Fermer
Emmanuel Brousse
Focus | 9 avril
7 mn

Scénario 3 : Le Président que personne n'attendait
La campagne électorale américaine bat des records de confusion. Scénario 3 : Le Président que personne n'attendait.

SCÉNARIO 3 : LE PRÉSIDENT QUE PERSONNE N'ATTENDAIT © Gunter Von Kloster Kampen
Malgré les bons résultats de Bernie Sanders dans le Wisconsin, l'État de New York, l'Oregon, le New Jersey et plusieurs autres États, Hillary Clinton conserve une courte avance avant la Convention démocrate de Philadelphie. Et surtout, elle dispose de sa large réserve de « super-délégués ».
Lors de la Convention, elle est investie comme candidate démocrate mais froisse fortement l'électorat de Bernie Sanders en présentant sa victoire comme un « large élan citoyen et patriotique pour plus de justice ». Les partisans du sénateur du Vermont ironisent en affirmant que la « largeur » de la victoire d'Hillary Clinton n'existe que grâce aux super-délégués et nombre d'entre eux décident de s'engager à ne pas soutenir la « candidate de Wall Street » en novembre.
Côté républicain, l'élection est serrée et ni Ted Cruz ni Donald Trump ne sont en mesure de rassembler assez de délégués pour passer outre le second tour prévu lors de la Convention de Cleveland du 18 juillet. À mesure que l'échéance se rapproche, le parti républicain s'enfonce dans le flou. Donald Trump, qui dispose du plus grand nombre de délégués, déclare qu'il se présentera en candidat indépendant s'il n'est pas investi. Plusieurs de ses soutiens se désolidarisent de lui en affirmant qu'ils ne soutiendront pas ce mouvement suicidaire qui offrirait le bureau ovale aux Démocrates. Ted Cruz tente de les récupérer mais sa suffisance lors d'une interview où il déclare que « peu nombreux sont qui peuvent se vanter d'avoir été un meilleur sénateur que lui » irrite de nombreux cadres du parti. Agacés par Cruz et doutant de ses chances de remporter l'investiture, Jeb Bush et Marco Rubio se désolidarisent de lui et approchent le « troisième homme », John Kasich. Ensemble, ils misent sur l'insoluble face à face en Trump et Cruz pour court-circuiter les deux hommes dont la politique très à droite ne convient à personne.
Au deuxième jour de la Convention, ils présentent leur projet « True Republicans » où ils affirment vouloir sauver le parti d'une impasse et d'une défaite électorale en soutenant John Kasich. Ted Cruz et Donald Trump ironisent sur les scores ridicules obtenus par celui-ci pendant les primaires. Mais en sous-main, les réseaux internes de l'appareil du parti fonctionnent à plein régime et Kasich parvient désormais à rassembler 33 % des voix en proposant sa « candidature de compromis », soit autant que les deux candidats qui ont fait la course en tête depuis des mois. Malgré tout la situation reste bloquée.
Alors que la confusion semble totale, Fox News et plusieurs journaux américains sortent le nom de Paul Ryan. Le natif du Wisconsin est populaire et il est président de la Chambre des Représentants. Bien qu'il n'ait pas fait campagne du tout et qu'il ait toujours nié être intéressé par l'investiture républicaine, il est présenté par les médias comme pouvant être le rassembleur capable de débloquer la situation et mieux encore, capable de l'emporter face à Clinton en novembre.
La coalition ayant pris forme autour de Kasich se déporte vers Paul Ryan qui finit par se lancer dans la course. Profitant de l'effet de nouveauté et de l'appareil du parti, il remporte l'investiture sans avoir été candidat.
Les partisans de Cruz et Trump déclenchent un tonnerre de protestations et manifestent dans les rues pendant plusieurs semaines mais rien n'y fait. Lassé par les querelles des mois de campagnes, les électeurs républicains font front derrière cet homme qui pour la première fois laisse sérieusement entrevoir une victoire en novembre. Les médias de leur côté saluent un retour à la « vraie politique » après l'intermède populiste et anti système incarné selon eux par Trump, Cruz et Sanders.
Alors que les mois passent, Hillary Clinton peine à enthousiasmer les foules. Les jeunes qui avaient soutenu Bernie Sanders ne semblent pas résolus à voter pour elle et nombre d'indécis qui étaient rebutés par Cruz et Trump se sont rabattus vers Paul Ryan, bien moins clivant et extrême. Les Démocrates tentent bien de l'attaquer sur la légitimité de sa candidature mais celui-ci oppose les bons chiffres des sondages qui démontrent selon lui d'un vrai rassemblement autour des valeurs républicaines et non de sa propre personne.
En novembre, les sondages donnent les deux candidats au coude à coude. Mais le jour de l'élection, c'est Ryan qui remporte les swing states de l'Iowa et de l'Ohio, scellant ainsi sa victoire avec 51 % des voix. Le lendemain du scrutin, la presse publie en Une le portrait du 45e président des Etats-Unis, l'« homme qui sortait de nulle part », tandis qu'en seconde page, ils décortiquent la campagne d'Hillary Clinton qui n'aura jamais réussi à enthousiasmer les foules.

Un autre scénario ?

SCÉNARIO 1 : DONALD TRUMP PRÉSIDENT ! © Gunter Von Kloster Kampen

Scénario 1 : Donald Trump président !

La campagne électorale américaine bat des records de confusion. Scénario 1 : Donald Trump président !

SCÉNARIO 2 : LA PLUS GROSSE RACLÉE DE L'HISTOIRE - HILLARY CLINTON © Gunter Von Kloster Kampen

Scénario 2 : La plus grosse raclée de l'Histoire

La campagne électorale américaine bat des records de confusion. Scénario 2 : La plus grosse raclée de l'Histoire

SCÉNARIO 4 : RED AMERICA © Gunter Von Kloster Kampen

Scénario 4 : Red America

La campagne électorale américaine bat des records de confusion. Scénario 4 : Red America.

Crédits photo : Gunter Von Kloster Kampen
Partager :
Article paru dans le numéro #106 SCALE UP
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Scénario 3 : Le Président que personne n'attendait à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.