Fermer
Emmanuel Brousse
Focus | 6 juillet
11 mn

Ne laissez pas les tubes de l'été gâcher vos vacances
Comment bien identifier les musiques de plage les plus ineptes, pour mieux les éviter.

Zebda, Shakira, Tarkan, LMFAO, Black Eyed Peas, Ricky Martin : dans l'enfer des tubes de l'été © DR
Zebda, Shakira, Tarkan, LMFAO, Black Eyed Peas, Ricky Martin : dans l'enfer des tubes de l'été
Vous êtes plutôt Bach que Black Eyed Peas ? Plutôt David Gilmour que David Guetta ? Alors pour vous l'été est une saison maudite, celle où fleurissent les tubes agaçants dont les mélodies simplettes risquent de vous hanter pendant des mois et des mois. D'ailleurs, ces fameux tubes de l'été sont bien souvent calqués sur des modèles identiques. Jouez aux sept familles de la musique de plage.

Le tube avec des paroles en espagnol

Pendant toute l'année, les grandes maisons de disques ignorent royalement tout ce qui vient d'Espagne, du Mexique ou d'Amérique du Sud. Mais quand arrivent les beaux jours, alors là, tout change. L'espagnol, ça a un petit côté salsa, Costa del sol, Ibiza et paella sur la terrasse. Tels des nuages de sauterelles, les tubes en espagnol déferlent entre juin et juillet et détruisent tout sur leur passage. Les paroles doivent être très simples et très répétitives pour ne pas empêcher les non-hispanophones de chanter le refrain. Et surtout, le tube espagnol est impérativement accompagné de sa chorégraphie officielle qui peut s'avérer coriace et perdurer pendant de longues années, voire des décennies. Le saxophone est obligatoire, pour la petite touche cubaine.

Zones à risques : Côte d'Azur, campings.
Exemples notables
 Un dos Très, de Ricky Martin
 La Macarena de Los Del rio
 Asereje, de Las Ketchup
 La lambada, de Kaoma
 Vamos a la playa , de Loona

Le tube rigolo la première fois puis horripilant tout le reste du temps

Ce tube de l'été est plus vicieux que le précédent. Car si le tube en espagnol se repère à cent kilomètres, le tube rigolo lui profite de vous. La première fois que vous l'entendez, son petit côté décalé et humoristique vous pousse à l'envoyer à vos proches en fin de journée accompagné d'un petit LOL. Puis vous commencez à l'entendre dans la rue, à recevoir ce lien de la part de votre petit cousin, de votre sœur, de vos collègues. En l'espace de quelques semaines, la petite vidéo amusante s'est transformée en pandémie estivale. Les blagues « rigolotes » finissent par peser plus lourd que les semi-remorques lettons que vous croisez sur l'autoroute du midi.

Zones à risques Facebook, les barbecues avec vos amis.
Exemples notables :
 Toutes les discographies de Keen'V et Fatal Bazooka
 Ca m'énerve , d'Helmut Fritz
 C'est beau la bourgeoisie de discobitch
 Party Rock anthem, de LMFAO

Le slow de l'été

Vous avez passé toute l'année à la salle de fitness pour avoir un corps de rêve et attirer les regards sur la plage aussi efficacement qu'un stand de dégustation de mini-saucissons au supermarché ? Parfait. Désormais il ne vous reste qu'à sélectionner un(e) de vos admirateurs (trices) pour partager avec lui(elle) un churros nutella-confiture plein de romantisme. Et une fois que vous aurez profité du coucher du soleil, c'est le moment où jamais de conclure en bifurquant vers la piste de danse la plus proche. Et là, le DJ aura sans doute pensé à vous en faisant cracher à ses baffles un bon vieux slow de l'été. Attention, mièvrerie dégoulinante. Voix langoureuse, notes tenues pendant une éternité et petits fonds de violon sur lit de synthétiseur : le tube de l'été pourrait faire suinter de la guimauve liquide à un champion de free-fight. Il peut devenir un classique indestructible ou tomber dans l’oubli en un mois en fonction de son efficacité. Il tend à se raréfier ces dernières années.

Zones à risques la plage après 20h30, les pistes de danse en fin de soirée.
Exemples notables :
 L'été indien, de Joe Dassin
 Hotel California de The Eagles

Le tube pensé pour les boîtes de nuits

La recette est aussi simple que celle de la pâte à crêpes : des basses, du synthé, de la reverb et de l'autotune. Sans lésiner sur la dose. Plus il y en a plus ça marche. De toute façon ce genre de tube est juste un prétexte puisqu'une fois à l'intérieur de la boîte de nuit, l'auditoire n'entendra qu'un épais « boum boum » qui pourrait tout aussi bien être un enregistrement d'une après-midi de bombardement à Sarajevo. Pour le clip, il est absolument indispensable de ne pas être original : un club avec des néons violets ou verts fluo dans lequel entre une fille en maillot de bain en slow-motion. Ensuite il suffit de saupoudrer d'un subtil mélange de bon goût et de placement produit, ce qui se traduit visuellement par une succession de zooms sur des voitures coûteuses, un décolleté, une marque d'alcool et une paire de fesses. Pour les paroles, elles n'ont aucune importance et peuvent tout aussi bien être rédigées par un enfant de cinq ans, votre grand-mère ou un cochon d'Inde.

Zones à risques : les clubs et boîtes de nuit.
Exemples notables
 Sexy Bitch , de David Guetta ft Akon
 Boom Boom Pow de Black Eyed Peas
 Get on the Floor , de Jennifer Lopez

Le tube du chanteur exotique

Nul ne sait pourquoi, mais ce genre de tubes revient tous les trois ou quatre ans sans qu’aucun scientifique n’ait réussi à l’expliquer. Alors que les beaux jours approchent, la radio se met à cracher des paroles dans un dialecte barbare qui ne ressemble à rien. Intrigué, vous vous rendez compte qu'il s'agit d'un tube venu tout droit d'Europe de l'Est. Comme leurs lointains ancêtres le faisaient lors des invasions, les Bulgares, Biélorusses et autres Tadjiks débarquent en Occident avec des chansons maléfiques aux paroles cryptiques et aux instrumentations capables de faire passer Kendji Girac pour la réincarnation de Gustav Mahler.

Zones à risques : l'espace public en général, mais pas tous les ans, heureusement.
Exemples notables
 Dragostea din tei , d'Ozone
 Gangnam Style, de Psy
 Simarik, de Tarkan

L'hymne de coupe du Monde de foot

Ce morceau a été élaboré dans le plus grand secret par les savants fous de l'industrie musicale pour répondre aux exigences des supporters saouls qui attendent le match par 40°C. Il doit donc être très entraînant, avoir des paroles vraiment idiotes et un fond musical laissant la part belle aux instruments « foot-compatibles ». Cela comprend la grosse caisse, la vuvuzela, la boîte à rythme voire même la corne de brume. Ce cocktail tout droit sorti du bouillon des enfers ne s'abat que tous les quatre ans, à chaque Coupe du monde.

Zones à risque : les stades, TF1 les soirs de match, les bars.
Exemples notables :
 Waka Waka, de Shakira
 Coup de boule, de Cauet
 Samba de Janeiro , de Bellini

Le tube tellement beauf que tout le monde finit par le connaître

« Booooh c'est pour rire », vous répondra votre beau-frère ou votre « pote » fan de tuning quand il décidera de beaufiser la soirée en diffusant ce genre de tube aux accents graveleux. Alors, vous soupirerez et éprouverez un sentiment de malaise et de honte alors même que vous n'y êtes pour rien. Seul votre verre de rosé et la fin de la chanson pourront vous réconforter. Il faut dire qu'il y a de quoi déprimer : blagues de cul, accordéon et ambiance fête de village condensées dans une seule chanson. Toute la substantifique moelle de la France qui porte un bob Ricard et lance des chenilles dans les mariages. Vous essaierez tant bien que mal de vous convaincre que tout cela est drôle, mais en réalité, toute l'œuvre de Patrick Sébastien vous donne envie de vous jeter sous un RER.

Zones à risques : les fêtes de village, les mariages et les tournois de pétanque.
Exemples notables
 Toute la discographie de Patrick Sébastien (surtout Les Sardines et Ah si tu pouvais fermer ta gueule)
 Tomber la chemise, de Zebda
 Viens boire un petit coup à la maison, de Licence IV
Crédits photo : DR
Partager :
Article paru dans le numéro #119 SOLDES D'ÉTÉ
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Ne laissez pas les tubes de l'été gâcher vos vacances à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.