Fermer
Emmanuel Brousse
Focus | 17 juin
5 mn

Tempête dans les waters
Dans le climat politique électrique des États-Unis, tout est bon pour créer la polémique.

Le débat sur le genre agite les Etats-Unis © DRD
C'est l'histoire d'un État plutôt rural des États-Unis, la Caroline du Nord, où une grande partie de la population n'a jamais rencontré de transsexuel. Son gouverneur, le Républicain Pat McCrory, a fait voter une loi interdisant aux personnes transsexuelles nées hommes et devenues femmes d'utiliser les toilettes pour femmes.
Cette décision a déclenché une tempête médiatique dont les proportions ont surpris tout le monde. La première vague de protestation a été menée sur les réseaux sociaux par des personnalités du showbiz. Bruce Springsteen, Cindy Lauper, le Cirque du Soleil, Pearl Jam, Ringo Starr, Bryan Adams... Tous ont annulé leurs concerts prévus dans le Tar Heel State, l’autre nom de la Caroline du Nord, même après le recul du gouverneur qui a proposé de « laisser le choix aux structures privées » d'appliquer ou non la loi.
Plus ennuyeux encore pour la Caroline du Nord, les grandes entreprises ont rejoint le mouvement. Le studio de cinéma Lionsgate a annulé des tournages sur place, Deutsche Bank a suspendu son plan d'embauche de 250 personnes, Paypal a annulé un investissement de 3 millions de dollars, et Coca Cola, Pepsi, Cisco, Bank of America ainsi qu'à peu près toutes les grandes entreprises du web ont fait part de leur indignation. Les pertes occasionnées pour la Caroline du Nord sont évaluées à au moins 40 millions de dollars en tout.

Bible Belt vs Big Business

Au-delà de la polémique, l'histoire est symptomatique des paradoxes de l’Amérique : d’un côté, les États très conservateurs de la Bible Belt sont capables de promulguer des lois frisant avec l'homophobie ; de l’autre, tous les fleurons de l’industrie US ne font qu'un pour défendre la cause LGBT, main dans la main avec les vedettes de Hollywood et de la Silicon Valley.
En Géorgie, une loi a été proposée pour permettre aux autorités de refuser de marier quelqu'un « si cela allait à l'encontre de leurs convictions religieuses profondes ». Une façon déguisée de contester la décision de la Cour Suprême qui a autorisé en juin 2015 le mariage homosexuel sur l'ensemble du territoire américain.
Pour faire pression, Netflix et Open Road Films ont annoncé qu'ils ne tourneraient plus en Géorgie si cette loi venait à être promulguée. Rapidement, elles ont été suivies par The Weinstein Company, MGM, Sony ou encore CBS qui ont tous promis que leurs activités en Géorgie risquaient de subit le contrecoup de la loi sur « la liberté religieuse ». Disney et Coca Cola ont également fait campagne et à force de lobbying, le gouverneur a fini par céder.

Des situations ubuesques

Autre État, autre conclusion : dans le Mississippi, une loi similaire sur la liberté religieuse a été adoptée malgré les pressions et les menaces de boycott de nombreux artistes et grandes entreprises. Outre le droit de refuser de marier les personnes homosexuelles, la loi permet également de leur refuser un logement ainsi qu'une large variété de services. Les personnes LGBT ne sont d'ailleurs pas les seules visées par la loi : celle-ci pourrait s'étendre aux couples non-mariés qui se verraient refuser des services en arguant du fait que leur mode de vie heurte certaines convictions religieuses.
Les médias américains ne se sont pas privés de relayer toutes les situations ubuesques rendues ainsi possibles. Par exemple, un hôpital chrétien pourrait refuser de soigner le cancer d'un patient homosexuel et une hotline anti-suicide, de prendre l'appel de personnes LGBT.
Au-delà du Mississippi, de la Géorgie et de la Caroline du Nord, d'autres États conservateurs comme le Kansas, le Kentucky ou l'Indiana ont des projets similaires dans les tuyaux. Cèderont-ils aux menaces de boycott du show biz et de la high-tech ?
Crédits photo : DRD, DR
Partager :
Article paru dans le numéro #116 GENRE
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Tempête dans les waters à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.