Fermer

Baselworld adepte de la méthode Coué
Dans un contexte économique très incertain, les horlogers font le gros dos. Ce qu'il faut retenir de l'édition 2016.

Skeleton de Bulgari  © DR
Sophie Colin
Dossier | 23 avril
5 mn
Ce qui caractérise l'édition 2016 du grand rendez-vous mondial de l'horlogerie à Bâle, c'est la volatilité du marché, qui pâtit du recul de la consommation dans les pays émergents. Dans ce contexte, les marques ont choisi de se rassurer et de rassurer le client en consolidant leurs créations iconiques et leur savoir-faire via la certification. Seules quelques-unes osent s’aventurer dans le monde connecté. Nous revenons sur les points marquants de cette nouvelle édition, en passant en revue les modèles horlogers les plus significatifs de 2016.
Omega renforce la certification de ses chronomètres. À celle du COSC, s’ajoutent les huit tests du METAS. La Globemaster est la première à les avoir passés avec succès et ce sont bientôt toutes les collections de la maison qui seront frappés du label « Master Chronometer ».
Nous nous sommes glissés dans les coulisses de la création de Tudor où designer et responsable de production travaillent ensemble au quotidien. C’est un dialogue bâti sur le savoir-faire, la créativité et l’intuition. Créer de belles pièces et les produire en grand quantité : le défi industriel est de taille.
Nous avons également rencontré trois Pdg. À la tête de Hamilton, Sylvain Dolla se réjouit de la réussite de la marque. Hamilton affirme plus que jamais ses valeurs, « American spirit and Swiss precision », et joue à fond la carte de la modernité en innovant dans le design des montres, en répondant aux attentes des primo-accédants et en développant les shops-in-shops.
La Montre Hermès veut plus que jamais être connecté avec son temps. Laurent Dordet, le CEO de Hermès Horloger, veut apprivoiser le marché et séduire des amateurs éclairés autour de l’association tradition des métiers d’art et innovation.
Quant à Matthias Beschan, Pdg de Rado, il place l’innovation high-tech au cœur de son développement. Stimuler en permanence la capacité à inventer de la maison et prendre des risques est un challenge qui le motive.

Crédits photo : DR
Partager :
Fermer
Baselworld adepte de la méthode Coué à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.