Fermer
Marie-Amélie Motte
Focus | 30 juin
6 mn
Plus de 99 000 spectateurs au Camp Nou pour suivre la finale du championnat de France de rugby ! C’est un record. L’exil forcé du Top 14 se transforme en une immense fête dans tout Barcelone, que le match rend encore plus belle. Le Racing 92 s’impose 29 à 21 contre le RC Toulon, au terme d’une rencontre exceptionnelle. Réduits à 14 dès la 18e minute avec l’expulsion du demi d’ouverture Maxime Machenaud, les Racingmen profitent ensuite de l’indiscipline des Toulonnais pour rester dans le match et enfin soulever le Bouclier de Brennus, seize ans après leur dernier titre en Top 14.
Une fin de saison magnifique, dans la capitale du foot européen… Le temps d’une journée, Barcelone vibre au rythme du rugby. L’Euro de football occupant tous les grands stades français, la Ligue nationale de rugby n’a pas eu d’autre choix que de s’exiler. Elle a aussi décidé de programmer la finale un vendredi soir au lieu du samedi habituel, après les phases de poules de l’Euro et avant les quarts de finale.
Pari réussi : le stade est plein, rempli à 90 % par des supporters ayant fait le déplacement depuis la France entière. « Découvrir ce stade mythique du Camp Nou, pour la finale du Top 14, c’est incroyable. Mes enfants préfèrent le foot au rugby, mais là où on est tous d’accord pour dire que c’est extraordinaire ! », s’enthousiasme Maxime, supporter du Racing, croisé dans la file d’attente de la boutique officielle.
Le vendredi 24 juin, le rugby a pris d'assaut le Camp Nou à Barcelone pour la finale du Top 14 entre le Racing 92 et le RCT  © Vincent Curutchet
Le vendredi 24 juin, le rugby a pris d'assaut le Camp Nou à Barcelone pour la finale du Top 14 entre le Racing 92 et le RCT  © Vincent Curutchet
Le vendredi 24 juin, le rugby a pris d'assaut le Camp Nou à Barcelone pour la finale du Top 14 entre le Racing 92 et le RCT  © Vincent Curutchet
Le vendredi 24 juin, le rugby a pris d'assaut le Camp Nou à Barcelone pour la finale du Top 14 entre le Racing 92 et le RCT  © Vincent Curutchet
Le vendredi 24 juin, le rugby a pris d'assaut le Camp Nou à Barcelone pour la finale du Top 14 entre le Racing 92 et le RCT  © Vincent Curutchet
Le vendredi 24 juin, le rugby a pris d'assaut le Camp Nou à Barcelone pour la finale du Top 14 entre le Racing 92 et le RCT  © Vincent Curutchet
Le vendredi 24 juin, le rugby a pris d'assaut le Camp Nou à Barcelone pour la finale du Top 14 entre le Racing 92 et le RCT  © Vincent Curutchet
Le vendredi 24 juin, le rugby a pris d'assaut le Camp Nou à Barcelone pour la finale du Top 14 entre le Racing 92 et le RCT  © Vincent Curutchet

« Mas que una final »

C’est l’objectif de la Ligue nationale de rugby : dépasser l’aspect sportif du match pour en faire un événement d’exception. Il a fallu composer avec l’organisation du FC Barcelone, « une véritable machine de guerre », selon Emmanuelle Varon, responsable des relations presse de la Ligue.
« Quand on organise la finale au stade de France, on est presque en pilote automatique puisqu’on a l’habitude. Ici, tout est chamboulé. » Et pour cause, les dirigeants barcelonais ne connaissent pas bien les codes du rugby. Les présidents des deux clubs ont par exemple reçu des accréditations pour pouvoir descendre sur la pelouse, ce qui n’est pas habituel lors des matchs de football.
La Ligue n’a pas fait les choses à moitié : le Camp Nou est méconnaissable, entièrement recouvert des couleurs du Top 14, tout comme la fan zone mise en place juste à côté. Dès la fin de l’après-midi, l’ambiance est brûlante. Des milliers de supporters sont déjà présents devant le stade. Les plus nombreux ? Les Toulonnais, 10 000 environ, qui font résonner leur célèbre « Pilou Pilou ».
Eric Abidal, ancien joueur du Barça et parrain de l’événement, donne une séance de photos et dédicaces avant le match. « D’habitude, je regarde plutôt les matchs internationaux en rugby. Mais aujourd’hui ce n’est pas un match comme les autres. »

La fête du rugby français

Le spectacle d’avant-match lui donne raison : une danseuse s’élance du sommet du Camp Nou sur une immense tyrolienne pour venir déposer le bouclier de Brennus sur la pelouse. Et cela à côté d’une immense pyramide humaine, haute de plusieurs mètres.
Du jamais vu pour les supporters, qui font trembler le Camp Nou. « On a rarement assisté à un aussi beau spectacle pour du rugby », s’émeut Catherine, supportrice comblée du Racing.
Après le match, le DJ Bob Sinclar fait danser la foule au son du célèbre Love Generation, sous des feux d’artifices tirés depuis l’enceinte du stade. La fête se prolonge tard dans la nuit pour tous les supporters, pas seulement ceux du Racing ou de Toulon. Montpelliérains, Castrais ou Clermontois sont rassemblés pour fêter la fin de la saison. On entend même la fameuse Pena Baiona, le chant des supporters de Bayonne, résonner devant le stade.
Les Français se mêlent aux Espagnols et aux touristes venus célébrer la fête de la Saint-Jean, hasard du calendrier. Ce soir là, c’est tout le rugby français qui enchante
Crédits photo : Vincent Curutchet
Partager :
Article paru dans le numéro #118 SÉCURITÉ
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
« Le Top 14 à Barcelone, c'était bien plus qu'une finale » à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.