Fermer
Sophie Colin
À savoir | 2 sept.
7 mn
L’atelier suivant porte sur l’art de composer des bouquets de fleurs : Ikebana. Nous faisons un tour dans les célèbres jardins du temple pour nous imprégner de cette expression florale avant de rejoindre un autre Maître. Comme pour le thé, la leçon débute par la théorie. Ikebana représente la beauté, la nature, le ciel, la terre et l’homme… Il s’agit de recréer l’esprit de la beauté par un jeu d’équilibre et de contrastes. Entre la profondeur, l’espace et l’asymétrie. Entre les branches et les fleurs. De belles fleurs, aux couleurs éclatantes.
Ikebana ou l'art de composer des bouquets de fleurs, Temple Taizo-in, Kyoto, Japon -Taille des branches et des fleurs selon une hauteur précise.  © Sophie Colin

Ikebana ou l'art de composer des bouquets de fleurs, Temple Taizo-in, Kyoto, Japon -Taille des branches et des fleurs selon une hauteur précise.

Nous passons à la pratique sous la dictée du Maître, aidés de ses deux assistantes. L’idée est de « construire » véritablement un bouquet, avec méthode. Inventaire est fait de ce qui est disposé sur les tables devant lesquelles nous nous tenons : un schéma explicatif, des branches, des fleurs oranges, du gypsophile, une paire de ciseaux, un sécateur et un pot rempli de mousse.

Nous procédons à la coupe des branches puis des fleurs selon les différentes hauteurs indiquées sur le schéma sous la dénomination « Tai », « Tai-Zoe », « Yo », « Yo-Zoe 1 » et « Yo-Zoe 2 ».

Ikebana ou l'art de composer des bouquets de fleurs enseigné par un Maître du Temple Taizo-in, Kyoto, Japon - Branches et fleurs doivent être coupées à une certaine hauteur et disposées en triangle à 45°.  © Sophie Colin

Ikebana ou l'art de composer des bouquets de fleurs enseigné par un Maître du Temple Taizo-in, Kyoto, Japon - Branches et fleurs doivent être coupées à une certaine hauteur et disposées en triangle à 45°.

La coupe se fait au bas de la tige d’où l’on retire également le surplus de feuilles. On place une première branche dans le pot en prenant soin d’orienter les feuilles face à face, puis on dispose les fleurs (moins hautes que les branches) à une certaine distance l’une de l’autre : une première est plantée bien droite, la seconde, inclinée, à 45°.

Le triangle qu’elles forment est essentiel pour donner du sens à la beauté. Le gypsophile, en revanche, peut être placé où nous le souhaitons. Il est purement décoratif. Le Maître et les assistantes vérifient notre travail au fur et à mesure de sa réalisation.

Ikebana ou l'art de composer des bouquets de fleurs, Temple Taizo-in, Kyoto, Japon - Branches et fleurs doivent être coupées à une certaine hauteur et disposées en triangle à 45°.  © Sophie Colin

Ikebana ou l'art de composer des bouquets de fleurs, Temple Taizo-in, Kyoto, Japon - Branches et fleurs doivent être coupées à une certaine hauteur et disposées en triangle à 45°.

À l’instar de tous les arts traditionnels japonais, l’art floral ne peut être dissocié des cycles de la vie et de la nature.

Il faut observer l’évolution des fleurs au fil du temps, lorsqu’elles jaunissent ou se flétrissent, établir une sorte de relation privilégiée avec elles comme si elles étaient des amies.

Lire également

Crédits photo : Sophie Colin
Partager :
Fermer
Ikebana ou l'art de composer les bouquets de fleurs à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.