Fermer
Jeanne Mallet
News | 9 sept.
7 mn

L'escalade fait escale à Bercy
Du 14 au 18 septembre, Bercy fait le plein de grimpeurs pour les championnats du monde d’escalade. En ligne de mire : les JO de Tokyo 2020 et Paris 2024.

Gautier Supper membre de l'équipe de France de Difficulté  © RFabregue
Gautier Supper membre de l'équipe de France de Difficulté

Grimpeurs champions du monde

Du 14 au 18 septembre l’AccorHotel Arena de Paris accueille les championnats du monde d‘escalade. Plus de 500 grimpeurs vont s’affronter sur trois épreuves : Bloc, Vitesse, Difficulté et une épreuve de combiné (trois épreuves réunies). Les athlètes handisports concourent aussi dans une épreuve de difficulté.
La compétition en quelques chiffres

  5 jours de compétition
  plus de 3 kilomètres de cordes et 250 m2 de mur
  800 prises
  1,5 million d'euros de budget
  9000 spectateurs attendus par jour

L’escalade en France

Cette compétition s’inscrit dans un contexte propice au développement de l’escalade, discipline au succès croissant. La France, avec 93 000 licenciés (en augmentation de 3000 à 6000 adhérents par an), est l’un des porte-drapeaux majeurs de l’escalade dans le monde. Cette domination est soutenue par la Mairie de Paris et la région Ile-de-France qui ont beaucoup investi dans les équipements spécialisés et vont continuer : plus de quatre murs vont être montés à Paris d’ici à 2018. Pour Jean-François Martins adjoint au Maire de Paris chargé des sports, « une décennie de l’escalade va commencer en France. »
Pourtant malgré ces récents engagements, l’escalade peine à accéder au devant de la scène sportive. Au-delà du manque d’équipement, une autre difficulté réside dans l’image d’amateurisme qui lui est encore attachée. Réorganisée depuis 2008 au sein de sa fédération, l’escalade a du mal à se professionnaliser. L’objectif de l’événement à Bercy est de prouver le contraire.
Miho Nonaka, grimpeuse japonaise © IFSC
Miho Nonaka, grimpeuse japonaise
Adam Ondra au championnats du monde d'escalade à Bercy en 2012  © MDaviet
Adam Ondra au championnats du monde d'escalade à Bercy en 2012
Mélanie Sandoz championne du monde de Bloc  © DR
Mélanie Sandoz championne du monde de Bloc
Thomas Joannes © RFabregue
Thomas Joannes
Hélène Janicot aux championnats du monde de Bercy © DR
Hélène Janicot aux championnats du monde de Bercy
Mina Markovic © IFSC
Mina Markovic
Julia Chanourdie © RFabregue

Julia Chanourdie

Bientôt discipline olympique

Ces championnats du monde ne sont qu’une étape vers les Jeux Olympiques, en 2020 à Tokyo et en 2024 à Paris, ville candidate. Encore non professionnelle il y a 30 ans l’escalade n’a mis que 7 ans à devenir discipline olympique (la première demande au CIO a été formulée en 2009), un record ! Elle a failli être présente à Rio, mais la lutte gréco-romaine a repris sa place, laissant l’escalade aux portes de son rêve olympique. Mais après cette déception, la participation de l’escalade aux JO de Tokyo en 2020 a été officiellement annoncée le 3 aout.

Les motivations qui ont poussé à la candidature olympique de l'escalade

Pour Marco Scolaris, président de la Fédération internationale d’Escalade, les grimpeurs se sentaient marginalisés, éloignés du devant de la scène sportive. L’ensemble du monde de l’escalade souhaitait évoluer et propager les valeurs de leur sport qui correspondent bien à celles de l’olympisme. La pratique de l’escalade se généralisant ces dernières années, le but olympique semblait naturel. « Une anomalie vient d’être corrigée : un des mouvements les plus naturels du corps humain - grimper - a son prolongement sportif aux Jeux Olympiques ! », s'enthousiasme Pierre You, président de la Fédération Française de la Montagne et de l’Escalade.
Mickael Mawem fait partie de l'équipe de France de Bloc  © MDaviet

Mickael Mawem fait partie de l'équipe de France de Bloc

Les arguments pour séduire le CIO

Pour Pierre You, président de la FFME, la jeunesse est l’atout majeur du sport (30 000 des licenciés français ont moins de 15 ans). L’escalade entre aux JO accompagnée de 4 autres sports (une première) dont le skateboard et le surf des « youth class ». Ces sports ont en commun de réunir une audience jeune et dynamique. Ils mettent en lumière la volonté du CIO de renouveler le public olympique. Par ailleurs, l’Asie, et en particulier le Japon, connaissent un réel engouement pour l’escalade, ce qui a joué en faveur de la discipline.
Anouck Jaubert, membre de l’équipe de France de vitesse : « L’entrée de l’escalade dans le monde de l’olympisme témoigne de son évolution importante ces dernières années. Cela devrait accélérer son développement, en apportant des moyens, un cadre et une médiatisation. »

Mais la rapidité de la sélection ne laisse que peu de temps aux athlètes et à la fédération pour se préparer à l’aventure olympique. De nombreuses questions restent aussi en suspens, comme les modalités de sélection des grimpeurs et l’organisation des futures éditions des championnats du monde.
Reste que ces championnats du monde à Bercy et la sélection olympique ne bénéficient pas qu’à l’escalade. La ville de Paris est déterminée à profiter de cet événement pour montrer sa pluridisciplinarité et sa propension à accueillir des sports jeunes et nouveaux. Cela tombe bien, l’organisation des championnats du monde appuie la candidature de la capitale française. Paris veut devenir une véritable « terre de compétition » selon les mots de Jean-François Martins. Nul doute que l’avenir lui donnera raison.
Crédits photo : RFabregue, MDaviet, IFSC, DR
Partager :
Article paru dans le numéro #122 SOLO
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
L'escalade fait escale à Bercy à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.