Fermer
Emmanuel Brousse
Focus | 2 juillet
5 mn

La voiture volante sort des limbes
Elle existe dans les films et dans nos rêves. Et bientôt dans nos rues ? Plusieurs prototypes ont déjà décollé.

Electric-powered vertical take-off plane (VTOP) Lilium (lilium-aviation.com) © DR
Electric-powered vertical take-off plane (VTOP) Lilium (lilium-aviation.com)
La conquête spatiale, les avions supersoniques, les ordinateurs omniprésents... Jules Verne les avait déjà annoncés il y a plus de cent ans et le rêve a basculé vers la réalité. Idem pour les stations spatiales, la réalité virtuelle, les hologrammes... Mais il reste un fantasme d'auteur de SF qui rechigne encore à se concrétiser : la voiture volante.
De Star Wars au Cinquième Élément en passant par Blade Runner, pas une seule société du futur digne de ce nom ne peut se passer de bonnes vieilles voitures volantes. Pourtant, notre ciel reste vide de bagnoles. Aucune Ferrari des nuages, pas la moindre Twingo dans l'immensité céleste. Mais le rêve n'est pas mort. D'ici une décennie, apparaîtront au-dessus de nos têtes les premiers modèles de voitures volantes, promis.
Le 29 juin 2016, le bureau américain des marques et brevets a accordé à Toyota un brevet sur les voitures volantes, c’est-à-dire une voiture avec des ailes repliées en accordéon et une hélice à l'arrière. Sera-t-elle prête pour le prochain Salon de l'auto ? Pas sûr, mais c’est la preuve que l’idée continue de hanter l'industrie automobile.

Voitures dégourdies

Le développement des voitures sans pilote pourrait accélérer les choses. Conduire un véhicule aérien ne nécessitant pas les mêmes compétences que conduire une simple voiture, les constructeurs y voyaient un frein supplémentaire pour éviter de se lancer dans cette direction. Comme les voitures seront bientôt assez dégourdies pour conduire à notre place, cela ferait un souci de moins.
Si la voiture volante de Toyota n'est pas pour demain, d'autres entreprises de taille plus modestes n'ont pas attendu pour développer leurs propres projets, voire faire voler leurs propres prototypes. La marque américaine Terrafugia, fondée par des étudiants du MIT, espère commercialiser une petite berline, la TF-X, dont les flancs peuvent libérer deux rotors, transformant alors le véhicule en mini-hélicoptère capable de décoller à la verticale sans piste de décollage. Autonomie de 800 km, vitesse de vol de 320 km/h et premier vol prévu pour 2023.
D'ici là, ceux qui veulent profiter d'un bolide pour traverser les nuages pourront se rabattre sur le PAL V, un petit hélicoptère capable de replier son hélice pour se transformer en véhicule à trois roues, ou encore sur l'Aerocar, une voiture slovaque dont le prototype vole et roule déjà sur l'autoroute. Avec son look à mi-chemin entre la voiture de course et le petit avion de tourisme, l'Aerocar devrait être disponible à la vente en 2017.
Contrairement au projet de Terrafugia, elle nécessite une courte prise d'élan avant de décoller ainsi que d'une piste pour l'atterrissage. Oh, et accessoirement, elle s'est crashée lors d'un vol de test l'an dernier. Heureusement, le parachute du pilote, lui, fonctionnait à merveille. Rassurant, mais peut être serait-il quand même plus sage d'attendre un peu avant de partir à la conquête des nuages.
Crédits photo : DR
Partager :
Article paru dans le numéro #118 SÉCURITÉ
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
La voiture volante sort des limbes à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.