Fermer
Capucine Graby
Focus | 22 mai
5 mn

La métamorphose du Pays du matin calme
La Corée, Capucine Graby la connaît bien : elle y a vécu 2 ans il y a 20 ans. Et depuis, il s'est passé bien des choses, raconte-t-elle.

Les anecdotes de Capucine Graby qui a vécu deux ans en Corée du Sud. © DR
Avec :
logo Mymoonspots.com
J'observe avec d'autant plus d'attention et de surprise la mutation de la Corée du Sud que j'y ai vécu. Et que cela n'a pas été tous les jours une partie de plaisir, même si, au final, l'étrangeté de ce pays et la ténacité qu'il fallait à l'époque pour y « survivre » ont certainement laissé des traces.
Aujourd'hui, on associe immédiatement à la Corée du Sud réussite insolente, stars de beauté, et chirurgie esthétique. Mais cela n'a pas toujours été le cas !
J'ai vécu au Pays du matin calme en 1998, en tant que correspondante pour différents journaux. A l'époque, rappelons-le, la Corée n'intéressait pas grand monde. D'ailleurs, rares étaient ceux qui parvenaient à la situer sur une carte ! Arrivée sur place, j'ai découvert un pays aux antipodes des codes occidentaux. À mes yeux, il était largement plus simple de vivre au Japon dont on dit pourtant que la culture est la plus éloignée de la nôtre.
À Séoul, cuvette ultra-polluée, il y a moins de 20 ans, personne ou presque ne parlait anglais. Quand on commandait un plat de viande au restaurant, on avait une chance sur deux d'avaler du chien sans le savoir, et dans les rues, les mamies assises en tailleur faisaient cuire d'immenses ragouts de larves à l'odeur peu engageante. En 1998, le pays sortait à peine d'une crise économique sans précédent et n'importe quel blanc était assimilé à un vilain Occidental qui avait conduit le pays à sa perte. Ce qui n'était pas pour me faciliter la vie... Enfin, je constatais tous les jours que les Coréens n'avaient aucun savoir-vivre et aucune manière, surtout lorsqu'ils étaient bien chargés en alcool en fin de semaine.

Séoul, capitale fashion du monde

On a peine à croire que ce pays ait réussi à opérer une mutation aussi vertigineuse que solide. Aujourd'hui, l'économie est performante, mieux, la croissance à faible émission de carbone est devenue un des moteurs de son expansion et le taux de chômage est faible. Mais le plus important, c'est que le monde a les yeux rivés sur ce petit pays et Séoul est devenue une des capitales les plus fashion du monde (Chanel y a d'ailleurs organisé un de ses derniers défilés).
Une des raisons? La Corée est devenu le pays le plus connecté du monde. La 5G s'y déploie déjà à vitesse grand V. La Corée est devenu l'empire des nouvelles technologies et dans cet écosystème, les blogueurs et influenceurs sont omniprésents. Petit pays par sa taille, la Corée a compris qu'il fallait qu'elle soit en avance sur son temps. Elle s'est donc imposée comme un précurseur de tendances. C'est devenu le pays des Early adopters, ceux qui créent, innovent et adoptent les comportements avant les autres.
C'est de cette manière que la Corée réussit à émerger sur la scène internationale. Elle s'impose comme un véritable laboratoire de tendances. D'ailleurs, les entreprises l'ont parfaitement intégré et nombreuses sont celles qui testent leurs produits auprès des coréens avant un lancement à une échelle plus planétaire. Dans ce contexte, l'Hallyu, qui signifie littéralement « vague coréenne » et qui est le phénomène de propagation de la culture coréenne dans le monde, se répand comme une traînée de poudre.
Capucine Graby
Journaliste animatrice auteur BFM Business
Capucine Graby a travaillé en radio (BFM Business), presse écrite (le Figaro) et télévision (I Télé - Canal +). Elle est aujourd'hui chroniqueuse sur BFM Business et sillonne la planète pour dénicher des adresses et des expériences exceptionnelles pour son travel store : MyMoonSpots.com
Crédits photo : DR
Partager :
Fermer
La métamorphose du Pays du matin calme à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.