Fermer
Tiphaine Illouz
Reportage | 22 oct.
4 mn

« À la saison des cèpes, j'abandonne tout »
Partons à la cueillette des cèpes avec Rose Pons, présidente d’une association mycologique, et amoureuse des cèpes de grand-père en petite fille.

Dès qu’elle a su marcher, Rose Pons a accompagné son grand-père dans le bois à cèpes juste au-dessus de la maison familiale, à la Réunion, dans le Lot-et-Garonne. Sur ces quelques hectares de terrain argileux, poussent depuis toujours des cèpes de trois variétés. « Les cèpes tête noire (Boletus aereus), plus long à se développer, sont plus doux et fermes que les variétés Bordeaux (Boletus edulis) ou Estivalis (Boletus aestivalis). »
Cette année, les premiers cèpes « tête noire » ont crû extrêmement vite et de manière localisée après les fortes pluies de la mi-septembre : « En 24 heures, un cèpe passait de 2 à plus de 10 cm de diamètre. » Rose en a ramassé 10 kilos chaque jour pendant une semaine. Si la pluie est une condition nécessaire à la pousse, il faut aussi compter avec les températures, qui doivent être comprises entre 12 et 30 degrés, sans vent. « S’il pleut à nouveau entre temps, et que le vent se lève, ou qu’un coup de froid survient, tout s’arrête et rien ne redémarre. » Un bois propre et enherbé favorise également leur croissance : les cèpes poussent en bien plus grande quantité sur une parcelle de bois que le grand-père de Rose avait nettoyée après la guerre. Chaque année, quelques moutons assurent une partie du nettoyage des ronces et bourgeons entre février et début mai, puis en plein été.
Cueillir les cèpes s’apprend. Le geste parfait consiste à les tourner, non à les couper, pour conserver les filaments de mycorhize. Car les cèpes vivent en symbiose avec les racines des arbres et certaines plantes (chênes, aubépines, noisetiers, et molinie, une graminée vivace et raide). « Quand ils sont trop gros, je les laisse pourrir pour faire de la semence. Si on les ramasse tous, ils repoussent moins d’une année sur l'autre. » Il n'y a pas de saison systématique pour les cèpes. À l’automne, il en pousse parfois énormément, comme en 2011, ou pas du tout comme en 2012. Et le mois de mai peut être propice à une pousse d’Estivalis, mais en petite quantité.

Biographie : Rose Pons, champignons émotifs

Du pied au chapeau, Rose Pons connaît tout du cèpe. Imprégnée d'un paysage d'enfance, elle est devenue une productrice attentive, et une cuisinière hors-pair. Elle a également collaboré aux recherches menées par l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) sur des essais de contamination d'arbres en spores de cèpes Bordeaux.
Crédits photo :
Bonnes adresses
Article paru dans le numéro #3 AMOUR
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
« À la saison des cèpes, j'abandonne tout » à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.