de sympathisants célèbres propose de voter pour John Kasich, seul candidat encore en lice capable d'« incarner un compromis » et de gagner en novembre. Aussi bien Trump que Cruz hurlent au déni de démocratie et n'ont pas de mots assez durs pour critiquer l'establishment. La presse évoque alors Paul Ryan qui n'était pas en lice pour remplacer Kasich dans le rôle du « sauveur ». Ulcérés, nombre de partisans de Trump descendent manifester dans les rues. Dans plusieurs villes, des affrontements ont lieu avec la police.
Finalement, Donald Trump, conscient que l'emprise du parti sur la Convention ne lui permettra pas d'être investi, tient un grand meeting où il annonce devant une foule en liesse que son mouvement est « instoppable » et que face à la « couardise et aux arrangements » du parti républicain, il décide de se lancer en indépendant dans la campagne.
Les sympathisants républicains sont atterrés et comprennent que leurs chances de l'emporter en novembre viennent d'être réduites à néant. Ted Cruz est investi dans une ambiance morose et promet une campagne « victorieuse » alors que tout le monde a d'ores et déjà compris que la division des voix républicaines offrait un boulevard aux démocrates.
D'août à octobre, les débats sont presque anecdotiques et sont surtout l'occasion pour Ted Cruz et Donald Trump de s'accuser mutuellement d'avoir ruiné les chances des Républicains. Pire encore, George W. Bush et de nombreuses personnalités républicaines hostiles à Cruz comme à Trump affirment qu'avec de pareils candidats et des chances aussi réduites de l'emporter, cela ne vaut même pas le coup d'aller voter pour des candidats qui ne portent pas les « vraies valeurs » du Grand Old Party.
Marco Rubio, Jeb Bush, John Kasich, Paul Ryan et tout un cortège de congressmen républicains signent un appel à rebâtir le parti en tirant les leçons de la primaire. Le jour de l'élection, l'électorat républicain a déjà fait son deuil et boude les urnes. Donald trump obtient 23 %, Ted Cruz 12 % et Hillary Clinton l'emporte avec un écrasant 64 %, signant ainsi une victoire jamais vue dans l'histoire politique américaine. Le lendemain, le New York Times consacre sa une à « La Présidente » et s'attarde longtemps sur les raisons de la débâcle républicaine dans un long article intitulé « les leçons à tirer ».

Un autre scénario ?

SCÉNARIO 1 : DONALD TRUMP PRÉSIDENT ! © Gunter Von Kloster Kampen

Scénario 1 : Donald Trump président !

La campagne électorale américaine bat des records de confusion. Scénario 1 : Donald Trump président !

SCÉNARIO 3 : LE PRÉSIDENT QUE PERSONNE N'ATTENDAIT © Gunter Von Kloster Kampen

Scénario 3 : Le Président que personne n'attendait

La campagne électorale américaine bat des records de confusion. Scénario 3 : Le Président que personne n'attendait.

SCÉNARIO 4 : RED AMERICA © Gunter Von Kloster Kampen

Scénario 4 : Red America

La campagne électorale américaine bat des records de confusion. Scénario 4 : Red America.

Crédits photo : Gunter Von Kloster Kampen
Partager :
Article paru dans le numéro #106 SCALE UP
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Scénario 2 : La plus grosse raclée de l'Histoire à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.