Fermer
Olivier de Cointet
Entretien | 7 juin
6 mn

L'AeroGT : comme un avion sans ailes
Tout est une question d'aérodynamisme, démontre Carlos Rosillo, cofondateur de Bell&Ross, en présentant son concept car AeroGT.

Bell&Ross et le concept car AeroGT © Bell&Ross
Pour une jeune marque d’horlogerie, il y a plusieurs moyens de susciter le brandlove. Animer un club de passionnés en est un, et c’est celui qu’a choisi Bell&Ross, un fleuron de la French Touch, en lançant un forum à partir de son site Internet, dans lequel les fans échangent en toute liberté sur les créations. Carlos Rosillo, le cofondateur de Bell&Ross, explique comment cette notion de culture club enrichit la créativité de la marque. Et à l’occasion de la sortie de l’AeroGT, le concept car développé par les équipes de Bell&Ross, il démontre qu’automobile et horlogerie peuvent tout à fait aller de pair.

Pluris – Comment le brandlove s’est-il transformé ?

Carlos Rosillo – Internet l’a particulièrement accéléré. Auparavant, les marques pouvaient se dire que la seule chose qui comptait, c’était le brandrespect. Aujourd'hui, toutes les communautés, qu’elles soient d’idées, d’amis ou d’images, l'ont fait exploser. C’est ce qui fait que certaines marques suscitent ce brandlove et d’autres, trop soucieuses du brandrespect, n’y parviennent pas.

Qu’est-ce qui les en empêche ?

En amont, il y a la question de la propriété de la marque. Appartient-elle aux actionnaires ou aux managers ? Ou encore aux clients, voire aux amateurs de la marque ? C’est une question de philosophie économique. Mais selon votre point de vue, les stratégies sont très différentes. Chez Bell&Ross, dès le départ, nous avons clairement voulu être un club, et développer une culture club. Ça s’est fait tout naturellement. Au commencement c’était un club physique, aujourd’hui il dépasse les frontières, grâce à Internet : les amateurs passent beaucoup plus de temps à diffuser du contenu et des messages « love », que nos équipes en interne ne peuvent le faire.

Comment avez-vous constitué votre club et comment entrez-vous en conversation avec lui ?

En 2008, quand nous avons sorti notre e-boutique, nous avons lancé un forum ouvert aux discussions. Les amateurs de montres ont commencé à dialoguer entre eux et ça m’intéressait parce que ce point de vue externe était effectivement une source extraordinaire de contenus, de richesses, de compréhension de la marque. La liberté est réelle, ils peuvent critiquer ce qu’ils veulent, avec pour seule limite, le respect des uns et des autres. Parfois il peut y avoir des incompréhensions, et c’est pour cette raison que nous organisons régulièrement des soirées dédiées à nos communautés de fans pour qu'ils aient l'occasion de se voir. Eux-mêmes se rencontrent aussi sans que nous soyons au courant, d'ailleurs ! Il faut accepter que la marque soit protéiforme et qu’elle ne contrôle pas tout.
Carlos Rosillo, Bell&Ross et le concept car AeroGT © Bell&Ross
Carlos Rosillo, fondateur et président de Bell & Ross

Vous venez de dévoiler votre propre concept car, l’AeroGT. Quelle est votre motivation dans ce projet ?

Il s’agit du premier concept car imaginé par une marque horlogère. Mais ce n’est pas tout à fait une voiture, c’est plutôt une sorte d’avion-voiture ! Du cockpit aux ailerons, elle a toutes les caractéristiques d’un avion. Nous restons donc dans l’aéronautique. Et notre façon de faire n’a rien à voir avec celle des constructeurs automobiles, elle est beaucoup plus libre, et donc beaucoup plus créative. Ceci dit, l’aéronautique présente les mêmes défis que la Formule 1 : tout est une question d’aérodynamisme. La quête de la maîtrise du temps et de la compétition est la même, sauf que dans le cas de la Formule 1, l’aérodynamique sert à maintenir la voiture sur la piste.

Quelles sont les performances de ce concept car ?

L’AeroGT peut atteindre 320 km/h sur le papier, et son coût de construction avoisine les 2 millions d’euros. J’ai été longtemps sceptique, avant de rencontrer des passionnés qui s’intéressaient à ce concept et qui avait de l’argent pour le financer. Mais nous n’avons pas du tout l’intention d’entrer en compétition avec Ferrari ou d’autres marques automobiles !
Bell&Ross et le concept car AeroGT © Bell&Ross
Bell&Ross et le concept car AeroGT
Crédits photo : Bell&Ross
Partager :
Article paru dans le numéro #115 GAGNE
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
L'AeroGT : comme un avion sans ailes à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.